Egypte > Egypte >

Bourse Nasser 2022, une édition riche en débats

Chaïmaa Abdel-Hamid, Dimanche, 12 juin 2022

La première semaine de la bourse Nasser pour le leadership international, qui se tient du 31 mai au 17 juin 2022, a vu une multitude d'activités. Compte rendu.

Bourse Nasser 2022, une édition riche en débats

« La bourse Nasser pour le leadership international est une idée de la jeunesse soutenue par les dirigeants politiques », a affirmé Ashraf Sobhi, ministre de la Jeunesse et du Sport lors d’une rencontre avec 150 jeunes leaders venus de pays non alignés du monde arabe, d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine. Ceci dans le cadre de la 3e édition de la bourse Nasser pour le leadership international qui se tient sous les auspices du président de la République. Cette édition, qui se tient du 31 mai au 17 juin 2022 au Caire sous le slogan « La jeunesse non alignée et la coopération Sud-Sud », a un programme quotidien chargé, riche et diversifié. Comme l’explique Hassan Ghazali, coordinateur général de la bourse Nasser pour le leadership international, cette bourse est « l'un des mécanismes d'application de la vision Egypte 2030, des 10 principes de l'Organisation de solidarité des peuples africains et asiatiques, de l’Agenda Afrique 2063, des Objectifs de développement durable 2030, de la Coopération Sud-Sud, de la Feuille de route de l'Union africaine sur l'investissement dans la jeunesse et des Principes du Mouvement des pays non alignés ». Il ajoute : « La bourse donne une chance égale aux deux sexes, comme le stipule le 5e objectif de développement durable 2030, elle réalise l'autonomisation des jeunes et donne l'opportunité aux représentants des différents pays du monde de forger des partenariats dans divers domaines et pas seulement au niveau continental, mais aussi au niveau mondial, comme l'indique le 17e objectif de développement durable ».

Un agenda chargé

Les participants ont assisté, au cours de la première semaine, à plusieurs ateliers, dialogues et visites. Une exposition culturelle a été organisée pour présenter les cultures des différents pays. En visite au ministère des Affaires étrangères, les participants ont assisté à une journée de formation axée sur les efforts de l'Egypte en matière de coopération Sud-Sud ainsi que sur ses efforts dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques. Rappelons que l'Egypte recevra la COP27 en novembre prochain à Charm Al-Cheikh. Le ministère de la Jeunesse et du Sport a organisé cette année une visite au Musée Gamal Abdel-Nasser, et une autre au siège du Sénat. Les participants ont également pris part à une séance de discussions sur la cause palestinienne en présence de l'ambassadeur Nabil Fahmy, ancien ministre palestinien des Affaires étrangères. Ils ont de même assisté à une session sur « le rôle de la presse et des médias dans les zones de conflit » en présence du journaliste et formateur Mohamed Zaidan, du correspondant de guerre et formateur en journalisme de guerre et en gestion des risques, Ahmed Al-Ameed, et du journaliste Oussama El-Deeb, coach en journalisme mobile. En présence du ministre de la Jeunesse et du Sport, les participants ont également assisté à une séance de dialogue sur « Les valeurs et les principes des médias et leur impact international ». Le planning, le développement et l’initiative Hayat Karima étaient également au centre des discussions. Lors d’une séance intitulée « Planification et développement », Ahmed Kamali, vice-ministre de la Planification et du Développement économique, a exposé la vision Egypte 2030, lancée en 2016, qui prend en compte les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement.

Hussein Khader, représentant de la Croix-Rouge allemande, a fait l'éloge de l'initiative Hayat Karima. Il pense que cette initiative permettra de lutter contre la migration illégale et contre l'extrémisme. « On pense à tort que la migration illégale est due aux guerres, mais il existe de nombreuses autres raisons, notamment la pauvreté, l'ignorance et l'absence du rôle de l'Etat en tant que tuteur social. Ce rôle est nécessaire dans les sociétés où le nombre de migrants illégaux augmente », a affirmé Khader. Les jeunes ont également discuté de la sécurité hydrique en Egypte lors d'une session intitulée « Ressources hydriques et développement durable ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique