Semaine du 31 octobre au 6 novembre 2018 - Numéro 1248
Coopération égypto-américaine : Nouvelle impulsion
  Des représentants de 44 entreprises américaines viennent d'achever une visite de 3 jours en Egypte. De nouveaux investissements pointent à l'horizon.
Coopération égypto-américaine : Nouvelle impulsion
Les membres de la mission américaine lors de leur renconctre avec le président égyptien.
Névine Kamel31-10-2018

L’environnement des affaires en Egypte s’est beaucoup amélioré et l’at­mosphère est aujourd’hui propice aux investissements. Telle est la conclusion de la délégation améri­caine qui a visité l’Egypte du 23 au 25 octobre. La délégation, qui com­prenait des représentants de 44 grandes entreprises américaines, oeuvrant dans des secteurs variés comme la technologie, l’énergie et la santé, a rencontré le président de la République, Abdel-Fattah Al-Sissi, le premier ministre, et plusieurs ministres dont ceux de l’Industrie, des Finances, du Pétrole, des Télécommunications, de l’Investisse­ment, de la Planification et de la Solidarité sociale. « Le message du gouvernement égyptien est clair. Le secteur privé sera le moteur de la croissance au cours de la prochaine période et le gouvernement déploiera le maximum d’efforts pour aplanir les obstacles entravant les affaires », explique Greg Lebdev, membre de la Chambre de commerce égypto-amé­ricaine et membre de la mission.

Le président égyptien l’a franche­ment signalé lors de sa rencontre avec les représentants des entreprises amé­ricaines le premier jour de la visite. « Nous sommes bien engagés à encourager les investissements étran­gers en Egypte et nous éliminerons tous les obstacles qui entravent ces investissements », a dit le président en soulignant les efforts déployés par le gouvernement pour encourager les investissements étrangers au niveau des infrastructures, des ports, des routes, des zones industrielles et de la présence des devises étrangères sur le marché.

« La situation a changé. Au cours de la dernière visite de la délégation américaine, le gouvernement avait promis des réformes. Cette fois-ci, les réformes sont déjà achevées », déclare Omar Mhana, président du Conseil d’affaires égypto-américain.

Le président Sissi a invité les membres de la délégation américaine à visiter les nouveaux projets indus­triels du Nouveau Canal de Suez et de la Nouvelle Capitale administrative. Suite à cette visite, les entreprises ont exprimé leur intention d’injecter des investissements en Egypte.

Lebdev déclare : « Cette visite sera un point tournant dans la coopéra­tion entre les deux pays. Les entre­prises américaines ont affirmé leur intention d’injecter de nouveaux investissements au cours de la pro­chaine période ».

Ainsi, l’entreprise américaine Pepsico a annoncé lors du premier jour de la visite des investissements additionnels d’une valeur de 515 mil­lions de dollars au cours des 4 pro­chaines années.

Tareq Tawfiq affirme que les entre­prises pharmaceutiques américaines feront des annonces d’investissement au cours de la prochaine période, après avoir réglé leurs problèmes lors d’une rencontre avec la ministre égyptienne de la Santé présente aux Etats-Unis lors de la visite du prési­dent. « Pfizer, à titre d’exemple, annoncera de nouveaux investisse­ments prochainement », dit-il.

Message de confiance

Le gouvernement égyptien a réussi à transmettre aux membres de la délé­gation américaine un message de confiance. Le ministre des Finances a annoncé, lors d’un colloque organisé par la Chambre de commerce améri­caine, en coopération avec le Conseil des affaires égypto-américain, les objectifs du gouvernement au cours de la prochaine période. Entre autres, augmenter le taux de croissance, pour atteindre 8 % en 2020-2021, contre 5,8 % en 2018-2019, réduire le déficit budgétaire pour atteindre 5,8 % à la fin de l’année fiscale en cours, contre 9,8 % l’année dernière et réduire les subventions à l’énergie à 2 %, contre quelque 4 % actuellement.

Le ministre du Secteur public des affaires, Hicham Tawfiq, a pour sa part annoncé un plan de souscription pour les entreprises publiques qui seront cotées en Bourse prochaine­ment. Cette souscription était prévue ce mois-ci, mais la décision a été reportée en raison de l’instabilité des marchés. Il s’agit en fait d’un plan de lancement en Bourse des 15 entre­prises gouvernementales gagnantes.

Les ministres du Pétrole, des Télécommunications, de la Solidarité sociale et de la Planification ont pré­senté leurs plans de réforme avec des délais déterminés.

Le premier ministre, Moustapha Madbouli, a engagé un discours cou­rageux avec les investisseurs, admet­tant certains défis comme la bureau­cratie. A cet égard, il a annoncé l’au­tomatisation de tous les services dans un délai maximum de deux ans.

« Des indicateurs qui ont dépassé nos prévisions », souligne Thomas Goldberger, ambassadeur par intérim des Etats-Unis en Egypte, en souli­gnant que la transparence et les réformes entreprises par le gouverne­ment vont encourager les entreprises américaines à injecter plus d’investis­sements en Egypte.

Greg Lebdev a annoncé que la Chambre de commerce américaine transmettra une demande officielle au gouvernement américain afin de commencer des négociations sérieuses concernant l’accord de libre-échange entre l’Egypte et les Etats-Unis afin de booster la coopéra­tion entre les deux pays.

La coopération égypto-américaine en chiffres

Les Etats-Unis sont le troisième partenaire commercial de l’Egypte avec une balance commerciale de 55,2 mil­liards de dollars au cours des 8 premiers mois de 2018.

L’Egypte est le deuxième client des exportations américaines en Afrique, le troisième dans le monde arabe et le cinquième au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, avec un total de 3,5 milliards de dollars au cours des 8 premiers mois de 2018, avec une crois­sance de 25 % par rapport à la même période l’année précédente.

Le stock des investissements américains directs en Egypte se chiffre à 9,9 milliards de dollars fin juin 2018, représentant 19,6 % du total des investissements améri­cains en Afrique et 14,2 % du total des investissements au Moyen-Orient.

En juin 2018, l’Egypte était le deuxième pays d’Afrique en matière d’investissements américains après l’Afrique du Sud.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire