Semaine du 15 au 21 septembre 2021 - Numéro 1390
Ossama Abdel-Wareth : J’espère que ce centre permettra à des jeunes de découvrir leur vocation
  Pour l'égyptologue Ossama Abdel-Wareth, nouveau directeur du Centre pour les enfants de la civilisation et la créativité, l'objectif de cet établissement est d'éveiller la conscience patrimoniale chez les plus jeunes.
Ossama Abdel-Wareth
Ossama Abdel-Wareth, nouveau directeur du Centre pour les enfants de la civilisation et la créativité.
Doaa Elhami08-02-2017

Al-Ahram Hebdo : Comment le Centre pour enfants de la civilisation et la créativité contribue-t-il à éveiller la conscience patrimoniale chez les enfants ?

Ossama Abdel-Wareth : Le centre s’adresse en réalité à toute la famille et pas seulement aux enfants. Nous avons un programme qui résume l’apport de la civilisation égyptienne en matière d’architecture, d’astronomie, d’agriculture, etc. Nous sommes loin de l’histoire et de ses dates monotones. Le centre invite des spécialistes, comme les astronomes de la Société mondiale de l’astronomie et de l’Institut d’astronomie, à organiser des ateliers mensuels au centre. Les membres de la famille découvrent alors les astres et les galaxies de l’univers et utilisent des instruments astronomiques comme le télescope. C’est une bonne occasion d’expliquer la naissance de cette science en montrant des scènes de différents temples et tombes de l’Egypte Ancienne. L’évolution de l’astronomie au fil des siècles et les contributions des oulémas arabes sont aussi simplifiées et toujours accompagnées d’exemples concrets.

— Quelle est votre vision pour atteindre cet objectif ?

— La réussite de chaque programme est due aux intervenants. Le personnel du centre, lui aussi, joue un rôle primordial et est très efficace. C’est pourquoi, nous organisons également des stages de formation afin de faciliter la coopération entre notre personnel et les spécialistes intervenants. Autre point d’une importance majeure : les parents des enfants sont toujours invités à participer à nos ateliers. Cela permet de doubler le nombre de participants. Le dernier atelier « La Cuisine des pharaons » en est un exemple.

— Les ateliers sont-ils les seules activités proposées ?

— Les ateliers sont l’une des activités que nous proposons. La soirée de lecture attire également beaucoup le public. Le centre invite une conteuse à raconter aux enfants des anecdotes rigolotes et intéressantes sur le patrimoine. A travers ces récits, on lie l’enfant à son environnement, et cela l’aide à comprendre la valeur patrimoniale de l’endroit où il vit. A Héliopolis, par exemple, la conteuse a raconté d’une façon simple et pleine d’émotion l’histoire du palais du Baron Empain, celle de son propriétaire et de la fondation de la cité. Nous avons déjà organisé cette activité à Beit Al-Krétliya, dans la rue Saliba, qui va de la place de la Citadelle à celle de Sayeda Zeinab et dernièrement dans le complexe religieux du Vieux Caire. Le centre organise ce type d’activités qui varie selon la nature du quartier lui-même.

— Quels sont les futurs projets et activités du centre ?

— Nous sommes en train de préparer, en collaboration avec la Banque Misr, la construction d’un grand centre scientifique qui comprendra des laboratoires de chimie, de physique et de biologie. J’aimerais que les élèves et les étudiants puissent y suivre des cours de sciences afin de passer de la théorie à la pratique. Ce centre comprendra un département réservé aux élèves les plus intéressés et donc les plus investis. J’espère que ce centre permettra à des jeunes de découvrir leur vocation et nous permettra de découvrir les génies scientifiques de demain.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire