Semaine du 13 au 19 janvier 2021 - Numéro 1357
Championnat du monde de handball: L’Egypte prête à éblouir
  L’Egypte défie le Covid-19 en organisant le Championnat du monde de handball qui débute ce mercredi au Caire. Un tournoi qui se tient dans des conditions atypiques, mais qui s’annonce exceptionnel.
Championnat du monde de handball : L’Egypte prête à éblouir
Mohamad Mosselhi13-01-2021

Ce mercredi 13 janvier, l’Egypte va se trouver au coeur de l’attention du monde sportif en accueillant la 27e édition du Championnat du monde de handball qui va se dérouler jusqu’au 31 janvier. Un grand défi pour le pays qui organise le premier grand événement dans un sport collectif en temps de coronavirus. La pandémie qui a frappé le monde entier depuis le début de l’année dernière a eu ses conséquences dans tous les domaines sociaux, économiques et, également, sportifs. A cause de la propagation du virus, plusieurs événements sportifs ont été annulés, principalement les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo 2020, l’Euro 2020 et la Coupe d’Afrique des Nations de la même année. Ces tournois ont été reportés à l’année suivante afin de prendre le temps de réévaluer la situation sanitaire dans le monde dans sa guerre contre le virus.

La détermination de l’Egypte d’organiser le Championnat du monde comme prévu et la confiance accordée par la Fédération internationale de handball au pays des pharaons ont sauvé le tournoi. « Le monde entier a souffert de la pandémie qui était à l’origine de l’annulation et l’ajournement de plusieurs événements sportifs, mais le gouvernement égyptien était déterminé à préparer l’événement pour la date prévue, et je suis sûr que l’Egypte sera à la hauteur de cette difficile mission », avait déclaré Hassan Moustapha, président de la Fédération internationale de handball. « Organiser une compétition mondiale dans les circonstances qu’affronte le monde entier représente un grand défi pour le gouvernement. Mais l’Egypte possède tous les atouts nécessaires pour y parvenir », indique Achraf Sobhi, ministre de la Jeunesse et du Sport en Egypte.

Compétition sans public

Championnat du monde de handball : L’Egypte prête à éblouir

Organiser un grand événement mondial par les temps qui courent n’est pas une mission aisée, compte tenu de tous les éléments de gestion qui exigent une grande coopération entre les différentes autorités ministérielles, surtout en ce qui concerne les domaines de la santé, du transport, de l’hébergement et de la sécurité. Pour garantir une sécurité maximum, le haut comité organisateur du tournoi présidé par le premier ministre, Moustapha Madbouli, a décidé que les rencontres se tiendraient à huis clos, revenant sur une précédente décision qui permettait une présence limitée des supporters (20 % de la capacité des salles). « Un plan précis a été établi durant le séjour de toutes les équipes et qui sera mis en place entre leur arrivée et leur départ, notamment en ce qui concerne l’application stricte des mesures préventives tel le système de la bulle qui exige une isolation complète de tous les intervenants humains de la compétition : joueurs, cadres techniques, arbitres et même les représentants des médias tout au long de la compétition », indique Hicham Nasr, président de la Fédération égyptienne et chef du comité organisateur du tournoi. « Avec ce système strict et la grande coopération qui existe entre le comité d’organisation et les ministères concernés, je suis sûr que cette compétition va s’avérer être un grand succès et que le Championnat du monde de handball sera un modèle à suivre pour les prochaines rencontres internationales », ajoute Nasr. Ce dernier a mis la lumière sur les grands efforts d’infrastructure du gouvernement qui a construit 3 nouvelles salles pour ce championnat, à savoir celles de la Nouvelle Capitale administrative, celle de Borg Al-Arab à Alexandrie et celle du 6 Octobre, ainsi que la rénovation de la salle du Stade du Caire. Selon lui, ces salles ne diffèrent pas de celles qu’on trouve dans les grandes nations européennes, notamment en ce qui concerne les aspects technologiques et techniques. Elles viendront par ailleurs enrichir l’infrastructure sportive du pays.

32 équipes

Championnat du monde de handball : L’Egypte prête à éblouir

Cette édition se distingue des compétitions passées. Loin du défi du coronavirus, cet événement va témoigner de la participation de 32 équipes contre 24 précédemment, pour la première fois de l’histoire. Cette augmentation du nombre des participants a eu des conséquences sur la formule de la compétition. Ces 32 équipes ont été divisées en 8 groupes de 4 équipes. Les trois premières équipes de chaque groupe se qualifieront au tour principal qui va être composé de 4 groupes de 6 équipes. Les deux premières équipes de chaque groupe du tour principal vont avancer aux quarts de finale de la compétition mondiale. Il est vrai que l’augmentation du nombre de participants va affaiblir le niveau technique dans le premier tour, mais la compétition va être plus intense qu’auparavant à partir du tour principal.

Les Pharaons, selon leur directeur technique espagnol, Roberto Garcia Parrondo, chercheront à bien s’exprimer techniquement lors de cette édition à domicile et de s’élever le plus possible dans la compétition. L’Espagnol n’a pas caché sa colère concernant la préparation insuffisante de son équipe avant le tournoi et qui s’est limitée à quelques sessions préparatoires locales et 6 rencontres amicales : 4 contre Bahreïn et 2 contre le Japon. Mais, a-t-il ajouté, c’est le cas de toutes les autres équipes qui n’ont pas également réussi à se bien préparer à cause du Covid-19. « Il est certain que notre objectif est d’aller le plus loin possible dans la compétition. Nous avons beaucoup travaillé lors de la période précédente, mais je ne suis pas devin. L’important pour moi c’est que les joueurs aient confiance en eux et qu’ils s’appliquent à bien défendre les couleurs de leur pays », indique-t-il.

Les chances des Pharaons

Hôte de la compétition, l’Egypte a choisi sa place dans le Groupe G aux côtés du Suède, la République Tchèque et le Chili. Par conséquent, les Pharaons ne devraient pas rencontrer de grands problèmes pour se réserver l’un des trois tickets qualificatifs du groupe pour arriver au tour principal. Le choix du groupe n’était pas dû au hasard pour les Pharaons dont le regard était attiré par le tour principal qui va regrouper les qualifiés du groupe G avec ceux du groupe H qui comprend La Slovénie, la Russie, la Biélorussie et la Corée du Sud. Les équipes de ce groupe relativement facile sont à la portée des Pharaons, ce qui peut faciliter leur mission pour se qualifier aux quarts de finale. « Il est vrai que notre choix du groupe était calculé, mais j’ai demandé à mes joueurs de ne pas tenir compte de cela et de se concentrer uniquement sur leur prochain adversaire, le Chili, dans la rencontre de l’ouverture et de ne pas anticiper », confie Roberto Garcia Parrondo. Ce dernier a indiqué que lors de l’édition de 2019, l’Egypte a réalisé un grand succès en terminant à la 8e place (la meilleure performance pour eux depuis la 4e place de 2001). Mais les Pharaons n’ont pas réussi à battre une équipe européenne tout au long de leur parcours dans la compétition. Selon lui, cet échec contre les Européens était dû dans une grande partie au manque d’expérience et de concentration qui est leur grande faiblesse. « On a beaucoup travaillé sur ce défaut et j’avais le désir d’affronter de nombreuses équipes européennes lors de la période de préparation pour remédier à cette lacune, mais malheureusement, nous n’avons pas eu la chance de jouer à cause du virus », explique le sélectionneur de l’Egypte.

Une génération qui a fait ses preuves

En effet, la génération actuelle de joueurs figure parmi les meilleures du handball égyptien de sorte que beaucoup d’observateurs la comparent à celle de 2001, qui a réalisé la 4e place lors du Mondial de cette année-là (meilleur résultat d’une équipe égyptienne dans une compétition mondiale dans tous les sports). Cette équipe comprend un mélange d’éléments expérimentés qui ont fait leurs preuves dans les précédentes éditions, à l’instar du prodige Ahmed Al-Ahmar qui ne cesse d’éblouir malgré ses 35 ans, Ali Zein, Mohamed Mamdouh Hachem, Yehya El-Deraa et Mohamed Sanad. On y trouve également les juniors qui ont étonné le monde entier en 2019 en remportant un titre mondial pour les moins de 19 ans et la 3e place pour les moins de 21 ans.

Ce mélange s’est formidablement exprimé lors du Championnat du monde de 2019 quand les Pharaons ont terminé à la 8e place du Mondial. Les exploits des équipes juniors ont confirmé le handball égyptien dans sa bonne voie. « Cette génération de joueurs est pleine de talents dans plusieurs domaines. Les joueurs sont bien déterminés à réaliser un grand succès. En qualité de capitaine de la sélection, je promets que nous allons donner le meilleur de nous-mêmes pour représenter honorablement l’Egypte dans ce tournoi et essayer de parvenir au plus près du sommet », conclut la capitaine de la sélection Ahmed Al-Ahmar.

Les 23 Pharaons

Gardiens

Karim Hindawi (HC Dobrogea Constanta, Roumanie)

Essam Al-Tayar (Ahli)

Abdel-Rahman Homayed (Ahli)

Arrières

Ahmed Al-Ahmar (Zamalek)

Yehya El-Deraa (Zamalek)

Hassan Qaddah (Zamalek)

Yehya Khaled (Veszprem, Hongrie)

Ali Zein (Al-Charaqa, Emirats arabes unies)

Mohsen Ramadan (Ahli)

Ahmed Hicham (Ahli)

Ailiers

Mohamed Sanad (Nîmes, France)

Akram Yousri (Zamalek)

Omar Bakar (Zamalek)

Ahmed Moemen (Zamalek)

Milieux

Islam Hassan (Ahli)

Abdel-Rahman Faysal (Ahli)

Seif Al-Dera (Héliopolis)

Ahmed Hicham (Nîmes, France)

Pivots

Ibrahim Al-Masri (Ahli)

Mohamed Mamdouh (CS Dinamo B., Romanie)

Wessam Nawar (Zamalek)

Ahmed Adel (Ahli)

Khaled Walid (Zamalek)


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire