Semaine du 3 au 9 octobre 2018 - Numéro 1244
Les favoris de l’Hebdo
Névine Lameï03-10-2018
 
 

Livre

1. Livre. Un nouveau livre sur les arts populaires égyptiens sortira dans les librairies dans les jours qui viennent. Il s’agit d’Histoires de femmes d’Akhmim de l’écrivaine journaliste Loula Lahham, notre collègue à Al-Ahram Hebdo, spécialiste des arts du folklore. Introduit par le peintre de renommée internationale Mohamad Abla, le livre documente, pour la première fois en langue arabe, la vie de ces femmes, analphabètes pour la plupart, et l’art spontané qu’elles produisent à Akhmim, une ville de Haute-Egypte connue au fil des ères pharaonique, copte et islamique pour ses broderies de haute qualité artistique, connu à travers le monde grâce à plus de 70 expositions internationales. La séance de dédicace se déroule ce jeudi 4 octobre au siège de l’Association de la Haute-Egypte, à 18h, accompagnée d’une exposition de tableaux d’Akhmim et de musique de rebab, et en présence de quelques artistes venues de Haute-Egypte pour l’occasion.

Colloque

2. Colloque. L’Individu et la majorité ont-ils toujours des droits compatibles ? est le titre d’une conférence animée par Dominique Rousseau, qui interrogera, en partant du cas français, la difficulté à concilier, dans certains contextes, des droits individuels reconnus de portée universelle et une politique du plus grand nombre définie dans un cadre démocratique et validée par le choix des électeurs. Ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature, Dominique Rousseau est professeur de droit constitutionnel à l’Ecole de droit de la Sorbonne (Paris 1). A l’Institut français d’Egypte, Mounira. Le 4 octobre, à 19h.

Théâtre

3. Théâtre. Al-Hob Al-Moharer (l’amour rédempteur), d’après le roman Redeeming Love, de Francine Rivers, est au rendez-vous sur les planches du théâtre Falaki, de l’Université américaine du Caire. Mise en scène de Michael Magdi, la pièce est inspirée du livre d’Osée de la Bible. Son thème central est l’amour rédempteur de Dieu envers les pécheurs. Pour l’histoire de Francine Rivers, elle se déroule en Nouvelle-Angleterre, en 1835. Sarah, une belle jeune fille, rencontre son père, Alex Stafford, pour la première fois. A six ans, elle avait appris qu’elle était le fruit de la relation adultère de Stafford avec sa mère, Mae. Cette dernière avait été exhortée à avorter l’enfant, mais avait refusé de le faire. Sarah a commencé à penser qu’elle était à blâmer et a espéré qu’Alex ne reviendrait jamais. Les 4, 5 et 6 octobre, à 17h, 19h et 21h.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire