Sports > Sports >

De nouvelles étoiles au firmament du football

Mardi, 30 juillet 2019

De nouvelles étoiles au firmament du football

Youcef Belaili, un retour en force

Youcef Belaili, un retour en force

Après une déroute dans sa carrière, puisqu’il a été suspendu pour deux ans (de 2015 à 2017) suite à un contrôle positif à la cocaïne, Belaili a touché le ciel du doigt. Le numéro 8 des Fennecs a été l’une des pièces maîtresses de l’échiquier de Djamel Belmadi, champion d’Afrique 2019. Le joueur de l'Espérance de Tunis s’est montré digne de la confiance de son entraîneur, qui l’a titularisé aux dépens de vedettes évoluant en Europe telles que Yacine Brahimi (Porto, Por.), Andy Delort (Montpellier, Fra.) et Adam Ounas (Naples, Ita.). Buteur décisif contre le Sénégal en phase de poule (1-0) et contre la Guinée (3-0) en 8es de finale, Belaili a assuré une contribution importante dans le compartiment offensif, mais son rendement dépasse de loin ses buts. C’est un vrai battant sur le terrain, qui s’associe avec Sofiane Feghouli et Baghdad Bounedjah au service de l’attaque et redouble d’efforts pour joindre la défense et bloquer son couloir avec Rami Bensebaini. Une espèce de renaissance pour ce joueur, qui a disputé sa quatrième finale (2 en Ligue d’Afrique, une en Supercoupe d’Afrique avec l'Espérance et la CAN avec l’Algérie) depuis son retour en 2017.

Youssouf Sabaly, l’homme fort du Sénégal

Youssouf Sabaly, l’homme fort du Sénégal

Ce n’est pas un héros sénégalais du calibre de Sadio Mané ou de Kalidou Koulibaly, mais le latéral gauche des Lions de la Téranga, Youssouf Sabaly, a montré une grande performance lors de cette CAN. Solide derrière en remportant tous les duels physiques et aériens, outre la difficulté de le dribbler ou de le battre dans une course de vitesse, Sabaly (26 ans) a aussi créé beaucoup de dangers à l’avant. Ce droitier de nature, déployé par l’entraîneur Aliou Cissé sur le flanc gauche, a effectué des courses inlassables sur sa ligne, créant une menace constante pour tous ses adversaires, que ce soit par ses dribbles, centres ou frappes (en demi-finale, le poteau tunisien a repoussé l’un de ses puissants tirs de dehors de la surface). En finale, il a poussé l’ailier de Manchester City, Riyad Mahrez, à se replier durant toute la rencontre dans sa zone pour pouvoir le contrer. Champion du monde des moins de 20 ans avec la France, Sabaly a, en moins de deux ans avec le Sénégal (novembre 2017), disputé une Coupe du monde et une finale de la CAN. Il espère qu’en 2021, il pourra récolter la gloire.

Samuel Chukwueze, prodige des Super Aigles

Samuel Chukwueze, prodige des Super Aigles

Samuel Chukwueze est la nouvelle figure du football nigérian. L’ailier de Villarreal (20 ans) a été à l’origine de la brillante performance nigériane, couronnée par la médaille de bronze. Disputant sa première CAN, Chukwueze a fait valser tout défenseur qui se précipitait sur son flanc droit. Il a participé à 6 des 7 matchs de son équipe, étant absent seulement contre Madagascar, une rencontre que le Nigeria a perdue (0-2) en phase de poule. Chukwueze est un ailier supersonique avec une bonne technique et un puissant tir, qui n’hésite pas à percer dans la surface. Disputant son premier tournoi avec les Super Aigles, il a marqué son premier but international face à l’Afrique du Sud (2-1) pour qualifier l’équipe pour la demi-finale. « C’est mon premier rendez-vous avec les Super Aigles et mon premier but au niveau senior. C’est un rêve devenu réalité. Je ne trouve pas les mots pour m’exprimer », a dit Chukwueze, qui avait aussi été désigné « homme du match ». Le jeune Nigérian, qui a fêté ses 20 ans en mai dernier, est devenu le plus jeune buteur de l’édition et pour lui, ce n’est que le début — espère-t-il — d’une très longue série.

Percy Tau, le présent et le futur des Bafana Bafana

Percy Tau, le présent et le futur des Bafana Bafana

Disputant sa première CAN avec l’Afrique du Sud, l’attaquant Percy Tau a fait grande impression en Egypte. L’attaquant des Bafana Bafana a mené son équipe à la CAN après que celle-ci avait manqué l’édition 2017. Tau (25 ans) a été la source d’inspiration de l’équipe et son élément moteur. Un vrai joyau à observer avec son art du dribble, son sens du but et sa clairvoyance sur le terrain. Meilleur joueur de la D2 en Belgique avec l’Union Saint Galloise (en prêt de l’équipe anglaise de Brighton), Tau se déplace partout dans le compartiment offensif en fonction de la direction de l’attaque. Il a signé une passe décisive à Bongani Zungu face à la Namibie (1-0) pour qualifier l’Afrique du Sud aux 8es de finale, avant d’assurer le spectacle face à l’Egypte (1-0), un spectacle au goût amer pour le public du pays hôte. A l’image de Mark Fish, de Bennedict McCarthy et de Steven Pienaar, Tau semble être la nouvelle figure du football sud-africain autour de laquelle une nouvelle génération peut se construire,

Les distinctions de la CAN 2019

Les distinctions de la CAN 2019

Meilleur buteur : Odion Ighalo (Nigeria), 5 buts.

Meilleur joueur : Ismaël Bennacer (Algérie).

Meilleur gardien : Raïs Mbolhi (Algérie).

Meilleur jeune joueur : Keprin Diatta (Sénégal).

Fair play : Sénégal.

Bennacer, meilleur joueur

Bennacer, meilleur joueur

Inconnu et choix même critiqué avant la CAN, le milieu algérien Ismaël Bennacer (21 ans) a fait un carton plein en Egypte et a décroché le titre de meilleur joueur de cette 32e édition. Un joueur avec un énorme volume de jeu, qui est toujours présent pour assurer la protection de sa défense, mais aussi avancer pour contribuer à l’offensive. Titulaire irremplaçable lors des 7 rencontres des Fennecs (sauf face au Sénégal, lors de la phase de poule, où il a été remplacé à la 91e minute), Bennacer a été l’auteur de trois passes décisives, dont celle de la finale à Baghdad Bounedjah. Son éclat n’a pas passé inaperçu et la presse italienne parle déjà d’une demande de l’AC Milan pour se l’offrir de l’équipe d’Empoli, qui a été reléguée.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique