Dossier > Territoires palestiniens >

Colonisation : Quand Israël défie le monde

Maha Salem , (avec Agences) , Mercredi, 18 mai 2022

Le 74e anniversaire de la Nakba intervient avec une provocation israélienne de plus: la construction de nouvelles colonies, pourtant jugées illégales par le droit international et condamnées par les grandes puissances.

Colonisation : Quand Israël défie le monde

15 mai 1948. Une date gravée dans la mémoire collective palestinienne et arabe. La «  Nakba » (catastrophe). La création d’Israël et la première guerre israélo-arabe qui s’ensuivit provoque un exode majeur des Palestiniens. Quelque 700000 Palestiniens sur les 900000 qui vivaient en terre de Palestine, dès lors sous contrôle israélien, sont contraints à l’exil. Depuis, ils n’ont toujours pas d’Etat. Malgré le processus de paix entamé dans les années 1990. Malgré les promesses du monde entier d’une solution à deux Etats.

Depuis, pire encore, l’Etat hébreu n’a jamais stoppé la judaïsation des Territoires palestiniens occupés, censés former le futur Etat palestinien, notamment à Jérusalem. Et malgré l’opposition de la communauté internationale, malgré les résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu (résolution 2 334 notamment, adoptée en 2016, appelait Israël à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est »), la colonisation se poursuit sans relâche.

« L’Etat hébreu utilise tous les moyens possibles, légaux ou illégaux, pour implanter les Israéliens dans les Territoires occupés. Il détruit des quartiers arabes pour construire des colonies. Il démolit les maisons et les biens des Palestiniens pour les forcer à partir. Et la communauté internationale reste les bras croisés », déplore Dr Tarek Fahmy, professeur de sciences politiques. Il précise que l’année 2021 a vu une large expansion de la colonisation. « En plus des nouvelles colonies, le gouvernement israélien a construit de nouvelles habitions dans les colonies existantes. Au lendemain du meurtre de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, Israël a donné son feu vert pour de nouvelles colonies ». Selon l’organisation pacifiste La Paix maintenant, en effet, le Haut Comité israélien de planification a donné son feu vert jeudi à la construction de 4 427 nouveaux logements. 2 791 d’entre eux ont reçu un feu vert final du comité de planification de l’Administration civile israélienne tandis que 1636 ont reçu une autorisation préalable. Trois colonies dites « sauvages », construites sans l’accord d’Israël, doivent être approuvées.

Et pourtant, ces décisions ont été condamnées tant par l’Europe que par les Etats-Unis. Une provocation de plus? Certainement, et à un timing hautement sensible. « Chaque annonce du genre déclenche toujours une vague de tension. Israël ne fait qu’alimenter la violence dans les Territoires occupés », avance Dr Tarek Fahmy, qui rappelle que ces colonies n’ont aucune valeur juridique et constituent un vrai obstacle à la paix.

En effet, la colonisation israélienne, illégale au regard du droit international, s’est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967. Elle s’est accélérée ces dernières années sous l’impulsion de l’ancien premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu. Son successeur, Naftali Bennett, est sur la même lignée. Sa ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, l’une de ses proches, a estimé jeudi sur Twitter, au lendemain de l’assassinat d’Abu Akleh, qu’il s’agissait d’un « jour de fête pour le mouvement de colonisation en Judée et Samarie », le terme utilisé par les autorités israéliennes pour parler de la Cisjordanie. C’est tout dire.

 

800 000 :

Nombre total des colons dans l’ensemble des Territoires occupés, selon les chiffres livrés par l’Onu en mars 2022, soit une hausse de 53% au cours des 5 dernières années.

42 % :

Taux de croissance de la population des colons par rapport à 2010. Cette population a quadruplé depuis 2000.

23 % :

Taux des colons en Cisjordanie.

280 :

Nombre de colonies construites, la majorité illégalement, dans les Territoir

Lien court: