Semaine du 1er au 7 août 2018 - Numéro 1236
Nous avons détruit les infrastructures terroristes
  Le colonel d’état-major Tamer Al-Refaï, porte-parole des forces armées égyptiennes, s’exprime pour la première fois dans un entretien accordé à Gamal Al-Kechki, rédacteur en chef d’Al-Ahram Al-Arabi. Extrait.
Tamer Al-Refaï
01-08-2018

AL-Ahram Hebdo : Permettez-nous de commencer par une question qui occupe l’opinion publique en Egypte et à l’étranger, où en est l’opération globale Sinaï 2018 ?

Tamer Al-Refaï : Les forces armées poursuivent l’application de leur plan d’affrontement des éléments et des groupuscules terroristes en protégeant les sites vitaux et stratégiques de l’Etat et en renforçant la sécurité des frontières. L’opération globale Sinaï 2018 réalise les plus hauts degrés de réussite grâce aux efforts des forces armées et des forces de la police qui se sont donné pour mission d’exterminer le terrorisme. Effectivement, l’opération a réussi à mettre en échec les plans des organisations terroristes qui voulaient transformer le Sinaï en un nouveau foyer pour les éléments qui ont fui les zones de conflits armés dans la région.

— Quelles sont les réalisations de l’opération jusqu’à maintenant ?

— Sur le front stratégique nord-est, la liste des réalisations est longue. Tout d’abord, les dirigeants des organisations terroristes du nord et du centre du Sinaï ont été attaqués et tous les foyers terroristes découverts ont été détruits. Un grand nombre d’éléments terroristes et criminels ont été liquidés ou arrêtés. En plus de la destruction de l’infrastructure terroriste comme les cachettes, les tranchées, les tunnels, les entrepôts d’armes et de munitions, ainsi que les engins explosifs, les centres médiatiques et le matériel de transmission, il y a la saisie d’un grand nombre de véhicules, de motos et d’énormes quantités d’explosifs, d’armes, de munitions, de bombes, de mines et de missiles. De plus, nos forces armées ont réussi à couper l’approvisionnement en munitions des éléments terroristes et à mettre en échec toute tentative terroriste de s’infiltrer dans les gouvernorats égyptiens.

D’autre part, les forces de la police ont réussi à imposer leur contrôle sur les zones d’opérations. La vie a repris son cours normal dans ces zones après leur inspection pour s’assurer de l’absence totale d’éléments terroristes. L’opération Sinaï 2018 s’est chargée également de sécuriser l’élection présidentielle et les examens de fin d’études secondaires au Nord-Sinaï, ainsi que du déplacement des habitants de et vers le Sinaï et la reprise des études à l’Université d’Al-Arich. Elle a aussi réussi à assurer l’acheminement des produits frais et des produits laitiers et à terminer toutes les procédures administratives dont les habitants avaient besoin.

— Qu’en est-il des fronts ouest et nord ?

— Un grand nombre de véhicules chargés d’armes, de munitions et de drogues ont été saisis et détruits. De plus, de nombreux clandestins ont été arrêtés alors qu’ils tentaient d’entrer dans le pays ou de le quitter. Des éléments travaillant dans la fraude, la culture des plantes psychotropes ou dans la recherche de l’or ont également été arrêtés étant donné que ces activités contribuent au financement du terrorisme.

— Pourquoi la durée de l’opération s’est-elle prolongée ?

— Vu les évolutions sur le terrain, les forces armées ont affronté de nombreux défis et dangers avec beaucoup de courage. Elles ont insisté à ne laisser les villes et les villages qu’après avoir totalement liquidé les éléments terroristes et détruit leur infrastructure avant de les remettre à la police qui s’est chargée de rétablir la sécurité et la stabilité dans ces villes de manière à ce que la vie reprenne son cours normal.

— Pouvez-vous nous présenter une lecture des résultats de l’opération globale Sinaï 2018?

— L’opération a abouti à la liquidation de 321 éléments terroristes, à la saisie et à la destruction de plus de 1 000 engins explosifs et d’environ 548 véhicules, 881 motos, 419 terrains de culture de plantes psychotropes, 94,5 tonnes de stupéfiants et 17,5 millions de pilules de drogue, sans oublier la découverte et la destruction de 11 embouchures de tunnels sur la ligne frontalière au Nord-Sinaï.

— S’agit-il de groupuscules terroristes non-organisés ou bien de groupuscules soutenus et orientés de l’étranger ?

— Il est certain que ces groupuscules jouissent d’un soutien étranger au niveau du financement et du soutien logistique et informatique. Leur objectif est de déstabiliser l’Egypte. Nos plans ne visaient pas seulement à affronter les éléments et les groupuscules terroristes et criminels au nord et au centre du Sinaï. Ils se sont étendus à tous les fronts stratégiques du pays.

— Selon certaines estimations, le nombre de terroristes dans le Sinaï se serait réduit à quelques centaines seulement après les attaques réussies de l’armée égyptienne. Etes-vous d’accord avec ces estimations ?

— Il est vrai que le nombre d’éléments terroristes a relativement baissé après les attaques des forces armées et des services de sécurité. Nous constatons, à travers les communiqués des forces armées, que le nombre des éléments terroristes éliminés diminue chaque jour et que leur capacité à perpétrer des actes terroristes s’est largement réduite, alors que les éléments terroristes actifs se sont transformés en cellules dormantes. Les forces armées attaquent ces éléments quand elles s’assurent de leurs emplacements ou quand ils reprennent leurs activités et décident de lancer des attaques terroristes contre les forces égyptiennes ou contre les civils.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire