Semaine du 17 au 23 février 2021 - Numéro 1362
Rafiq Abbassi : La cité de l’or est une excellente opportunité pour les commerçants qui souhaitent agrandir leurs commerces
  Rafiq Abbassi, président de la Chambre de l’industrie de l’or au sein de l’Union des industries égyptiennes, revient sur l’importance de la cité de l’or et l’avenir de l’industrie du métal précieux en Egypte.
Rafiq Abbassi
Ghada Ismaïl17-02-2021

Al-Ahram Hebdo : Comment voyez-vous l’annonce de la création d’une cité spécialisée dans l’industrie et le commerce d’or ?

Rafiq Abbassi: La décision du président Abdel-Fattah Al-Sissi de créer une cité de l’or fera de l’Egypte un centre de production et d’exportation de l’or au Moyen-Orient et un centre d’exposition régional qui accueille les importateurs du monde entier. Dans la plupart des pays développés, il y a des villes entières spécialisées dans l’industrie de l’or comme en Italie par exemple. La Chambre de l’industrie de l’or étudie en ce moment l’emplacement de la cité. Deux emplacements ont été proposés, l’un à la ville du 6 Octobre et l’autre à Al-Obour. D’ailleurs, cette ville soutiendra l’industrie de l’or, car c’est une étape importante pour rassembler tous les maillons de cette industrie en un seul lieu, ce qui favorise l’intégration industrielle, l’échange des informations et des connaissances et accélère le développement de l’industrie de l’or.

— Comment garantir, selon vous, la réussite de ce projet ?

— L’Egypte doit modifier certaines lois, créer une Bourse de l’or, introduire les banques dans ce système et réglementer les procédures d’exportation et d’importation. Le secteur de l’or est un affluent économique jusqu’ici inexploité. Nous n’avons pas de droits de douane sur l’or brut. C’est pourquoi il y a de nombreuses procédures qui doivent être modifiées. Par exemple, un commerçant venant de l’étranger qui veut créer une usine et souhaite convertir un kilogramme d’or brut en or manufacturé, cela lui prendra 10 jours. C’est une très longue période. Dans d’autres pays, tels Dubaï et Hong Kong, cette procédure ne dure pas plus de 20 minutes.

— Selon le Conseil mondial de l’or, la consommation égyptienne du métal jaune au cours des neuf dernières années a été de 362,9 tonnes, que pensez-vous de ce chiffre ?

— En fait, 362 tonnes en 9 ans, cela fait une moyenne de près de 40 tonnes par an, l’Egypte consommait 300 tonnes par an dans les années 1990, et ce chiffre a commencé à baisser jusqu’à atteindre 30 tonnes en 2011, puis il a augmenté jusqu’à atteindre en 2020 environ 55 tonnes, ce qui indique le début d’une amélioration des conditions économiques.

— Comment voyez-vous le marché de l’or aujourd’hui en Egypte ?

— En raison de la hausse des prix de l’or et du recul du pouvoir d’achat des citoyens, la production industrielle est excédentaire. Nous devons donc créer un acheteur pour que le produit soit disponible, et cela va garantir aussi le succès de la ville de l’or.

— Quel est le volume des exportations égyptiennes d’or? Et vers quels pays la production est exportée ?

— L’Egypte exporte une grande quantité d’or brut. Les Emirats arabes unis sont en tête de liste des pays importateurs. Les statistiques montrent que les exportations d’or, de bijoux et de pierres précieuses ont augmenté de janvier à octobre 2020, à 2,4 milliards de dollars, contre 1,3 milliard de dollars au cours de la même période l’année dernière, soit une augmentation d’environ 76%. La demande sur l’or est élevée malgré le Covid-19, les investisseurs ayant recours à l’achat du métal précieux comme valeur refuge sur les marchés. Quant aux bijoux, nous exportons environ 3 tonnes par an vers l’Arabie saoudite et les pays du Golfe.

— La création de la cité de l’or va-t-elle booster les exportations ?

— Oui, mais cela prendra quelque temps. Nous devons bien étudier le marché mondial, chaque pays séparément, en fonction de ses goûts et ses exigences.

— Quel sera le sort d'Al-Sagha (le marché actuel de l’or) ?

— Il est difficile de la déplacer, et nous ne pouvons pas non plus forcer les commerçants à quitter les lieux, mais avec la construction de la Nouvelle Capitale administrative qui sera la nouvelle capitale de l’Egypte, les commerçants s’y installeront progressivement, car des magasins internationaux y seront ouverts et cela les encouragera à y transférer leurs magasins. En raison de la congestion du quartier d’Al-Sagha, la ville de l’or sera une excellente opportunité pour les commerçants qui souhaitent ouvrir des usines et agrandir leurs commerces. La nouvelle cité comprendra de grandes usines, des marques mondiales et des ateliers de pointe dotés d'équipements plus sophistiqués.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire