Dossier > Dossier >

Tareq Fahmi : Israël tente d'établir de nouvelles règles d'action en Syrie 

Osman Fekri, Lundi, 16 avril 2018

Tareq Fahmi, professeur de sciences politiques à l’Université américaine du Caire, revient sur la nouvelle approche stratégique d’Israël en Syrie, les récents affrontements dans la bande de Gaza et la position américaine à l’égard de la Palestine et de la région.

Tareq Fahmi : Israël tente d

Al-Ahram Hebdo : Comment voyez-vous l’ingérence actuelle d’Israël dans les affaires arabes, en particulier en Syrie ?

Tareq Fahmi : Il semblerait que Tel-Aviv tente d’établir de nouvelles règles d’action en Syrie. Cela est clair quand on voit les efforts actuels de la coalition au pouvoir en Israël, qui visent à réorganiser les priorités israéliennes en Syrie en se concentrant sur la présence iranienne en Syrie. Le ministère de la Défense et l’état-major de l’armée reconsidèrent les missions des forces aériennes israéliennes en Syrie en se focalisant sur des frappes préventives globales et sur le recours à des systèmes de défense développés. Israël tentera d’inclure les Etats-Unis à son plan en Syrie, à travers la relance d’un accord précédent avec Washington relatif à l’adoption par Israël de systèmes de défense anti-missiles. Pendant la période à venir, Israël va se concentrer sur les attaques préventives pour faire face au régime syrien et à ses alliés après que ceux-ci ont réussi à déplacer les affrontements vers l’espace aérien israélien.

— Quel est l’objectif des frappes israéliennes continues en Syrie ?

— Le ministère israélien de la Défense a commencé à revoir le rôle des forces aériennes israéliennes sur les terrains d’opération des pays voisins, en particulier en Syrie. Il est prévu que ce rôle ira plus loin que le simple fait d’effectuer des sorties aériennes et de frapper les sites du Hezbollah ou des entrepôts d’armes. Il sera question de conduire des frappes préventives globales et d’exploiter les capacités des satellites israéliens, en particulier Ofoq. Cette approche s’inscrit dans le cadre d’une politique de l’armée israélienne qui consiste à profiter de ses avantages qualitatifs que les autres parties ne possèdent pas. Il est également question de sécuriser au maximum les actions israéliennes et d’abandonner les méthodes traditionnelles de riposte pour passer à des méthodes plus développées. En plus, Israël renforcera ses capacités militaires aux frontières nord avec la Syrie et doublera le nombre de ses équipements militaires et de ses chars sophistiqués, surtout sur le plateau du Golan.

L’état-major de l’armée réclame l’application d’une politique différente en Syrie, qui consiste à se concentrer sur le sud syrien, où la présence iranienne ne cesse de croître, et ce, à travers un plan visant à installer une base aérienne et maritime. Il est également question de relancer l’accord stratégiqueentre les Etats-Unis et Israël, en vertu duquel le côté américain devrait installer des systèmes de défense anti-missiles partout en Israël, afin de faire face aux missiles du Hezbollah. Dans ce contexte, il faut signaler que les Etats-Unis ont installé leur première base commune de défense anti-missile avec Israël dans le désert du Négev en septembre dernier. De plus, le gouvernement israélien, en vertu de la coopération militaire avec les Etats-Unis, a réclamé des garanties à Washington pour faire face à un éventuel affrontement avec l’Iran sur le territoire syrien ou libanais, en particulier après la fin des dangers émanant du groupe terroriste Daech.

Qu’en est-il des évolutions côté palestinien ? Les affrontements se poursuivent le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël …

— La situation sur les territoires arabes se complique de plus en plus. Les heurts ont commencé avec la célébration de la Journée de la terre et se poursuivront jusqu’au 15 mai prochain, comme cela est prévu par le côté palestinien. L’objectif est de faire pression sur les 2 côtés, israélien et américain, et de prouver que les Palestiniens n’accepteront ni la politique du fait accompli, ni une éventuelle médiation américaine, surtout que l’Administration américaine manque aujourd’hui de crédibilité et qu’elle s’aligne franchement sur Israël. Il est évident que n’importe quelle enquête internationale sur ce qui s’est passé lors des affrontements israélo-palestiniens ne sera pas au profit d’Israël.

L’Etat hébreu suit une ligne sécuritaire et stratégique à laquelle il ne renoncera pas, malgré les craintes d’une explosion de la situation du côté palestinien, qui pourrait coûter cher à Israël. Les appareils israéliens de sécurité s’attendent à une escalade palestinienne. Par conséquent, les choix stratégiques resteront liés aux événements à l’intérieur du secteur de Gaza, le long des frontières avec Israël et à l’intérieur de certaines villes de Cisjordanie, soutenues par toutes les factions palestiniennes et pas seulement le mouvement Hamas.

Quelle est l’influence de ces événements sur la région ?

— La situation actuelle dans le secteur de Gaza et en Cisjordanie, qui a atteint un niveau d’escalade maximal avec un bilan de morts qui s’alourdit, peut conduire à l’intervention d’un comité international d’enquête pour dévoiler les circonstances des événements jusqu’au 15 mai prochain, qui est la date prévue pour le transfert de l’ambassade américaine à Tel-Aviv. Tout cela menace de déstabiliser la région. Ajoutons à cela l’intransigeance américaine et son insistance à proposer « le marché du siècle » au détriment du côté palestinien.

— Pouvez-vous nous expliquer la position américaine envers les palestiniens ?

— L’Administration américaine continue à faire pression pour faire appliquer les arrangements politiques et sécuritaires dans les territoires occupés. Elle fait en outre pression sur l’Autorité palestinienne et le président Mahmoud Abbas. Ces tentatives se heurteront au refus de toutes les forces palestiniennes, quelles que soient leurs tendances. Ces forces trouvent que l’Administration américaine actuelle n’est plus un médiateur réel, mais plutôt un partenaire du côté israélien.

— Quelle est la vision américaine vis-à-vis de la Palestine et de la région ?

— L’Administration américaine veut passer du stade des contacts politiques intensifs avec les parties concernées à celui de la concrétisation des arrangements proposés. Ceux-ci prendront la forme d’une initiative complète sur laquelle se concentreront les négociations. Il est question d’adresser un message aux parties arabes concernées sur la capacité américaine à imposer son « marché du siècle » au Proche-Orient et à contourner les propositions arabes et internationales, qui tentent d’éloigner le côté américain des négociations israélo-palestiniennes pour donner l’occasion à d’autres parties d’intervenir.

Lien court: