Semaine du 4 au 10 août 2021 - Numéro 1384
Du nouveau sur la mort de Seknenrê Taa II
  Un examen tomodensitométrique de la momie de Seknenrê Taa II a permis de dresser un nouveau scénario de la mort de ce pharaon qui a combattu les Hyksos. Explications
Du nouveau sur la mort de Seknenrê Taa II
La momie embaumée lors de son examen.
Dalia Farouq24-02-2021

Le mystère des momies suscite toujours autant de fantasmes. C’est ce qui constitue la motivation des chercheurs à fouiller ce domaine énigmatique qui ne cesse de surprendre. A chaque étape, de nouvelles informations surgissent et viennent modifier les faits historiques. C’est le cas dernièrement du roi égyptien Seknenrê Taa II dont la momie a subi un scan. De nouveaux faits sont apparus à la suite d’une étude réalisée par l’archéologue égyptien de renom Zahi Hawas, ancien ministre des Antiquités, en coopération avec Dr Sahar Saleem, professeure de radiologie à la faculté de médecine de l’Université du Caire. La mort de ce roi fut assez violente. Après un examen de scanner tomodensitométrique et d’une étude approfondie des circonstances de la mort du roi, il s’est avéré que Seknenrê Taa II a été martyrisé lors d’un combat après sa défaite contre les envahisseurs Hyksos.

L’archéologue Zahi Hawas et Dr Sahar Saleem ont présenté une nouvelle interprétation des événements avant et après la mort du roi Seknenrê Taa II. Cette étude était basée sur la reconstruction d’images CT bidimensionnelles et tridimensionnelles par l’usage de technologies informatiques avancées.

« Le Courageux », comme l’appelaient les historiens, avait pour but premier la réunification de l’Egypte au XVIe siècle av. J.-C. Il a gouverné le sud de l’Egypte pendant l’occupation du nord du pays par les Hyksos qui s’étaient emparés du delta du Nil pendant environ un siècle (1650-1550 av. J.-C.). Il a ainsi cherché à combattre les occupants du pays dans le delta et débuté les guerres de libération contre les Hyksos.

Du nouveau sur la mort de Seknenrê Taa II
Une radiographie du crâne de Seknenrê Taa II.

D’après les scanners, les mains du roi étaient déformées, ce qui indique qu’il a peut-être été capturé sur le champ de bataille et que ses mains étaient liées derrière son dos, l’empêchant de détourner l’attaque féroce exercée sur son visage et sur tout son corps. « Cela explique qu’il était probablement dans les premières lignes de défense pendant la bataille et a reçu plusieurs coups provenant de plusieurs armes et de différentes directions », expliquent les chercheurs dans leur étude. Pour vérifier leur hypothèse, Hawas et Sélim ont étudié les diverses armes utilisées par les Hyksos. « Nous avons examiné des armes qui sont stockées au Musée du Caire, notamment une hache, une lance et des poignards utilisés par les Hyksos pendant les guerres », souligne Saleem, qui ajoute que les examens ont confirmé la compatibilité de ces armes avec les blessures du roi guerrier. « Les résultats de nos investigations indiquent que Seknenrê Taa II a succombé à de nombreux coups portés dans différentes parties de son corps, par plusieurs ennemis Hyksos qui ont utilisé des armes différentes. Sa mort aurait été provoquée lors d’une exécution cérémonielle », a confirmé Hawas dans son étude, assurant que cela indique que Seknenrê Taa II se tenait en première ligne, risquant sa vie avec ses soldats pour libérer l’Egypte.

Selon cette recherche, les spécialistes ont également réussi à déterminer que Seknenrê Taa II avait environ quarante ans au moment de sa mort en se basant sur son ossature. L’articulation de la symphyse pubienne fournit l’estimation la plus précise à ce jour.

Une technique plus perfectionnée

Du nouveau sur la mort de Seknenrê Taa II

« La tomodensitométrie est l’une des techniques d’imagerie médicale utilisées pour étudier les vestiges archéologiques, y compris les momies, en toute sécurité et de manière non invasive. La tomodensitométrie a aidé dans l’investigation de nombreuses momies royales égyptiennes afin de déterminer l’âge du décès, le sexe, ainsi que la façon dont elles sont mortes », explique Dr Saleem.

Ce n’est toutefois pas la première fois que Hawas et Sélim coopèrent dans un examen de ce genre sur une momie. Ils sont en effet des pionniers dans la tomodensitométrie qu’ils ont utilisée pour étudier plusieurs momies royales du Nouvel Empire, à l’instar de celles de guerriers réputés comme Thoutmosis III, Ramsès II et Ramsès III. Cependant, Seknenrê Taa II semble être le seul parmi eux à se positionner en première ligne sur le champ de bataille.

L’examen de cette momie intervient dans le cadre d’un projet lancé en 2015 par le ministère des Antiquités qui vise à scanner les momies royales pour en réaliser des études plus approfondies. « Au cours de la première phase du projet, 25 momies royales ont été examinées, dont celle du jeune Toutankhamon, Ramsès II et Séthi Ier. La seconde étape du projet, qui a commencé en décembre 2019, consiste à scanner 15 momies », se souvient Saleem, ajoutant que la momie de Seknenrê Taa II était en tête de liste puisqu’elle n’a pas suffisamment été considérée depuis sa découverte.

En outre, la tomodensitométrie de la momie de Seknenrê Taa II a relevé des détails sur les plaies se trouvant à la tête, en révélant des blessures dans différentes parties du corps, jamais encore notées lors des examens précédents. Elles avaient été habilement cachées par les embaumeurs. Depuis sa découverte à la cachette royale de Deir Al-Bahari en 1881, la momie de Seknenrê Taa II a été examinée aux rayons X à plusieurs reprises dont la première dans les années 1960. Ces examens avaient indiqué que le roi décédé avait subi plusieurs blessures graves à la tête alors qu’il n’y avait aucune blessure dans le reste du corps. D’autres avaient révélé qu’il avait probablement été tué dans une bataille par le roi des Hyksos lui-même. Enfin, on a également considéré que Seknenrê Taa II avait peut-être été tué lors d’une conspiration alors qu’il dormait dans son palais. En raison du mauvais état de la momie, certains experts ont suggéré que la momification aurait pu avoir lieu à la hâte loin de l’atelier de momification royale : ce que la récente étude dément en révélant des détails importants concernant la méthode d’embaumement de la dépouille royale. « Les embaumeurs ont utilisé une méthode sophistiquée pour cacher les plaies sur la tête du roi. Une couche de matériau d’embaumement qui fonctionne de manière similaire aux obturations utilisées en chirurgie plastique moderne a été appliquée. Cela signifie que la momification a été réalisée dans un atelier de momification royal plutôt que dans un endroit mal préparé, comme on le prétendait précédemment », explique Sahar Saleem.

Du nouveau sur la mort de Seknenrê Taa II
Une partie des armes utilisées par les Hyksos.

Et ce n’est pas tout, car la présente étude fournit aussi de nouveaux détails importants de l’histoire politique de l’Egypte puisque la mort du roi a constitué un tournant dans la vie politique égyptienne. La mort de Seknenrê Taa II, tant sauvage que violente, a incité ses successeurs à poursuivre une lutte acharnée contre les Hyksos pour réunifier l’Egypte et fonder le Nouvel Empire. Sur une stèle connue sous le nom de « Tablette de Carnavaron », trouvée dans le temple de Thèbes à Karnak, les batailles contre les Hyksos menées par Kamos, fils de Seknenrê Taa II, sont rapportées. Kamos est lui aussi tombé pendant la guerre contre les Hyksos, et c’est Ahmosis, le deuxième fils de Seknenrê Taa II, qui a achevé le processus d’expulsion des Hyksos. Il les a combattus, les a vaincus et les a chassés jusqu’à Gaza à la frontière de la Palestine, réunissant ainsi l’Egypte.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire