Sports > Sports >

Alaa Aboul-Qassem atteint les sommets

Mirande Youssef , Mercredi, 08 juin 2022

Deux escrimeurs égyptiens figurent au top 10 du classement mondial. Focus sur le parcours de Alaa Aboul-Qassem (5e) et entretien avec Mohamad Hamza (6e).

Alaa Aboul-Qassem

Alaa aboul-qassem, 32 ans, est un nom qui revient avec insistance dans le monde de l’escrime. Premier escrimeur africain, égyptien et arabe à avoir remporté une médaille olympique et à être médaillé d’or aux Championnats du monde juniors, il s’est installé parmi les 5 meilleurs escrimeurs au monde avec 129 points. Aboul-Qassem doit sa progression au classement mondial à sa 5e place au tournoi Grand Prix en Corée du Sud en mai dernier, une 10e place à la Coupe du monde d’Allemagne en février dernier et une 6e place à la Coupe du monde du Caire. « Depuis le début de la saison 2022, j’ai réalisé de très bonnes performances qui m’ont aidé à faire une place dans le top 5 des meilleurs fleurettistes. Je suis fier de m’imposer parmi les grandes stars de la discipline », dit-il avec fierté.

C’est au club Al-Chams que l’aventure commence pour Aboul-Qassem. Alors qu’il est encore en école primaire, il fait la découverte de ce sport. L’escrime prend vite le pas sur les autres sports pratiqués, pour laisser place à la lame du fleuret. « J’ai essayé l’escrime et je m’y suis tout de suite accroché. J’adorais le fait de pouvoir combattre d’autres personnes. En plus, j’avais des qualités plutôt optimales pour ce sport. Du coup, j’ai décidé de continuer dans cette voie », raconte-t-il.

Sa passion pour l’escrime l’amène très loin. Les résultats d’Aboul-Qassem sont encourageants chez les cadets et les juniors. L’année 2010 est l’année où il a tapé dans l’oeil de ses entraîneurs par sa première victoire internationale en remportant le titre des Championnats du monde juniors de Baku. Le passage dans la catégorie supérieure des seniors est aussi une réussite avec une médaille d’argent aux Jeux Olympiques (JO) de Londres 2012. Aboul-Qassem a également remporté le titre des Championnats d’Afrique 14 fois. Mais depuis son exploit olympique, il était absent à cause d’une grave blessure à l’épaule, puis une autre au pied.

En 2015, il a repris sa force en remportant plusieurs médailles internationales : une médaille d’or aux Jeux Africains (JA) du Congo 2015 et une médaille d’argent au Grand Prix de Cuba 2016. Après avoir raté le podium olympique aux JO de Rio 2016 en se contentant d’une 11e place, Aboul-Qassem n’a pas perdu beaucoup de temps et il n’a pas tardé à retrouver son niveau. Deux mois seulement après les JO, il a disputé la Coupe du monde du Caire et a terminé 10e. Puis, en janvier 2017, il s’est classé 11e de la Coupe du monde de Paris (France). En mars 2017, il a continué sa série de bons résultats en terminant 9e du Grand Prix de Californie. En 2018, il a occupé une 11e place aux Championnats du monde de Londres et une 9e aux Championnats du monde de Chine. En 2019, il a occupé une 11e aux Championnats du monde de Budapest et une 6e place à la Coupe du monde du Caire en 2020. En 2021, il a occupé une 6e place aux JO de Tokyo.

Son objectif ultime est de bien se développer et améliorer ses compétences mentales. « L’aspect mental dans ce sport est important car affronter un adversaire, ce n’est pas seulement un effort physique. Je peux facilement perdre un match si je ne suis pas bien préparé mentalement, même si je suis en meilleure condition physique. C’est exactement ce que je vise pour bien se préparer aux JO de Paris 2024 », conclut-il.

La progression du classement mondial d’Aboul-Qassem

2022 : 5e place.

2020 : 6e.

2016 : 11e.

2012 : 2e.

2011 : 5e.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique