Semaine du 5 au 11 septembre 2018 - Numéro 1240
Ahmed Al-Safty : Le fonds peut créer un partenariat avec le secteur privé
  Trois questions à Ahmed Al-Safty, professeur associé au département d’économie de l’Université américaine du Caire et directeur général du Centre de recherches Delta sur la gestion du premier Fonds souverain égyptien.
Ahmed Al-Safty
(Photo : Yasser El-Ghol)
Marwa Hussein05-09-2018

Al-Ahram Hebdo : L’Egypte ne possède pas d’excédent budgétaire ou commercial pour l’investir dans son fonds souverain à l’instar d’autres pays. Quel est le rôle du Fonds souverain égyptien ?

Ahmed Al-Safty : Le Fonds souverain égyptien est différent des fonds souverains des pays qui ont un excédent financier qu’ils investissent habituellement sur les marchés extérieurs, comme le fonds du Qatar, qui a acheté des actions à Volkswagen. L’idée de ces fonds est d’investir l’argent du pétrole pour générer des revenus dans d’autres domaines, loin des fluctuations du marché pétrolier, au service des générations futures, lorsque le carburant traditionnel sera épuisé. Dans le cas de l’Egypte, l’idée n’est pas d’investir l’excédent, mais de gérer les actifs publics sous-exploités. L’Etat possède des entreprises, des terrains et des biens immobiliers. Le fonds de l’Egypte est censé accroître les revenus des actifs publics et de gérer les entreprises publiques avec efficacité selon les règles du marché et non pas conformément à des décisions administratives. Le mot souverain signifie dans le modèle égyptien qu’il appartient à l’Etat.

Comment le fonds peut-il garantir plus d’efficacité dans la gestion du secteur public ?

— L’idée est de gérer les investissements publics de manière plus professionnelle loin de la bureaucratie. Il faut gérer les actifs étatiques de façon compétitive. Certaines entreprises publiques sont gagnantes, alors que d’autres accumulent les pertes, il faut restructurer ces dernières pour qu’elles réalisent un profit, par exemple en vendant quelques actifs ou bien à travers l’expansion dans une certaine activité selon le mode de gestion des portefeuilles d’investissement privés.

— Le Fonds souverain égyptien est-il lié au programme de privatisation ?

— Le fonds peut vendre des actifs publics. Le gouvernement a déjà annoncé un plan pour des offres publiques de plusieurs entreprises. Une partie des revenus pourrait être investie à travers le fonds pour être utilisée dans la restructuration d’autres entreprises. Le fonds sera lié au programme de privatisation d’une manière ou d’une autre. Le fonds peut aussi créer un partenariat avec le secteur privé selon différents modèles. Le secteur privé peut investir dans des entreprises qui existent déjà, ou créer de nouvelles entreprises en partenariat avec le fonds. Dans ce cas, le fonds peut utiliser les revenus de vente des actifs et des entreprises pour financer de nouveaux investissements, ou bien alors devenir partenaire en offrant le terrain, etc.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire