Sports > Sports >

Ahli rate l’exploit

Karim Farouk , Mercredi, 01 juin 2022

Le Wydad marocain s’est adjugé lundi son troisième titre de champion d’Afrique après avoir battu Ahli 2-0 à Casablanca lors d’une finale qui a fait couler beaucoup d’encre.

Ahli rate l’exploit

Ahli n’a pas pu écrire l’histoire comme il l’entendait. Champion d’Afrique en 2020 et 2022, le ténor égyptien a buté cette fois-ci face au Wydad de Casablanca (0-2) lors d’une finale organisée dans une ambiance de folie au Stade Mohamed V au Maroc. Les Rouges, qui ont dû disputer cette finale sur le terrain de Wydad (décision contestée en vain devant le Tribunal du sport), ont failli techniquement. Zouhair El Moutaraji, héros de la soirée, a ouvert le score à la 15e minute après une fantastique frappe enveloppée de 30 mètres qui a fini dans la lucarne du gardien Mohamad Al-Chennawi, avant de doubler le score à la 48e après avoir échappé à Mohamad Hani pour faire exploser le stade rempli de supporters wydadis.

« Je ne sais pas comment on peut parler de victoire ou de défaite dans de telles conditions ! Quand on joue sur un terrain neutre et avec notre public, on pourra alors parler d’équité ou de fair-play. J’espère que les organisateurs seront contents aujourd’hui. Techniquement, nous avions des défaillances et nous avions aussi des absences en raison de blessures. Nous avons raté deux chances de Percy Tau et de Mohamad Chérif, et eux, ils ont concrétisé leurs chances », a déclaré l’entraîneur d’Ahli, Pitso Mosimane, lors de la conférence de presse qui a suivi le match.

Des chances perdues

Les joueurs d’Ahli n’ont jamais trouvé leur rythme et ont fait pâle figure à Casablanca. Et pourtant, ils ont raté d’importantes chances de revenir au score, notamment en fin de match, par l’intermédiaire de Tau, Chérif et Salah Mohsen. Les chiffres étaient de leur côté avec un taux de possession de 67 %, 14 tirs contre 11 pour le Wydad et les chances étaient de 3 contre 2 en faveur des Rouges. Mais la statistique décisive favorisait un Wydad opportuniste avec 2 buts contre 0, confirmant le dicton selon lequel « une finale se gagne et ne se joue pas ».

« Aujourd’hui, on était le Real Madrid (en référence à la finale de la Ligue d’Europe entre Real Madrid et Liverpool samedi dernier), on a laissé le jeu de possession à Ahli et on a joué sur des contres rapides qui ont abouti. On avait bien étudié leur jeu et on savait qu’on devait bloquer les côtés et ne pas laisser d’espaces à leurs attaquants, surtout Percy Tau. Nous avons bien préparé notre match et mérité notre victoire », a dit l’entraîneur de Wydad, Walid Regragui (46 ans), au micro de beIN sports après le match.

L’ancien international des Lions de l’Atlas a bien savouré son premier titre africain et le troisième pour le Wydad après les précédents sacres de 1992 et 2017, également contre Ahli, mais en deux manches (1-0, 1-1). Il rejoint au palmarès son rival, le Raja, qui possède 3 titres aussi. Il se hissera sur la même marche que le Raja s’il remporte sa deuxième Supercoupe d’Afrique qui doit se dérouler cette année.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique