Semaine du 12 au 18 septembre 2018 - Numéro 1241
Le plus ancien village d’Egypte mis au jour
  Une mission franco-égyptienne vient de mettre au jour l’un des plus anciens villages du Delta du Nil, datant de l’époque néolithique, soit environ 5500 ans av. J.-C.
Le site lors de sa découverte.
Le site lors de sa découverte. (Photo: Ministère des Antiquités)
Dalia Farouq12-09-2018

La civilisation égyptienne millénaire continue à révéler ses secrets jusqu’à présent. Une équipe d’archéologues franco-égyptienne vient de découvrir les vestiges de l’un des plus anciens villages du Delta du Nil, datant de l’époque néolithique. Il s’agit d’un village antique dans la région de Tell Al-Samara, dans le gouvernorat de Daqahliya, à environ 130 kilomètres au nord du Caire.

« De tels édifices, datant de cette époque qui remonte à plus de 5500 ans av. J.-C., n’étaient pas connus dans cette région », a déclaré le chef du département des antiquités égyptiennes au ministère, Ayman Al-Achmaoui. A noter qu’à l’époque néolithique, la pluie a diminué, la sécheresse s’est répandue partout, les plantes ont disparu et l’homme a été obligé de quitter le plateau et de s’abriter à la vallée du Nil à la recherche de l’eau. Sur le site de Tell Al-Samara, les archéologues ont trouvé des outils, des os et des restes de plantes qui dateraient, selon Al-Achmaoui, du 5e millénaire av. J.-C.

« Il s’agit donc de l’un des villages les plus anciens jamais découverts dans la région du Delta du Nil », a déclaré le ministère des Antiquités dans un communiqué de presse. Selon Al-Achmaoui, les vestiges de villages prédynastiques n’ont été trouvés en Egypte que dans la région de Saïs dans le gouvernorat de Gharbiya. « Ce village aurait persisté jusqu’à l’époque de la deuxième dynastie, soit vers 2 900 av. J.-C., et sa découverte devrait nous aider à mieux comprendre comment l’Ancien Egyptien a mené une vie stable après avoir souffert de la sécheresse et comment les populations se sont dirigées vers la vallée et le Delta », reprend Al-Achmaoui.

Connaître les communautés préhistoriques

Cette découverte exceptionnelle est « une occasion unique d’en savoir davantage sur les communautés préhistoriques qui vivaient dans le Delta des milliers d’années avant la période thinite », souligne Frédéric Geyau, directeur de la mission conjointe qui fouille sur le site de Tell Al-Samara depuis 2015, ajoutant que « ces découvertes confirment la présence de communautés stables dans les zones humides du Delta depuis le cinquième millénaire av. J.-C. ».

La douzaine de silos retrouvée — renfermant des os d’animaux et des restes botaniques— donne l’occasion aux archéologues et historiens d’étudier les stratégies de survie de ces anciennes populations, surtout que l’existence des poteries et des outils en pierre assure l’existence d’une vie stable et sûre. En outre, les chercheurs de la mission franco-égyptienne espèrent notamment en apprendre davantage sur les origines de l’agriculture en Egypte. En fait, ils vont poursuivre leurs fouilles à Tell Al-Samara la saison prochaine. Une étude détaillée sera menée sur les objets découverts, comprenant des analyses des matières organiques trouvées sur le site. Une telle découverte nécessitera sans doute quelques années de travaux et d’analyses pour révéler d’autres secrets de l’Egypte Ancienne.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire