Escales > Escales >

Etre parent, ça s’apprend !

Amira Doss , Mercredi, 09 mars 2022

Un nouveau mode d’éducation est aujourd’hui préconisé, modifiant la vision de la parentalité et surtout du regard porté sur l’enfant. Voici quelques astuces pour les parents souhaitant trouver des solutions gagnant-gagnant.

Etre parent,  a s apprend

1- Changer de regard sur l’enfant

L’enfant ne cherche pas à désobéir ni à peiner ses parents. Son cerveau enfant est en construction. Sa personnalité aussi. Il est donc inutile de lui demander un changement de comportement qui n’est pas sous son contrôle. Le parent a souvent tendance à projeter sur son enfant une mentalité semblable à la sienne en lui posant des limites et des interdits sous prétexte de réduire ses mauvais penchants et l’aider à devenir adulte. Aujourd’hui, les spécialistes changent de perception. Un enfant n’est pas habité de pulsions, mais de besoins. Et nombreux de ses comportements, qui étaient autrefois interprétés comme des caprices, ne sont en réalité que des réactions de stress liées à une immaturité cérébrale.

2- Eviter la négation

Pour certains parents, rien n’est jamais assez bien, assez parfait. Un comportement qui finit par faire perdre à l’enfant sa confiance en lui. Il ne se sent jamais à la hauteur. Ces critiques viendront déstabiliser l’enfant quel que soit son âge et pourront créer des blessures profondes et difficiles à guérir. Certaines phrases peuvent dévaloriser l’enfant et le pousser à adopter ce même comportement et juger les autres. Montrer à l’enfant qu’il a déçu ses parents est bien plus violent qu’une simple remontrance. Critiquer son enfant instaure une relation de pouvoir qui mène au dialogue de sourds et déclenche chez l’enfant un circuit de stress, d’attaque, de fuite ou d’immobilisation. En privilégiant les consignes positives, on dirige l’attention de l’enfant sur le comportement souhaité.

3- Reconnaître les émotions de son enfant

Les émotions d’un enfant ne sont pas toujours compréhensibles. Cependant, elles doivent être accueillies par les parents pour pouvoir l’apaiser. Des émotions étouffées d’un enfant finissent par ressortir un jour d’une manière disproportionnée. Il est aussi important pour un enfant de savoir que votre amour pour lui reste intact. Manifester de l’amour envers son enfant n’est pas une récompense, mais une nécessité. Nous avons besoin de développer nos propres compétences émotionnelles pour apprendre à accueillir leurs émotions, à les accompagner dans leur expression et à leur fournir des idées pour calmer leurs réactions excessives. Reconnaître l’émotion de son enfant, faire preuve d’empathie peut limiter les frustrations.

4- Une discipline sans autoritarisme

Les enfants d’aujourd’hui sont évidemment plus agités, moins concentrés et n’écoutent jamais. Mais cela ne signifie pas qu’il faut recourir à plus d’autorité. Le fait de crier ou d’utiliser un ton autoritaire est preuve d’impuissance. Pourtant, la crainte n’enseigne rien. Elle peut engendrer une réaction rapide que l’on peut confondre avec de l’obéissance. Dans le contexte d’une éducation bienveillante, un parent cherche à guider son enfant au lieu de contrôler ou de dominer. Un parent a toujours de l’autorité, mais l’exerce avec douceur tout en impliquant son enfant dans la solution. Toute punition qui ferait de la peine ou humilierait l’enfant doit donc être éliminée. Préférer la réparation à la punition lui permet de corriger son erreur et permet de le responsabiliser. L’enfant n’est donc pas contraint à se soumettre, mais invité à coopérer.

5- Apprendre à s’excuser

C’est une question de génération. Nombreux sont les parents qui croient qu’ils n’ont pas à demander pardon à leurs enfants. Mais cette rhétorique ne tient plus. Un parent qui ne veut pas admettre qu’il a tort ne veut pas perdre la face devant son enfant. Or, demander pardon est nécessaire si nous voulons leur apprendre à pardonner. Se libérer des entraves qui empêchent d’être le parent que l’on souhaite, avec beaucoup plus d’ouverture d’esprit, de patience, d’amour et d’humilité.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique