Semaine du 24 au 30 mai 2017 - Numéro 1177
Une bonne habitude …

Mona Fouad, Alexandrie.

Une de nos lectrices nous raconte sa vie en tant que végétarienne et encourage d'autres à faire de même.

Depuis mon enfance, je n’aime pas la viande. Pourtant, ma mère m’obligeait d'en manger, sinon, j’étais punie. Pour éviter cela, je mettais le morceau dans ma bouche, simulais d’être en train de mastiquer, et dès que ma mère tournait le dos, je le jetais par la fenêtre. Elle n’a jamais compris que je n’aime pas le goût de la viande. Moi, j’aime les légumes, les fruits, le riz, les pâtes, et parfois je mange du poisson.

Quand j’ai grandi, j’ai découvert que cette «habitude »était très bonne pour la santé, et que la viande rouge et le poulet provoquent parfois de graves maladies ou des maladies chroniques. Ils provoquent aussi une augmentation du cholestérol et de l’acide urique. Quand je me suis mariée, j’ai préféréque mon mari soit lui aussi végétarien. C’était très important pour moi. J’étais contente que nous suivions tous les deux le même type d’alimentation. Par contre, cela pose souvent problème quand je suis invitée chez des amis ou dans des fêtes comme la fête du Grand Baïram. C’est la fête de la viande.

J’essaie de m’excuser, mais les gens se fâchent. A mon avis, il faut que la sociétésoit plus tolérante, qu’elle apprenne às’adapter et qu’elle accepte les végétariens sans en faire un problème. 


Nouveau système du bac

Tareq Hamdi, Le Caire.

Un pas en avant vient d’être fait pour le développement du système du bac. Le ministre de l’Education a décidéde remplacer le système en cours par un nouveau système cumulatif, afin que les résultats ne soient pas concentrés sur une seule année seulement, mais sur le total des trois années de secondaire accumulées. Le système éducatif en Egypte souffre, àmon avis, de graves défaillances, notamment au niveau de l’examen du baccalauréat. Le problème de cet examen est qu’il doit représenter trois années d’études, et si quelque chose se passe mal lors de l’examen, c’est tout l’avenir de l’élève qui est remis en cause. Cet état des choses pousse les gens àtricher, et surtout les familles àdémultiplier les cours privés.

D’ailleurs, le système s’est aggravéàl’époque de l’ancien ministre Hussein Kamel Bahaeddine qui avait appliquéun système cumulatif sur deux ans. Ce qui a augmentéla pression sur les élèves aussi bien que sur les familles, moralement ou financièrement. Une autre proposition a étéévoquée par le ministre concernant l’annulation du système d’admission aux universités s’appuyant sur le bureau d’admission. L’idée est de faire passer un examen d’entrée pour être admis dans les facultés. A mon avis, ce nouveau système ne fait qu’augmenter la pression sur les familles et les étudiants, et va augmenter la mafia des cours particuliers, la corruption et le piston. Il faut avant tout garantir la transparence des examens, mais ceci ne se réalise qu’avec la mise en place d’un contrôle strict et transparent.