Semaine du 9 au 15 juin 2021 - Numéro 1377
Des musées pour promouvoir le tourisme
  Deux petits musées ont été inaugurés la semaine dernière à l’aéroport international du Caire, offrant aux passagers un aperçu rapide de la civilisation égyptienne.
Des musées pour promouvoir le tourisme
Vue générale du musée du terminal 2. Le buste de Hatchepsout, chef-d’oeuvre au centre de la salle.
Doaa Elhami26-05-2021

Désormais, les passagers en transit à l’aéroport du Caire auront l’occasion de voir quelques monuments égyptiens. Et ce, grâce à l’inauguration officielle de deux musées dans les terminaux 2 et 3 de l’aéroport international du Caire. « L’ouverture de ces deux musées aux voyageurs est un moyen de promotion touristique pour l’Egypte et sa civilisation », a annoncé Khaled El-Enany, ministre du Tourisme et des Antiquités, lors de l’inauguration des deux petits musées. Et d’ajouter que ces deux musées permettront aux hommes d’affaires en transit en Egypte et qui n’ont l’occasion ni de visiter le pays, ni de voir ses atouts touristiques et archéologiques d’avoir un aperçu rapide sur l’Egypte et sa civilisation. « L’inauguration de ces deux musées répond aux objectifs stratégiques du plan de développement du ministère qui vise à améliorer la compétitivité de l’Egypte en tant que destination touristique en renforçant la promotion du produit touristique égyptien aux niveaux local et international et en attirant le plus grand nombre possible de touristes des différents marchés », a affirmé le ministre Khaled El-Enany. L’inauguration fait suite au renouvellement du musée du terminal 3 et à la création de celui du terminal 2.

Des musées pour promouvoir le tourisme
Les musées et leurs expositions attirent les passagers.

En effet, le musée du terminal 3 a été ouvert pour la première fois en 2016 sur une superficie de 60 m2. Il renfermait 36 pièces seulement. Mais vu le grand nombre de visiteurs, le ministère a décidé d’agrandir le musée et d’augmenter le nombre de pièces exposées. « Nous avons transféré les pièces dans une autre salle plus grande au sein du même bâtiment qui fait 150 m2. Le musée compte actuellement 70 pièces archéologiques remontant à différentes époques historiques », explique Moemen Othman, directeur général du secteur des musées au ministère du Tourisme et des Antiquités. Ces monuments viennent des dépôts du Musée égyptien de la place Tahrir, du Musée copte au Vieux Caire et de celui d’art islamique à Bab Al-Khalq, ainsi que du musée d’Achmounin à Minya en Moyenne-Egypte. Parmi les chefs-d’oeuvre du musée du terminal 3, un buste en calcaire représentant un scribe égyptien accroupi, datant de la Ve dynastie, et deux pièces de la période prédynastique. Le visiteur du musée du terminal 3 verra une statuette en bronze de la divinité Isis ailée et coiffée du disque solaire, entourée des deux cornes de la divinité Hathor. Le visiteur verra aussi deux momies en bon état. La première appartient à un homme embaumé dans la position osirienne qui remonte à l’époque tardive. Elle est accompagnée de 4 vases canopes en calcaire. Quant à la deuxième momie, elle est couverte d’un cartonnage dessiné et coloré et remonte à l’époque romaine. Le musée du terminal 3 expose aussi des icônes coptes du XVIIIe siècle, ainsi qu’un papyrus et de petites pièces remontant à différentes époques islamiques.

Bustes, manuscrits et pièces de monnaie

Des musées pour promouvoir le tourisme
Le scribe de la Ve dynastie, chef-d'oeuvre du musée du terminal 3.

Le ministère du Tourisme et des Antiquités, en coopération avec le ministère de l’Aviation civile, a récemment installé le nouveau musée du terminal 2. Ce musée, s’étalant sur 100 m2, compte plus de 300 pièces remontant à différentes époques archéologiques. Le chef-d’oeuvre de ce musée est le buste en granit rose de la reine Hatchepsout de la XVIIIe dynastie (1550-1292 av. J.-C.). Le musée renferme aussi des bustes représentatifs des empereurs romains, des monnaies datant de plusieurs époques, notamment du règne de la famille alide. Le musée compte aussi des manuscrits de la Bible et du Coran provenant du Musée copte et du Musée d’art islamique, ainsi que des lanternes en verre coloré et décoré de maximes et de dictons. Le visiteur y rencontre encore des icônes coptes, des bijoux, comme les colliers, les bracelets et les bagues, et ce, sans oublier les amulettes protectrices qui ornaient les bandelettes des momies et accompagnaient le défunt dans l’au-delà, selon les croyances pharaoniques. Il y a de même un sarcophage doré orné de motifs floraux, ainsi que des scènes funéraires comme la momification.

La muséologie des musées met en relief la beauté des pièces reflétée par le système d’éclairage installé avec précaution. En effet, les chefs-d’oeuvre des deux musées occupent une vitrine centrale au milieu de la salle. Ils attirent ainsi la vue du visiteur lorsqu’il franchit le seuil du musée. Quant aux autres vitrines, elles sont superposées et situées sur les côtés dans chaque salle. Chaque vitrine expose un thème particulier. Alors que certaines vitrines exposent des icônes et des manuscrits, d’autres exposent des pièces de monnaie, et ce, sans oublier les vitrines des momies et celles renfermant les statues des empereurs. Une muséologie qui offre une excursion aisée permettant de prendre connaissance de la civilisation égyptienne.

Selon Mohamad Manar, ministre de l’Aviation civile, l’ouverture des deux musées à l’aéroport international du Caire est une étape qui vient s’ajouter aux réalisations du ministère de l’Aviation qui a unifié ses efforts avec le ministère du Tourisme et des Antiquités, afin de réaliser les objectifs du développement durable et la vision « Egypte.2030 ». « Les aéroports égyptiens sont la porte d’entrée de l’Egypte. Créer et développer des musées est l’un des moyens les plus importants de développer le tourisme de transit. C’est une nouvelle méthode de promotion touristique. L’emplacement de ces musées à l’aéroport du Caire est important. C’est un aéroport pivot et une fenêtre culturelle importante qui permet d’attirer les voyageurs, en particulier les passagers en transit, et de présenter aux touristes l’ancienne civilisation égyptienne et le grand héritage de l’Egypte », a annoncé le ministre de l’Aviation civile. Et d’ajouter que cette inauguration constitue une première étape qui sera généralisée aux autres aéroports égyptiens, en particulier ceux des villes touristiques. Et de souligner que la présence de musées dans tous les aéroports égyptiens est un facteur important pour attirer le tourisme.

Billets d’entrée pour chaque musée

Etrangers : 3 dollars ou 50 L.E.

Egyptiens : 25 L.E.

Entrée de l’appareil photo : 10 L.E.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire