Semaine du 15 au 21 septembre 2021 - Numéro 1390
Ibrahim Darwich : Les pièces que nous avons ressorties des eaux ne représentent que 2 % du trésor archéologique sous-marin
  3 questions à Ibrahim Darwich, premier directeur du département d'archéologie sous-marine.
Ibrahim Darwich
Ibrahim Darwich, premier directeur du département d'archéologie sous-marine.
Samar Zarée09-11-2016

Al-Ahram Hebdo : En tant que membre fondateur du département d’archéologie sous-marine, comment décrivez-vous l’état du département aujourd’hui ?

Ibrahim Darwich : A vrai dire, je ne suis pas très content de l’état actuel du département. Quand nous avons créé ce département en 1996, nous n’étions que 5 employés contre 25 membres aujourd’hui et pourtant nous travaillions mieux. A cette époque nous possédions l’équipement le plus sophistiqué au monde. Cet attirail avait coûté des millions de L.E., mais, à cette époque le ministère des Antiquités était un ministère très riche. Aujourd’hui, la plupart de nos outils ne fonctionnent plus à cause du manque de maintenance. Nous dépendons du ministère des Finances et celui-ci nous donne actuellement cinq millions de L.E. par an, une somme bien en dessous de nos besoins réels.

Combien de pièces le département a-t-il remonté des eaux depuis le début de son activité ?

— Le département a ressorti jusqu’à présent plus de 5 000 pièces de 25 sites archéologiques situés le long des côtes égyptiennes sur la Méditerranée, la mer Rouge ou sur le bord du Nil. En revanche 60 % de ces pièces que nous avons découvertes proviennent des fonds marins dans la région d’Alexandrie.

Pensez-vous qu’il y ait encore beaucoup à découvrir ?

— Absolument. Ce qui a été découvert jusqu’à présent ne représente que 2 % de notre trésor archéologique sous-marin. Selon l’historien grec Strabon qui a visité Alexandrie en l’an 25 av. J.-C., il existe plus de 35 villes submergées par les eaux entre l’ouest d’Alexandrie et la province de Marsa Matrouh.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire