International > Afrique >

Terrorisme : Nouvelles attaques en Afrique

Sabah Sabet avec agences, Jeudi, 30 juillet 2015

Malgré la mobilisation internationale et africaine contre les groupes terroristes, cette semaine, trois pays du continent africain ont été les cibles d'attaques meurtrières.

Cameroun, Nigeria et Somalie : trois grands pays africains, qui souffrent des groupes extrémistes depuis des années, sont de plus en plus menacés par des attaques quasi quotidiennes malgré les efforts de lutte contre le terrorisme. Cette semaine, des attaques meurtrières ont frappé ces trois pays, causant morts et blessés. Dimanche dernier, une attaque à la voiture piégée a visé un hôtel de Mogadiscio, fréquenté par des membres du gouvernement somalien et des expatriés, et abritant plusieurs représenta­tions diplomatiques. Selon des sources sécu­ritaires, six personnes sont mortes lors de cette attaque. Dans un communiqué repris par des sites Internet proches des djihadistes, l’attentat a été revendiqué par les Shebab, affiliés à Al-Qaëda. Ils ont affirmé avoir agi « en représailles » à de récentes offensives menées contre eux dans le Sud somalien.

L’hôtel se trouve près de la zone hyper-proté­gée de l’aéroport international qui abrite les Nations-Unies, des ambassades occidentales et le siège de la Force de l’Union africaine (Amisom), qui combat les insurgés shebab dans le pays. « L’attaque atroce de la soirée contre l’hôtel Jazeera, un endroit qui symbo­lise la détermination des Somaliens à recons­truire leur pays, (...) démontre les intentions diaboliques des Shebab qui refusent que la paix puisse s’installer dans tout le pays », a réagi l’Amisom. Malgré leurs revers sur le terrain somalien, les insurgés multiplient les raids sanglants, dans le pays mais aussi au Kenya voisin. Par ailleurs, l’attentat a eu lieu au moment où Barack Obama quittait le Kenya voisin après avoir loué, samedi, le travail de l’Amisom, force à laquelle parti­cipe un contingent kényan. Le président américain a reconnu que les Shebab consti­tuaient toujours une menace, mais a assuré que leur « emprise » en Somalie avait été réduite et leurs réseaux en Afrique de l’Est « affaiblis ». Les Etats-Unis mènent eux-mêmes régulièrement des attaques de drones contre les Shebab dans le pays de la Corne de l’Afrique Le même jour de l’attentat de la Somalie, c’est Damaturu, capitale de l’Etat de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, qui a été touchée par un autre attentat suicide. Au moins 14 personnes ont péri sur le marché central.

Kamikaze adolescente

Désormais affiliés au groupe djihadiste Etat Islamique (EI), les insurgés de Boko Haram multiplient les attaques au Nigeria, mais aussi chez ses voisins. Samedi soir, au Cameroun, un nouvel attentat perpétré par une kamikaze adolescente a fait au moins 20 morts et 79 blessés, dans la ville de Maroua, dans l’extrême-nord. Chef-lieu de la région camerounaise de l’extrême-nord, frontalière des fiefs nigérians de Boko Haram, Maroua se remettait à peine d’une double attaque suicide commise le mercredi 22 juillet, par deux adolescentes, qui avait coûté la vie à 13 personnes. Après l’explosion de samedi soir, il s’agissait du cinquième attentat suicide en deux semaines. Ces attaques sans précédent en territoire camerounais marquent un tour­nant, même si, depuis deux ans, Boko Haram a enchaîné raids meurtriers et enlèvements dans l’extrême-nord.

Par ailleurs et face à cette menace, ces pays ont lancé en début d’année une vaste opéra­tion miliaire contre les insurgés de Boko Haram en leur infligeant de lourdes pertes sans parvenir à les neutraliser. Une nouvelle vague de violences a déjà fait plus de 800 morts depuis l’investiture, fin mai, du nou­veau président nigérian Muhammadu Buhari, qui a érigé en priorité la lutte contre les insur­gés. Les attaques perpétrées par Boko Haram et la répression de l’insurrection par les forces nigérianes ont fait plus de 15 000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria depuis 2009. En outre et malgré la mobilisa­tion des armées de la région, les attaques ne cessent pas dans les pays concernés. La sécu­rité est loin d’y être réinstallée l

Lien court: