Semaine du 17 au 23 mai 2017 - Numéro 1176
Bienvenue au Ramadan

Randa Achour, Alexandrie.

Une de nos lectrices annonce la venue du mois sacré du Ramadan.

Permettez-moi, chers lecteurs, de parler de ce mois que nous aimons tant, et qui est le mois du Ramadan. Chaque année on attend avec impatience ce mois si particulier. Les rues vont reprendre leurs couleurs de fête, les toiles multicolores et les fawanis vont venir redécorer nos rues, et l’esprit du Ramadan va s’emparer de nous tous. Je pense que ce mois sacré devrait être riche en activités culturelles et artistiques.

C’est vrai que tous les ans, Wékalat Al-Ghouri, Beit Al-Séheimi et bien d’autres lieux du célèbre quartier de Gamaliya organisent toutes sortes d’événements, mais d’après moi, ces activités devraient également s’étendre vers la Haute- Egypte. A côté des futures réjouissances nocturnes, beaucoup d’Egyptiens ont commencé à préparer les stocks de nourriture du mois du Ramadan. Nombreux sont ceux qui ont déjà commencé à acheter en masse du yamich (fruits secs), de la viande et toutes sortes de produits alimentaires (sucre, huile, pâtes, riz, concentrés de tomates, etc.).

Seulement, je tiens à rappeler que le mois du Ramadan ne veut pas seulement dire manger, dormir et ne rien faire. Il s’agit à la base d’une période propice à la réflexion et à la spiritualité, à la lecture du Coran et à l’introspection. J’aimerais que nous n’oublions pas ce point afin que nous ne nous perdions pas dans la surconsommation et l’opulence. 


S’adresser au monde entier …

Hassan Frouq, Le Caire.

Nous avons tous besoin de parler, de nous exprimer et de dire que nous sommes attristés par ce qui se passe dans notre société. Alors permettez-moi de faire une proposition aux responsables qui dirigent notre pays, et plus particulièrement aux hommes d’affaires possédant les chaînes satellites. Nous devrions créer de nouvelles chaînes satellites en anglais et en français, afin de pouvoir nous adresser à l’étranger, et particulièrement à l’Occident. J’estime nécessaire que tous ceux qui travaillent dans les médias pensent à la création de chaînes égyptiennes en langues étrangères. Une telle initiative nous aiderait à mieux nous faire comprendre de la part de l’Europe et du monde entier. Nous pourrions alors diffuser des analyses de fond de différentes tendances.

C’est vrai qu’il existe déjà Nile T.V. qui émet quelques émissions en anglais et en français ... mais ce n’est pas suffisant. Il faut des chaînes égyptiennes qui émettent intégralement en langues étrangères. Nous avons absolument besoin de faire entendre notre voix au monde. 


Un combat au quotidien …

Mounir Salah, 6 Octobre.

Tous ceux qui sont obligés de conduire dans les rues égyptiennes connaissent certainement ce que représente de se déplacer en voiture dans les rues de la capitale. Tout le monde souffre : les piétons, les chauffeurs de bus, les taxistes et les particuliers. Nous sommes tous pris dans ce trafic continuel et éreintant qui irrite toute la population et qui amène parfois les gens à se parler mal ou même à se battre. Seulement, face à cette réalité, personne ne sait quoi faire. La raison principale de ces embouteillages est certainement que nous sommes trop nombreux et que les axes routiers ne sont pas appropriés pour recevoir autant de voitures. Sans parler des transports en commun, insuffisants et parfois en mauvais état.

On dit souvent que pour fluidifier le trafic, il faut emprunter les transports en commun comme le métro ou les bus. Mais regardez ! Regardez l’état des rames de métro aux heures de pointe. Il faut parfois laisser passer deux rames avant de pouvoir enfin monter. Et quand on est dedans, c’est à peine si on peut respirer. Cette situation est intenable. Et les autorités le savent, mais ne font rien. Elles préfèrent certainement investir leurs fonds dans d’autres choses. Je pense que pour le bien-être de la population, il serait plus utile d’améliorer les transports en commun plutôt que de repeindre tout Wast Al-Balad.