Semaine du 15 au 21 septembre 2021 - Numéro 1390
Vivre avec les pharaons
  Le Centre pour les enfants de la civilisation et la créativité accueille les familles pendant les vacances de la mi-année, une invitation à mieux connaître l’histoire et le patrimoine égyptiens.
Vivre avec les pharaons
A travers les jeux numériques et les cubes « Lego », les enfants apprennent les matières naturelles utilisées comme remède en Egypte Ancienne ainsi que l'histoire des pharaons. (Photo : Le Centre pour les enfants de la civilisation et la créativité)
Doaa Elhami08-02-2017

Au coeur d’Héliopolis (la Cité du soleil), à quelques kilomètres de la place Roxy, se dresse majestueusement le Centre pour les enfants de la civilisation et la créativité. Un immense espace vert réparti en plusieurs zones avec un cours d’eau au centre accueille les visiteurs. Le musée lui-même est construit sur quatre étages dont deux consacrés à l’Egypte Ancienne.

L’itinéraire suit la chronologie historique tout en mettant en relief les monuments les plus renommés de l’Egypte pharaonique. « La tournée dans ces deux premiers étages, ceux de l’Egypte Ancienne, prend environ 75 minutes », explique Riham Abdel-Wahab, guide au musée. La salle du premier étage s’ouvre sur l’image des pyramides. Il s’agit d’un documentaire de 7 minutes où l’égyptologue Zahi Hawas raconte aux enfants l’histoire de la construction des pyramides. Il explique aussi le Sphinx et ses symboles. Ce film emmène les enfants dans un voyage dans le temps. Ensuite, on a droit à une excursion fictive à travers l’entrée de la grande pyramide, ses couloirs qui dirigent vers la salle du roi. Sur les côtés sont exposés une statuette du roi Chéops et des outils utilisés dans les fouilles, pour faire vivre aux visiteurs l’expérience des archéologues, selon la jeune guide.

Sur une grande carte de l’Egypte affichée, on a marqué les plus fameux sites archéologiques. Pour le temple de Karnak, entouré du fameux jardin botanique de Thoutmosis III, les enfants doivent mettre la photo de la plante à côté de sa nomination. « Le jeu de puzzle sur cette carte est intéressant », écoute-t-on Ali, 6 ans, de sa petite voix. Sur cette carte est représentée l’évolution de l’édification de la pyramide.

Le visiteur a l’occasion de contempler aussi l’architecture pharaonique à travers les répliques des obélisques et de différents types de sculptures, ainsi que des temples d’Abou-Simbel et de Louqsor.

« J’ai vu le four et les récipients d’argile que les pharaons utilisaient pour se nourrir », raconte la jeune Noha, ravie, tout en espérant fabriquer elle-même ces récipients dans le jardin du musée.

« Nous nous sommes servis d’un documentaire que Howard Carter a produit pour raconter la découverte de la tombe de Toutankhamon et ses premières impressions. Nous projetons la version arabe », reprend la jeune guide.

Vivre avec les pharaons
(Photo : Le Centre pour les enfants de la civilisation et la créativité)

Des répliques des trésors du roi-enfant sont exposées, surtout le fameux masque doré. Cette tombes révèle des secrets de la médecine en Egypte Ancienne et de la momification.

La tournée de la première salle se termine par une visite des trésors engloutis d’Alexandrie.

Tout passe par le Nil

La visite de la deuxième salle nous aide à comprendre la vie dans l’Egypte Ancienne qui était étroitement liée au Nil. L’agriculture, l’astronomie, les mathématiques, l’architecture et les beaux-arts ou encore les transports, tout dépendait du Nil. L‘année pharaonique était répartie en trois saisons : akhet (la crue), peret (la germination) et enfin le chémou (la récolte). Une vidéo de la crue est projetée. En outre, le visiteur découvre le nilomètre, les animaux fluviaux et surtout les instruments d’irrigation comme le chadouf. « J’ai réussi à faire couler de l’eau dans le petit ruisseau en utilisant le chadouf », crie Noha avec joie.

Vivre avec les pharaons
Les enfants écoutent attentivement les explications du guide du musée, et y réagissent. (Photo : Le Centre pour les enfants de la civilisation et la créativité)

Le Nil relie la Basse et la Haute-Egypte. Raison pour laquelle l’Ancien Egyptien l’utilisait dans le transport. Le musée montre alors des répliques de différents types de bateaux, felouques, bateaux royaux, de transport de pierre et de produits, de pêche, etc. Tous ces types de navires sont montrés dans un film divertissant. Les visiteurs découvrent encore trois écrans, pour les signes des hiéroglyphes et de calcul. « Est-ce que je peux écrire mon prénom en utilisant ces signes ? », se demande le petit Mina. La guide s’est précipitée pour lui montrer comment faire.

Parmi les jeux les plus amusants dans cette tournée figure celui de l’archéologue sur le chantier de fouilles. Là, les enfants utilisent les outils des égyptologues et parviennent à découvrir des blocs de pierre, des statues, des stèles, etc. Ensuite, ils s’amusent à reconstruire un temple ou une maison. Enfin, le visiteur apprend les étapes de la production du pain et des tapis, et s’initie à des instruments de musique pharaonique comme la harpe.

Pour plus d’informations :

Sur Facebook

Children’s Civilization and Creativity Center (Child Museum)

34, rue Abou-Bakr Al-Seddiq, Héliopolis, Le Caire.

Téléphone : 26399915-01060988091




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire