Semaine du 25 au 31 juillet 2018 - Numéro 1235
Tombes humaines et animales mises au jour à Tell Ghazala
  L’été a été jusqu’à présent très fructueux pour les archéologues. Focus sur quelques découvertes faites pendant la première quinzaine de juillet à Minya, Alexandrie et Daqahliya.
Tombes humaines et animales mises au jour à Tell Ghazala
Un squelette d’animal trouvé à Ghazala. (Photo : Ministère des Antiquités)
Nasma Réda25-07-2018

La mission archéologique égyptienne opérant sur le site de Tell Ghazala, situé dans le gouvernorat de Daqahliya, dans le Delta, a découvert des tombes humaines et animales ainsi que deux brasseries, des vestiges d’habitation et du mobilier funéraire. « C’est la première fois que nous découvrons dans cette région un squelette humain remontant à la dernière période de la préhistoire égyptienne, dite Nagada III (3300-3150 av. J.-C.) », a déclaré Ayman Achmawi, chef du secteur des monuments égyptiens au ministère des Antiquités.

Les tombes datant de la période prédynastique renferment des squelettes d’animaux, surtout de chiens de chasse et de garde. L’une renferme le squelette d’un homme accroupi, enterré avec des pots en albâtre et de la poterie. La mission a en outre mis au jour deux brasseries pour la fabrication de bière. Celles-ci viennent s’ajouter aux trois autres découvertes, toujours à Tell Ghazala, par la mission polonaise qui a travaillé sur le site de 1998 à 2008. « Cette région a révélé beaucoup de secrets de la préhistoire égyptienne. On a également découvert différents types de palettes et de stèles ainsi que des outils fabriqués en pierre, comme des couteaux », a expliqué le chef du secteur.

Un site archéologique riche

Le site de Tell Ghazala, également appelé Tell Al-Farkha, compte parmi les sites les plus importants en ce qui concerne la fabrication de la bière en Egypte et constitue l’un des plus riches sites archéologiques dans le Delta du Nil. La région, composée de trois collines, a connu son apogée historique à partir de la fin de la préhistoire égyptienne jusqu’à la Ire dynastie pharaonique. Sur la colline est, les archéologues polonais avaient découvert, en 1998, un cimetière de près de 108 tombes — humaines et animales — ainsi que les vestiges d’une résidence, où ils ont trouvé les fragments de deux statues en or représentant sans doute un souverain prédynastique et son fils, un collier de perles et deux grands couteaux en silex. Sur la colline ouest, ils avaient mis au jour les vestiges d’un vaste centre administratif et cultuel datant de la Ire dynastie.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire