Al-Ahram Hebdo, Voyages | Un exode qui ne serait qu’un mythe
  Président Salah Al-Ghamry
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 18 à 24 avril 2007, numéro 658

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Voyages

Archéologie. Des fouilles dans le Sinaï confirment plusieurs des récits pharaoniques, mais pas l’exode des Hébreux.  

Un exode qui ne serait qu’un mythe 

Sur le site d’une forteresse antique, au nord du Sinaï, des archéologues du Conseil Suprême des Antiquités (CSA) ont annoncé avoir trouvé quelques pierres ponces, témoignages de la terrible catastrophe et du premier tsunami connu de l’histoire. Des roches volcaniques projetées dans le Sinaï lors de l’éruption, il y a 3 500 ans, du volcan cycladique de Théra, confirment des récits pharaoniques.

Le cataclysme de Théra, l’actuelle Santorini, en mer Egée, a en effet été présenté à travers d’innombrables écrits comme ayant précédé ou provoqué les dix plaies d’Egypte ou encore expliqué un châtiment réservé à des lévites révoltés contre Moïse. « Cette découverte n’est pas pour autant une preuve de l’exode, l’archéologie ne le confirme pas, et il relève d’un mythe », affirme Zahi Hawas, le secrétaire général du CSA. C’est vers 1500 av. J.-C. que l’explosion du volcan s’est produite, entraînant le déclin de la civilisation minoenne, en Crète. Un immense raz-de-marée aurait provoqué la mort de 35 000 personnes sur le littoral sud de la Méditerranée et réduit en cendres des villages en Egypte, en Palestine et dans la péninsule arabique. Pour Zahi Hawas, « si l’exode s’est produit, ce que nous ne savons pas, cela ne peut pas être à cette période », mais deux siècles plus tard, sous Ramsès II. En revanche, la présence de cendres et de roches volcaniques sur le site de l’ancienne forteresse de Tharo à Tell Hebwa, confirmerait, selon lui, des inscriptions anciennes évoquant l’expulsion des Hyksos, ennemis des Egyptiens. Des textes évoquent, en effet, des catastrophes naturelles survenues durant l’ère des Hyksos, une caste militaire venue de l’est, et leur exode avant le début du Nouvel Empire, précédé de peu par l’éruption du volcan de Théra. Ainsi, plusieurs récits se rapportant à cette guerre figurent-ils sur une stèle du temple de Séti I à Karnak, dans une description de la route de Horus dans un texte sous Thoutmotsis III ou sur un papyrus sur la guerre menée par le roi Ahmos.

 

Des squelettes hyksos

L’équipe a découvert également dans le désert du Sinaï les vestiges d’un fort muni de quatre tours rectangulaires et qui daterait de la XVIIIe dynastie pharaonique. Cette forteresse est désormais considérée comme le plus ancien ouvrage militaire sur cette ligne de défense, également appelée route de Horus. Mais il n’y avait pas la moindre preuve du récit de l’Ancien Testament, de l’histoire de Moïse et des juifs, et de leur sortie d’Egypte ou de leur errance dans le désert.  Deux squelettes féminins, des poteries et des bijoux ont été retrouvés. Ces restes auraient appartenu à la civilisation hyksos, un peuple ennemi des Egyptiens de l’Antiquité.

Les chercheurs soutiennent que cette découverte est particulièrement intéressante à cause des roches volcaniques retrouvées sur le site des fouilles. Ils croient qu’il s’agit de traces laissées par l’éruption du volcan Santorini, plus de 15 siècles avant Jésus-Christ. Santorini est un petit archipel d’îles volcaniques situé dans la mer Egée, au sud-est de la Grèce continentale. Ce volcan aurait alors tué plus de 35 000 personnes et fait disparaître la civilisation minoenne sur l’île de Crète.

 

Le carrefour de la guerre

Montrant les fondations du fortin de la XVIIIe dynastie, le plus ancien jamais retrouvé sur cette ligne de défense, dite la route de Horus, Mohamad Abdel-Maqsoud, le chef des fouilles et le directeur de l’administration centrale des antiquités égyptiennes, estime qu’il témoigne de l’âpreté des combats. « C’est ici qu’était établi le grand premier verrou de l’empire contre les conquérants de l’est, comme les Hyksos », dit-il, alors qu’aujourd’hui le Canal de Suez n’est distant que de 5 km. Mais aussi la base pour les attaques ultérieures de l’empire pharaonique en direction de la Palestine, avec la mise en place d’une chaîne composée d’une dizaine de forteresses jusqu’à ce qu’on appelle désormais la bande de Gaza.

Ce récit pourrait avoir inspiré le récit biblique de l’exode, selon certains savants. « Ils pourront dire ce qu’ils veulent, je m’en fiche, n’a pas hésité à dire Hawas. Je suis archéologue et mon métier, c’est de dire la vérité. Si la vérité les dérange, ce n’est pas mon problème ». L’histoire de l’exode est célébrée comme un moment crucial dans la création du peuple juif. Selon l’Ancien Testament, Moïse était le fils d’une esclave juive qui l’avait abandonné sur le Nil dans un panier d’osier pour le protéger des persécutions du pharaon. Sauvé des eaux par la fille du pharaon et élevé à la cour, il découvrira le secret de ses origines et, avec l’aide de Dieu, libérera son peuple. Mais les archéologues qui travaillent dans la région n’ont jamais réussi à étayer le récit biblique ; quant à la présence des juifs en Egypte, il n’existe qu’une seule découverte archéologique susceptible de la confirmer. De nombreux livres ont été écrits sur le sujet, mais les débats sont pour la plupart restés discrets pour ne pas choquer les croyants.

« Sans preuves historiques, nous sommes contraints de dire que certaines choses ne sont jamais arrivées : c’est le métier d’archéologue », poursuit Hawas. Le site se trouve à deux heures de voiture du Caire, après le pont Moubarak, dans le nord du Sinaï, dans une région appelée Qantara-Est. Depuis près de dix ans, les archéologues égyptiens retournent le sol avec l’aide de journaliers des villes avoisinantes pour essayer de déterrer des vestiges du passé. Ce paysage désolé, dont la monotonie n’est rompue que par quelques pylônes électriques, a suscité son enthousiasme parce qu’il confirme des récits racontés dans les hiéroglyphes ou qui remontent à l’Antiquité. Les vestiges archéologiques remontent en effet plus ou moins à l’époque où, selon la Bible, les juifs ont fui l’Egypte et ont ensuite passé quarante ans à errer dans le désert à la recherche de la Terre promise. L’exode « est un mythe », affirme Hawas devant un mur construit au cours de la période dite du Nouveau Royaume.

Amira Samir avec agences 

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.