Semaine du 31 mars au 6 avril 2021 - Numéro 1368
Nouveau budget : Réduction du déficit et hausse des dépenses
Gilane Magdi31-03-2021
 
  Le nouveau projet de budget 2021-2022, approuvé la semaine dernière par le Conseil des ministres, vise une réduction du déficit à 6,6 % et un excédent primaire de 1,5 %.

Le conseil des ministres a approuvé, le 24 mars, le nouveau projet de budget pour l’année financière 2021-2022. Le ministre des Finances, Mohamad Maeit, a présenté les éléments directeurs du projet de budget avant de le soumettre au parlement. Le ministre prévoit une réduction du déficit budgétaire à 6,6 % du PIB et la réalisation d’un excédent primaire de 1,5 % (contre 0,9 % prévu pour l’exercice financier en cours). Selon le communiqué de presse publié par le Conseil des ministres, Mohamad Maeit a détaillé les fondements et les objectifs régissant la préparation du budget « qui comprennent des efforts continus pour maintenir une stabilité financière à la lumière des répercussions de la pandémie de coronavirus et des efforts pour soutenir et stimuler l’activité économique », a déclaré le ministre.

Selon les estimations pour le prochain exercice 2021-2022, les revenus devraient augmenter jusqu’à environ 1 300 milliards de L.E. par rapport aux 1 117 milliards de L.E. en 2020-2021. Ceci devrait dégager un taux de croissance annuel de 6,4 %. « Le nouveau budget vise une croissance plus rapide des revenus et à des niveaux supérieurs aux dépenses, afin de réduire l’écart entre les dépenses et les bénéfices », a déclaré Maeit, sans s’exprimer sur le montant des dépenses. Mais il a pourtant donné certains indices concernant les subventions des biens d’approvisionnement qui vont augmenter à 87 milliards de L.E. dans le nouveau projet de budget, contre 83 milliards de L.E. dans le budget en cours. Le ministre a également déclaré que les efforts de protection sociale dans le budget de l’exercice 2021-2022 visent à augmenter les salaires et l’aide aux travailleurs à hauteur de 37 milliards de L.E. environ (ces allocations se chiffrent à 335 milliards de L.E. dans le budget en cours). L’essentiel de l’effort sera donc dirigé vers l’amélioration des salaires.

« Le budget de l’exercice 2021-2022 continuera à assumer la charge financière engendrée par la baisse des prix de l’électricité et du gaz naturel pour un coût total de 9 à 10 milliards de L.E. en consommation réelle », a déclaré Maeit. Par ailleurs, 2,1 milliards de L.E. seront alloués à l’application du projet national de conversion des véhicules fonctionnant à l’essence en véhicules hybrides (gaz-essence), qui vise à convertir entre 50 000 et 70 000 véhicules.

S’agissant des investissements publics, le ministre a dévoilé une augmentation de 27,6 % dans le nouveau projet de budget 2021-2022. Le montant alloué dans le budget en cours est de 177 milliards de L.E..


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire