Egyptologie. La mission américano-italienne opérant à Wadi Al-Gawassis, sur la mer Rouge, a mis au jour de nouvelles évidences confirmant que les expéditions de Pount étaient nombreuses tout au long de l’histoire égyptienne, notamment au Moyen Empire.

 

Historique des fouilles

 

Wadi Al-Gawassis a été découverte vers les années 1976 et 1977 par le professeur Abdel-Moneim Sayed, de l’Université d’Alexandrie. A cette époque, le professeur Sayed a prouvé que Marsa Gawassis était le port d’où les bateaux partaient pour les pays de Pount durant le Moyen Empire, surtout pendant le règne de Sésostris Ier. Quant à la mission italo-américaine, celle-ci n’a décidé d’y entamer ses fouilles qu’en 1999. Avant cette année, le professeur Rodolfo Fattovich travaillait plusieurs années au nord d’Ethiopie et en Erythrée. Lors de ses fouilles, le professeur italien a rencontré plusieurs pièces pharaoniques, à l’instar des poteries et « peut-être, je suis au sein de la région de Pount. Là, je me suis trouvé devant deux énigmes majeures : la localisation de Pount et pourquoi les routes maritimes étaient-elles les plus fréquentées ? Ainsi, décidai-je d’aller à wadi Al-Gawassis à la recherche de la réponse », commente le professeur italien.

Maintenant, après huit ans d’opérations archéologiques à Wadi Al-Gawassis, Fattovich a pu enfin préciser la localisation des pays de Pount. Pour lui, ceux-ci occupaient les deux côtes Est et Ouest de la mer Rouge qui sont actuellement en Erythrée sur la côte africaine et le sud-est du Yémen sur la côte asiatique. Mais pourquoi, les pharaons utilisaient-ils la route maritime pour atteindre les pays de Pount ? Fattovich suppose que les pharaons, pendant le Moyen Empire, n’étaient pas en bonne relation avec Kerma, l’actuelle Nubie. Il faudrait alors dépasser cette zone en allant aux pays de Pount. Seule la route maritime est l’unique solution pour garantir une expédition sécurisée et saine.

Mais si l’on répond à une question, beaucoup d’autres surgissent dans la science de l’archéologie. Raison pour laquelle Fattovich et sa mission continuent leurs opérations à Wadi Al-Gawassis, dont les énigmes persistent toujours.

Doaa Elhami