Semaine du 13 au 19 septembre 2017 - Numéro 1191
Les tok-toks, cet envahisseur qui nous empoisonne la vie

Hany Farouq, Guiza.

Un de nos fidèles lecteurs parle des inconvénients que présentent les tok-toks.

Partout dans le monde, les enfants ont toujours la passion de jouer avec une auto tamponneuse dans les parcs d’attractions, mais au Caire, le tok-tok a pris sa place. Tok-tok, c’est cette petite mouche qui a envahi nos rues dans la plupart des gouvernorats. Selon l’Organisme central pour la mobilisation et le recensement, le nombre de tok-toks est estimé à 2 millions. Le problème est que ces tok-toks ne sont pas immatriculés car ils n’ont pas de statut officiel. Cette petite voiture est la cause de beaucoup d’accidents avec les piétons, les voitures et les taxis.

Car les tok-toks circulent à une vitesse horrible sans prendre aucune précaution. Pire encore, la plupart des chauffeurs de cette petite voiture sont des mineurs, des enfants âgés de 12 à 16 ans. La situation est très compliquée. Imaginez un enfant qui conduit une voiture à côté de vous, ce n’est pas possible. Aujourd’hui, ceci est devenu une réalité. Ces enfants, au lieu d’aller à l’école et pratiquer du sport, deviennent chauffeurs de tok-tok pour gagner leur vie.

Et ils n’ont même pas de permis de conduire car ils ont généralement moins de 18 ans. Mais ce sont les conditions économiques qui les obligent à travailler. Et pire, certains d’entre eux n’hésitent pas à voler des sacs ou des téléphones portables des piétons. Le gouvernement doit prendre des mesures urgentes pour éliminer ce phénomène catastrophique. 


A quand l’égalité homme-femme ?

Radwa Adel, Port-Saïd.

Bien que nous soyons en 2017, la femme subit toujours des répressions sociales. La liste est longue. Dans certains endroits, particulièrement dans les régions rurales ou dans les bidonvilles, les familles forcent leurs filles à ne pas poursuivre leurs études et à se marier à un jeune âge. Dans la plupart des cas, ce mariage va leur économiser beaucoup de dépenses pour leurs filles, notamment si les parents ont beaucoup d’enfants, ou bien si le mari est riche, quel que soit son âge. Ainsi, la fille n’a aucun droit de choisir l’homme qu’elle épouse et avec qui elle va vivre.

Ces traditions annulent le rêve de la majorité des filles et ignorent toutes leurs ambitions de jouer un rôle efficace dans la société. La fille ne possède même pas la liberté d’opinion. Par conséquent, elle s’est transformée en une femme au foyer et mère d’enfants qui n’a aucun droit de faire ce qu’elle veut et elle est obligée d’accomplir les tâches ménagères seulement. Selon ces traditions, l’homme, en revanche, a le droit de faire tout ce qu’il veut et personne ne peut ni protester ni discuter, pour la seule raison qu’il est un homme. Qui a posé ces règles ? Pourquoi notre société est-elle stérile à ce point ?

Dieu a honoré la femme dans toutes les religions. Pourquoi insistons-nous à faire le contraire ? La femme a réussi dans notre société et dans tout le monde à occuper des postes juridiques et politiques. Elle est devenue médecin, juge et ministre. A mon avis, la femme dans les quatre coins du pays doit lutter contre ces traditions stériles et arriérées.