Semaine du 22 au 28 septembre 2021 - Numéro 1391
25 ans de coopération archéologique
  Le Musée de Louqsor accueille une exposition exceptionnelle pour célébrer les 25 ans de coopération archéologique franco-égyptienne au Ramesseum. Un événement qui réunit experts, professeurs et amateurs du 4 novembre au 4 décembre.
25 ans de coopération archéologique
Le Ramesseum et le temple d'Amenhotep III vus d'une montgolfière. (Photo : Mission archéologique franco-égyptienne)
Doaa Elhami23-11-2016

Le ramessuem célèbre ce mois-ci les 25 ans de coopération archéologique franco-égyptienne. La mission archéologique franco-égyptienne de Thèbes-ouest, présidée par le professeur Christian Leblanc, opère au Ramesseum depuis 1991. Cette coopération est aujourd’hui le sujet d’une conférence et plusieurs activités dont une exposition au Musée de Louqsor du 4 novembre au 4 décembre 2016. Cette exposition exceptionnelle retrace le parcours et l’histoire des découvertes de la mission archéologique franco-égyptienne sur le site de Thèbes-ouest.

25 ans de coopération archéologique
Statue de divinité trouvée dans l'école du Ramesseum. (Photo : Mission archéologique franco-égyptienne)

« L’organisation de cette exposition a été un vrai défi, non seulement en raison de l’abondance des découvertes mais aussi à cause de l’étendue chronologique qui correspond aux éléments trouvés sur le site », explique le professeur Leblanc. Le site comprend des vestiges qui datent de périodes précédant la construction du temple Ramesseum, dont la construction a commencé au début du règne de Ramsès II. Les découvertes s’étendent de la 2e période intermédiaire jusqu’au début du Nouvel Empire (1783 av. J.-C.-1567 av. J.-C.). L’exposition, qui regroupe 16 pièces-clés représentant chacune une période historique importante, a sélectionné, par exemple pour le début du Nouvel Empire, la sculpture de la « concubine du mort » qui est couchée sur son lit avec à côté d’elle un chat jouant au luth. Les pièces les plus importantes sont celles remontant au règne de Ramsès II et qui proviennent du Ramesseum et de ses annexes. Les fouilles et les recherches effectuées sur le Ramesseum et ses dépendances ont permis aux équipes d’archéologues de faire de grandes découvertes sur l’époque de ce grand pharaon.

L’exposition présente des pièces d’une grande rareté, dont des écritures et des dessins faits sur des ostraca retrouvés dans la « maison de vie », un espace situé au sein du Ramesseum et consacré aux activités quotidiennes. Des installations uniques ont pu également être mises au jour, comme les itinéraires par lesquels passaient les processions autour du temenos, la pièce qui précède le lieu le plus sacré du temple.

Profané et récupéré par les prêtres d’Amon

25 ans de coopération archéologique
Exercice scolaire en hiératique retrouvé au sein de l'école. (Photo : Mission archéologique franco-égyptienne)

Après la XIXe dynastie, le Ramesseum a été profané, et le culte du roi fut abandonné. Le temple de Ramsès II fut alors récupéré par les grands prêtres d’Amon, et fut transformé en une vaste nécropole. Dès le début de la Troisième Période Intermédiaire (1080 av. J.-C.-656 av. J.-C. ), le Ramesseum est devenu un centre de rites funéraires. « Ce sont les restes des instruments funéraires retrouvés dans les tombes qui nous ont permis de faire la lumière sur cette période », reprend le professeur Leblanc. Un catalogue de l’exposition trilingue, en français, en anglais et en arabe, explique la provenance et l’état des 16 pièces présentes dans l’exposition lors de leur découverte. « Nous devons au ministère des Antiquités cette belle initiative qui permet aujourd’hui aux différentes missions oeuvrant sur place de pouvoir présenter au Musée de Louqsor quelques objets significatifs trouvés au cours de leurs campagnes de fouilles », conclut le professeur Leblanc.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire