Semaine du 9 au 15 janvier 2019 - Numéro 1257
Un clin d’oeil à l’Egypte
May Sélim09-01-2019
 
  L’histoire du théâtre égyptien de 1905 à 1952 est le thème principal du colloque, tenu en marge du Festival du théâtre arabe.

L’histoire du théâtre égyptien au début du XXe siècle est marquée par un grand essor. Les genres théâtraux se multipliaient : théâtre musical (notamment les opérettes), comique avec la présence de plusieurs femmes sur scène, sans oublier le théâtre mélodramatique et poétique.

En 1905, le public égyptien a connu une saison théâtrale assez particulière, grâce à la troupe d’Al-Cheikh Salama Higuazi, un pionnier des spectacles musicaux, présentés au théâtre d’Al-Azbakiya. En 1914, le cheikh Salama Hégazi rejoint le grand dramaturge Georges Abyad et les deux fondent ensemble la troupe Abyad et Hégazi. Ils ont donné alors les pièces : Louis XIV, Othello, Aïda, Salaheddine Al-Ayyoubi, etc. Puis, Salama Hégazi a continué à chanter et à jouer sur les planches, jusqu’à sa mort en 1917.

Sayed Darwich lui succéda, avec des opérettes qui ont bouleversé l’histoire du théâtre et de la musique en Egypte et dans tout le monde arabe. Entre 1917 et 1923, Darwich a composé et présenté 31 opérettes dont Al-Achra Al-Tayeba et Schéhérazade. D’autres compositeurs égyptiens ont contribué au foisonnement du théâtre musical dans les années suivantes tels Daoud Hosni, Mohamad Al-Qassabgui, cheikh Zakariya Ahmad, Riad Al-Sumbati et Ahmad Sedqi. La femme en tant que comédienne et chanteuse a joué aussi un rôle important dans le théâtre à l’époque. On ne peut pas nier l’influence du théâtre de Mounira Al-Mahdiya ou le chant de Malak Mohamad dans les pièces des frères Okacha. Parallèlement au théâtre musical, le théâtre dramatique a connu aussi un grand essor. Georges Abyad et Youssef Wahbi, à partir des années 1920, ont accordé plus d’intérêt au drame et au jeu théâtral. Cela a été accentué par la création du Théâtre national égyptien en 1921. Par ailleurs, le théâtre privé de Naguib Al-Rihani et de Ali Al- Kassar misait sur le comique et les histoires purement égyptiennes qui ont touché un large public. Vers les années 1930, le poète Ahmad Chawqi et l’écrivain Tewfiq Al-Hakim ont contribué à la création de pièces de théâtre assez poétiques qui ont gardé les traits de la poésie rimée et le langage classique. D’autres faits sur le théâtre égyptien à cette époque seront révélés par 60 chercheurs et hommes de théâtre durant le colloque, tenu du 11 au 16 janvier au Conseil suprême de la culture, à partir de 10h .

Les pièces du festival se déroulent sur plusieurs planches cairotes, dont ceux du Théâtre national, le centre Hanaguer, Al-Balloun Al-Gomhouriya et Al-Salam. Voir page Calendrier.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire