Semaine du 4 au 10 juillet 2018 - Numéro 1232
L’Egypte et la révolution du 30 juin
Al-Ahram Hebdo04-07-2018
 
 

L’Egypte a fêté cette semaine le cinquième anniversaire de la révolution du 30 juin. Les Egyptiens se souviendront encore longtemps de cette date. Ce jour-là, ils étaient des millions à sillonner les rues du Caire et des provinces appelant au départ du régime islamiste des Frères musulmans.

Aujourd’hui, cinq ans après, les résultats de la révolution du 30 juin ne font l’objet d’aucune équivoque. La révolution a d’abord permis à l’Egypte d’éviter le scénario catastrophique d’une guerre civile. Arrivé au pouvoir en juin 2012, le président frériste, Mohamad Morsi, cherche avant tout à renforcer son pouvoir, au lieu de construire un consensus qui paraissait nécessaire pour faire face aux problèmes. Pour atteindre cet objectif, il adopte une déclaration constitutionnelle, qui lui donne une emprise totale sur le pays. Celle-ci soulève la colère de la classe politique et des Egyptiens. Mais ce n’est pas tout. Le pouvoir islamiste prend des mesures qui remettent en cause l’égalité homme-femme, et fait des choix ambigus comme la nomination d’un ancien chef terroriste au poste de gouverneur de Louqsor. Enfin, il fait adopter dans la hâte et de manière expéditive une nouvelle Constitution. Avec cette politique pour le moins périlleuse, les Frères créent une polarisation extrême. Dans la classe politique, les appels en faveur d’élection présidentielle anticipée se multiplient. Mais en vain, les Frères refusant tout dialogue.

Avec la révolution du 30 juin, les Egyptiens ont évité aussi le spectre d’un Etat théocratique religieux, optant pour un Etat civil basé sur l’égalité entre les citoyens loin de toute discrimination basée sur la religion, le sexe ou la race. Très vite, l’Egypte s’est dotée d’une nouvelle Constitution qui concrétise ces ambitions. La nouvelle Constitution égyptienne, adoptée en 2014, met tous les Egyptiens sur un pied d’égalité et accorde aux femmes de nombreux droits, notamment une représentation minimum garantie au parlement.

Sur la scène régionale et internationale, la révolution du 30 juin a mis fin aux tentatives du régime islamiste de se rapprocher de l’Iran et a rétabli les relations stratégiques avec les pays du Golfe. Des relations d’une extrême importance pour l’Egypte. Aujourd’hui, Le Caire a retrouvé son rôle de leader dans la région établissant des relations solides avec le monde extérieur, notamment l’Afrique.

L’Egypte a retrouvé aujourd’hui le chemin de la stabilité, après deux révolutions successives. Elle avance sur la voie de la réforme et du développement, même s’il y a encore des obstacles à franchir et même si tout n’est pas encore parfait.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire