Dossier > Dossier >

Les possibles cibles de l'attaque américaine

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mardi, 03 septembre 2013

L’une des principales préoccupations engendrées par une éventuelle attaque des Etats-Unis contre la Syrie concerne les cibles prioritaires de cette opération et la probable riposte syrienne.

les possibles
Les dépôts d'armes syriennes, cibles probables des attaques américaines. (Photos: Reuters)

Des raids similaires à ceux menés pendant la guerre contre l’Iraq

Les responsables occidentaux ont déclaré que le but de l’opération serait de punir le régime. Le plus probable serait une attaque par missiles visant surtout des infrastructures militaires et certains bâtiments officiels, dans le cadre d’une opération similaire à celle lancée contre l’Iraq en 1993. Mais il est presque impossible que les Américains parviennent à détruire les capacités militaires syriennes sans une opération aérienne de grande envergure.

L’opposition syrienne a déclaré avoir donné aux Occidentaux en décembre 2011 une liste comportant quelques dizaines de cibles, que certaines estimations chiffrent à plus de trente-cinq.

Parmi les potentielles cibles figurent :

— des bases de lancement de missiles de type Scud ;

— les dépôts de munitions d’armes stratégiques, notamment ceux qui sont situés dans les montagnes d’Al-Ghalamoun et au nord de la base aérienne Al-Zamire ;

— les dépôts renfermant une partie de l’arsenal chimique (Al-Safira, Dumair, Qalamoun, entre autres) ;

— les sites de défense aérienne de Tal Al-Hara au sud de Damas, Shansar au sud de Homs et Borj Islam au nord de Lattaquié ;

— les usines militaires et leurs filiales à Homs, Hama et Alep (pour les Occidentaux, ce sont ces usines qui arment Hezbollah en missiles et qui fabriquent des armes stratégiques non classiques pour l’armée syrienne) ;

— des bases de l’armée de terre, notamment Wadi Dayf, la base 17 dans la province de Raqqa, et autres ;

— le centre de gestion de la cyberguerre et ses différentes branches, situées à Damas et dans sa banlieue ;

— les unités affectées à Bachar Al-Assad, notamment la quatrième division, la garde républicaine et les forces spéciales.

Potentielles réactions de la Syrie Selon les spécialistes, aucune représaille n’est à craindre réellement du régime syrien.

Si Assad dispose de canons lance-roquettes faciles à dissimuler, qui pourraient être utilisés pour tirer des fusées ou des obus chimiques russes, ceux-ci ne seraient pas en mesure de faire face aux attaques américaines dont les armes sont plus puissantes.

La Syrie peut faire appel à ses alliés, à savoir l’Iran, la Russie ou le Hezbollah. Tous les trois peuvent la soutenir militairement, en accélérant l’envoi d’armes, mais aucun d’entre eux n’irait jusqu’à attaquer directement Washington ou ses bases militaires dans la région, ni même Israël.

En théorie, la réaction se limiterait peut-être à quelques roquettes sur la Turquie ou sur Israël, pour frapper les navires qui auront servi aux attaques. Mais le régime pourrait procéder à une offensive, principalement aérienne, contre la rébellion.

Lien court: