Sports > Sports >

CAN : La longue odyssée du Sénégal

Karim Farouk , Mardi, 08 février 2022

Le Sénégal a été sacré champion d’Afrique, après une victoire aux tirs au but face à l’Egypte (0-0, 4-2 t.a.b.), dimanche 6 février. Il remporte ainsi son premier titre et met fin à une traversée du désert de près de 60 ans.

Photo : AP
Photo : AP

Il a fallu deux générations dorées et trois finales pour que le Sénégal décroche son premier titre africain. Au bout d’une partie disputée qui s’est prolongée à 120 minutes, les Lions de la Teranga sont venus au bout des Pharaons 4-2 lors de la session des tirs au but (0-0 en temps réglementaire), et c’était le capitaine et vedette Sadio Mané qui a tiré le coup de grâce, pour faire exploser la joie au Stade d’Olembe et dans les rues du Sénégal. « C’est un rêve qui a vu le jour. Cela montre que si tu travailles fort et demeures persistant, tu auras ce que tu veux. On a beaucoup rêvé et travaillé pour ce titre, et ce qui le rend encore plus précieux, c’est qu’il est venu aux dépens d’une grande nation de foot comme l’Egypte, qui compte sept titres de champion. Je suis très ému, car le peuple du Sénégal voulait ce titre depuis 60 ans », a dit l’entraîneur Aliou Cissé. Le boss sénégalais a mis fin à sa malédiction après avoir perdu deux finales en tant que joueur et entraîneur. En 2002, Cissé, El Hadji Diouf et Henri Camara étaient au noyau de la génération dorée du Sénégal, qui avait perdu la finale face au Cameroun (0-0, 3-2 t.a.b.) avant d’aller faire son histoire en terminant quart de finaliste du Mondial quelques mois plus tard. Nommé à la barre en 2015, il a pu mener ses poulains à la finale de 2019 en Egypte, avant de s’incliner face à l’Algérie 1-0. Cette troisième fois, c’était la bonne pour mettre fin à une longue traversée du désert qui a duré 57 ans depuis leur première participation à la CAN en 1965. Le Sénégal a évolué à un niveau supérieur, grâce à son armada qui comprend des joueurs du calibre de Mané (Liverpool, Angleterre), le gardien de Chelsea Edouard Mendy, nommé meilleur gardien du monde 2021 dans le sondage de la FIFA, le défenseur de Naples Kalidou Koulibaly, le milieu de PSG Idrissa Gana Gueye, le latéral gauche de Bayern Munich Bouna Sarr et le talentueux attaquant de Watford Ismaïla Sarr, parmi d’autres.

Un mauvais départ puis une envolée

Mais ce n’était pas uniquement des individualités qui ont fait la différence, car les Lions de la Teranga ont présenté une grande maîtrise tactique pour étouffer leurs adversaires tout au long du parcours. Le Sénégal, avec l’étiquette de grand favoris sur le dos, avait débuté le tournoi sans éclats, avec une petite victoire contre le Zimbabwe 1-0, grâce à un penalty de Mané à la 90+2 minute, suivi de deux matchs nuls. Mais l’essentiel a été réalisé, et les hommes de Cissé sont à la tête de leur groupe B et qualifiés en quarts de finale. « On a eu beaucoup de difficultés en début de parcours, en raison de nombreuses absences pour blessures et infection au Covid-19. On a des problèmes à retrouver le rythme, mais on va progresser avec le retour de nos joueurs et l’enchaînement des matchs », a expliqué Cissé. En effet, avec les retours de Mendy, Sarr, Koulibaly et Famara Diedhou, l’équipe a appuyé sur la pédale de l’accélérateur.

La bande de Mané s’est imposée face à au Cap-Vert 2-0 en 8es de finale, à la Guinée équatoriale 3-1 en quarts de finale, au Burkina Faso 3-1 en demi-finales, avant de toucher l’or suite à un duel avec l’Egypte, roi d’Afrique. Son sacre est dû à son arsenal offensif (deuxième meilleur attaque derrière le Cameroun qui a marqué 14 buts), mais aussi et surtout à son excellente organisation et sa solide défense qui n’a encaissé que deux buts tout au long du parcours, comme ses rigoureux adversaires égyptiens. « Cette victoire du Sénégal est bien méritée. C’est l’équipe la plus complète de la compétition, elle possède de bons joueurs à tous les lignes, mais le plus important c’est qu’elle possède une bonne organisation. Elle a montré une grande et solide performance, car même lors des moments où elle n’était pas dominante, elle ne s’est pas trouvée menacée et a su comment assurer ses objectifs », a dit l’ancienne gloire tunisienne Tarek Dhiab à la chaîne de beIN Sports.

Enfin, le Sénégal va décorer son maillot pour devenir le 15e champion d’Afrique, mais avec une telle génération et continuité, ce ne serait pas l’unique étoile qu’elle borderait 

Mots clés:
Lien court: