Comment Trump veut diriger le monde
Hassan Abou-Taleb, 9-5-2018


A plusieurs reprises, le président américain, Donald Trump, a annoncé que les Etats-Unis protègent d’autres pays, et que ceux-ci doivent payer cher cette protection. Et au cours d’une rencontre tenue récemment à la Maison Blanche avec le président français, Trump a annoncé que son pays avait dépensé, pendant les dernières décennies, plus de 7 trillions de dollars sans rien obtenir en contrepartie. Est-il vrai que ces dépenses n’ont eu aucune retombée politique ou économique? Est-ce que les ex-présidents américains et les membres du Congrès étaient idiots au point de dépenser toutes ces sommes sans rien obtenir en échange ?

La vérité est que jamais les Etats-Unis n’ont dépensé un seul dollar sur tel ou tel pays ou région sans que ceci ne leur soit économiquement bénéfique. Et les chiffres officiels américains le prouvent. Le monde entier ou presque protège l’économie américaine à travers un mécanisme d’achats d’obligations et de Bons de trésorerie, qui sont des dettes différées. Les Arabes, à eux seuls, représentés par 11 pays, ont investi dans ces Bons 284 milliards de dollars jusqu’en novembre 2017, dont 149 milliards par l’Arabie saoudite, 59 milliards par les Emirats arabes unis, 37 milliards par le Koweït et 2,3 milliards de dollars par l’Egypte. Il y a également le Fonds souverain koweïtien qui investit environ 260 milliards de dollars aux Etats-Unis dans les secteurs du pétrole, de l’immobilier et de la technologie de pointe.

Et en contrepartie, il y a les investissements américains sur les marchés arabes dépassant 200 milliards de dollars jusqu’en février 2018, dont 58 milliards de dollars investis dans l’économie saoudienne, 32 milliards aux Emirats arabes unis, 7 milliards en Oman et 2,4 milliards en Egypte (1222 projets dans les secteurs de l’industrie, des services, des constructions, du financement, de l’agriculture, des communications et de la technologie informatique). Quant aux échanges commerciaux entre les Arabes et les Etats-Unis, les chiffres dévoilent beaucoup d’avantages pour l’économie américaine. Les échanges commerciaux entre les Etats-Unis et le monde arabe ont grimpé de 120 milliards de dollars en 2015 à 210 milliards de dollars en 2017. Quant aux échanges avec les Etats du Golfe, ils sont passés de 41 milliards de dollars en 2015 à 58 milliards à la fin de 2017. Quant au volume des échanges commerciaux entre l’Egypte et les Etats-Unis en 2017, il a atteint 5,618 milliards de dollars, avec une hausse de 13% par rapport à 2016.

En outre, il y a les accords de vente d’armes américaines avec de nombreux Etats arabes, des accords d’un montant de plus de 300 milliards de dollars pendant les 10 dernières années. En d’autres termes, le monde arabe, à lui seul, a permis aux Américains de faire des revenus économiques importants et beaucoup d’offres d’emploi, ouvrant des marchés face au commerce américain sans aucune restriction.

Donc, il n’est pas du tout vrai que les Etats-Unis ont beaucoup dépensé sans rien obtenir en contrepartie. En plus des revenus économiques, il y a également des revenus stratégiques énormes que Washington n’aurait jamais obtenus sans le soutien arabe. Par exemple, le soutien apporté par certains Etats arabes contre l’ex-Union soviétique, que ce soit avant ou après l’invasion de l’Afghanistan, était l’un des facteurs essentiels qui ont aidé Washington à réaliser cette grande victoire stratégique.

Bien plus et à cause des politiques de Trump, l’armée américaine, au lieu d’être celle d’un Etat qui dirige le monde, devient une armée de mercenaires qui profite des crises et des conflits des autres. En plus des guerres commerciales provoquées, de renoncer à la responsabilité de la protection de l’environnement de la Terre, d’imposer encore plus de sanctions et tenter d’opprimer tous ceux qui ont une politique différente et qui refusent le chantage américain. D’ailleurs, le dernier tweet du président Trump le prouve, puisqu’il a menacé tous ceux qui voteront pour l’accueil du Maroc de la Coupe du monde de football en 2026 et non pas les Etats-Unis.

Il est vrai que les Etats-Unis ont le droit de sauvegarder leur suprématie, et il est également vrai que tous les Etats du monde ont le droit d’améliorer leurs situations et de proposer des politiques différentes envers le monde. Et si l’Administration Trump aspire à s’isoler du monde et à renoncer à ses engagements, qu’elle le fasse. Mais elle n’a le droit ni d’ignorer les accords internationaux, ni les Nations-Unies, ni d’imposer aux autres ce qu’ils doivent faire. Ce que le président Trump veut faire ne peut en aucun cas permettre à son pays de diriger le monde. L’absence de l’exemple de l’Etat qui respecte l’éthique ne donne aucune crédibilité à Washington. Quelles que soient les capacités des Etats-Unis, jamais ils ne pourront faire renaître le temps de l’époque romaine.