Al-Ahram Hebdo,Environnement | Moins consommer pour mieux se porter
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 6 au 12 août 2008, numéro 726

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Environnement

Energie. Financée par les secteurs public et privé, la première campagne pour la rationalisation de l’utilisation de l’énergie vient d’être lancée en Egypte et dans d’autres pays de la région. Elle devrait conduire à une modification des comportements.

Moins consommer pour mieux se porter

« Bien utiliser l’électricité = économies d’énergie et dépenses en moins = grand bénéfice de la planète », tel est le thème de la première campagne nationale interarabe pour la rationalisation de l’utilisation de l’énergie. Le lancement a eu lieu la semaine dernière sous les auspices du ministre d’Etat pour les Affaires de l’Environnement, Magued Georges, lors d’une conférence qui a réuni des pays arabes (le Liban, la Jordanie, la Syrie, l’Egypte …) et trois sociétés productrices et vendeuses de matériels électriques (climatiseurs, réfrigérateurs …). Selon Magued Georges, il s’agit encore et toujours de sensibiliser la population pour obtenir des effets positifs sur notre environnement. « Le choix du thème s’explique par la hausse du prix de l’énergie et du pétrole au niveau mondial et spécialement au Proche-Orient. Cette augmentation a des répercussions négatives sur les prix des produits alimentaires essentiels : pain, blé, huile … cela a commencé à menacer la vie des habitants égyptiens », précise Mohamad Samir, directeur général de la société Procter & Gamble en Egypte et au Proche-Orient.

Le coût de la campagne qui doit durer jusqu’au mois d’octobre s’élève à plus de 2 millions de L.E. « On a choisi l’été, car c’est l’époque où la consommation d’électricité est la plus importante : les Egyptiens vivent avec les ventilateurs et les climatiseurs en marche… », explique le Dr Hany Louqa, responsable d’une grande société égyptienne.

10 mois ont été nécessaires pour préparer cette campagne. « En octobre dernier, on a commencé à faire des tournées dans les gouvernorats d’Egypte, et on a choisi 19 femmes de chaque gouvernorat pour connaître leurs problèmes quotidiens. On a découvert que ce qui les préoccupait le plus était la hausse des tarifs d’électricité. Pour que cette initiative soit couronnée de succès, on a fait appel à des partenaires expérimentés : ministère de l’Environnement, Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), le Centre de modernisation de l’industrie », expose Mohamad Samir. Et le Dr Mohamad Bayoumi, du PNUD, d’ajouter : « Les Egyptiens consomment beaucoup d’énergie et sont responsables d’une bonne partie de la pollution atmosphérique et des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Donc, on doit lutter contre le changement climatique, même si les ressources des énergies traditionnelles, les énergies fossiles sont encore considérables, avec 40 ans de réserves de pétrole, 62 ans pour le gaz, 400 ans pour le charbon. Pour mieux préserver notre environnement, il faut veiller dès à présent à réduire notre consommation d’énergie, nous devons adopter des gestes simples qui permettent de réaliser de substantielles économies, des petits réflexes que nous pouvons tous également adopter, pour le plus grand bénéfice de la planète ».

Un avenir meilleur

La plupart des responsables présents lors de la conférence ont donc insisté sur les comportements domestiques à modifier. Comme par exemple faire la lessive à l’eau froide ou à basse température (30° ou 40°). Afin de réaliser des économies supplémentaires, ils ont conseillé de n’utiliser que des appareils récents. « Par exemple, un lave-vaisselle neuf présente une efficacité énergétique de 95 % supérieure aux modèles achetés en 1972 », déclare l’ingénieur Mohamad Al-Mahdi, directeur exécutif chez Siemens. « Un réfrigérateur consomme actuellement 50 % moins d’énergie que les modèles fabriqués il y a 10 ans. Ces derniers s’accaparent 11 % de la consommation d’énergie totale d’un foyer », poursuit-il.

Les luminaires sont aussi concernés. Les ampoules électriques à économie d’énergie durent jusqu’à dix fois plus longtemps, et consomment 75 % moins d’énergie que les ampoules classiques. Ou encore les climatiseurs. « Les études prouvent que le thermostat d’un climatiseur doit être réglé à 23° au lieu de 16°, comme cela se voit beaucoup, pour économiser 20 % d’énergie », précise Dr Mohamad Al-Sobki, responsable au Centre de modernisation industrielle.

D’autres méthodes plus classiques existent aussi pour réduire la consommation. « Installer des protections solaires classiques aux fenêtres au lieu d’acheter un climatiseur, profiter en hiver au maximum de la lumière naturelle du jour qui entre par les fenêtres et les puits de lumière, et ce, au lieu d’utiliser l’éclairage des lampes», ajoute le Dr Bahaa Bakri, professeur de planification écologique et de technologie urbaine à l’Université du Caire.

Invités, responsables et propriétaires de grandes sociétés espèrent tous un avenir meilleur grâce à cette campagne. « Si vous suivez toutes les étapes de cette campagne unique en son genre en Egypte, et si vous regardez et écoutez les spots publicitaires dans les quelques mois qui viennent, on n’aura ni de problèmes d’argent ni de changement climatique. Le prix du pétrole baissera de 30 % en 2025, et l’Egypte sera un des grands pays exportateurs de pétrole ». Telles sont les grandes attentes exprimées.

Manar Attiya

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.