Egypte > Egypte >

Malek derrière les barreaux

Ola Hamdi, Mardi, 27 octobre 2015

L'homme d'affaires Hassan Malek, proche de la confrérie des Frères musulmans, a été arrêté jeudi dernier par la police et placé en détention provisoire. Il est accusé « d’activités portant atteinte à l’économie ».

Malek derrière les barreaux
Malek derrière les barreaux

Considéré comme l’un des principaux financiers de la confrérie des Frères musulmans, l’homme d’affaires, Hassan Malek, a été arrêté jeudi 22 octobre, et placé en détention pendant 15 jours. Malek a été interpellé dans la soirée de jeudi à son domicile dans le quartier de Tagammoe Al-Khamès. Il est accusé « d’activités suspectes portant atteinte à l’économie de l’Egypte ». « Les dirigeants de la confrérie terroriste des Frères musulmans en fuite hors d’Egypte ont tenu plusieurs réunions pour trouver des sources de financement à travers le trafic de devises étrangères, ce qui nuit à l’économie de l’Egypte », affirme un communiqué du ministère de l’Intérieur. Et d’ajouter : « La confrérie travaille en vue de déstabiliser le marché du dollar pour avorter les efforts de l’Etat visant à stabiliser l’économie ». Le ministère affirme en outre détenir des informations sur l’implication de Malek et un autre homme d’affaires proche de la confrérie, Abdel-Rahmane Saoudi, dans un trafic de devises.

La famille de Malek a immédiatement réagi à son arrestation sur sa page Facebook dénonçant un acte « illogique » et « dénué de fondement ». Hassan Malek possède plusieurs entreprises qu’il a héritées de son père, dont une usine de textile. Il était jusque-là l’un des rares cadres de la confrérie à avoir échappé à l’arrestation depuis la révolution du 30 juin 2013. Les avoirs de Malek avaient été gelés en septembre 2014, lorsque la Cour pénale du Caire a confirmé une décision du procureur général en faveur d’un gel des avoirs des dirigeants des Frères musulmans. Depuis les années 1990, Malek était considéré comme l’un des plus éminents hommes d’affaires des Frères musulmans avec son partenaire d’affaires, aujourd’hui emprisonné, Khaïrat Al-Chater. Il a adopté un profil bas depuis l’éviction de Mohamad Morsi le 3 juillet 2013. L’analyste Sameh Eid estime que les raisons de l’arrestation de Hassan Malek sont strictement financières. « Malek, comme d’autres hommes d’affaires, s’inquiétait sans doute face à l’instabilité du dollar, et il a essayé de sauver des fonds. Je pense que son arrestation sera suivie par d’autres actions contre des hommes d’affaires qui n’ont rien à voir avec les Frères musulmans », explique l’analyste Sameh Eid. Et d’ajouter : « Si l’Etat l’a laissé tranquille pendant deux ans et demi c’est qu’il y avait sans doute un accord entre eux. Mais visiblement, pour une raison ou une autre, cet accord a été rompu ».

Malek avait déjà été arrêté en 2006 sous le régime de Hosni Moubarak, et en 2008, il a été condamné à 7 ans de prison par un tribunal militaire aux côtés de l’homme d’affaires Khaïrat Al-Chater, numéro deux de la confrérie, pour financement d’une organisation interdite. Les deux hommes avaient été libérés en 2011 après la révolution du 25 janvier. Ahmad Ban, spécialiste des mouvements islamistes, partage l’opinion de Eid : « Malek n’a jamais vraiment eu de hautes responsabilités au sein de la confrérie, mais ses affaires avec Al-Chater l’ont placé sous surveillance ».

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique