Semaine du 4 au 10 juillet 2018 - Numéro 1232
France-Egypte : Entente et convergence de vues
  En visite en Egypte, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est entretenu le 28 juin avec le président Abdel-Fattah Al-Sissi. Au centre des discussions : les relations bilatérales et les dossiers régionaux.
France-Egypte : Entente et convergence de vues
Pour la France, l’Egypte est un pilier de la stabilité régionale.
Chaïmaa Abdel-Hamid04-07-2018

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a accueilli, le 28 juin au Caire, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en présence du chef des renseignements généraux, Abbas Kamel, et de l’ambassadeur de France au Caire.

Les entretiens du chef de la diplomatie française avec le président Sissi et les responsables égyptiens ont porté sur les derniers développements de la situation dans la région et les efforts internationaux de lutte contre le terrorisme ainsi que la coopération sécuritaire et la stabilisation régionale.Au cours de la rencontre, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a réitéré l’importance de coordonner avec la France sur les questions d’intérêt commun en vue de relever les défis actuels, a affirmé le porte-parole de la présidence, Bassam Radi.

Le Drian a affirmé que « la France tient aux relations étroites et distinguées avec l’Egypte qui est un pilier de la stabilité régionale. Elle se soucie de développer pleinement la coopération avec Le Caire dans tous les domaines », a affirmé le chef de diplomatie française, qui s’est rendu aussi à Chypre et en Grèce.

Saïd Eissa, spécialiste des relations internationales au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram, rappelle qu’il s’agit du onzième déplacement officiel en Egypte de Le Drian depuis qu’il est au gouvernement, d’abord en tant que ministre de la Défense puis comme ministre des Affaires étrangères sous le président Emmanuel Macron. Sa dernière visite remonte à fin avril. Pour le politologue, ces nombreuses visites montrent la profondeur des relations entre les deux pays. La France et l’Egypte sont devenues des alliées très importantes, et il y a une convergence entre les deux pays sur l’ensemble des dossiers régionaux et la nécessité de lutter contre le terrorisme. « La France, tout comme une grande majorité des pays occidentaux, s’inquiète de la montée en puissance du terrorisme. Les risques posés par l’expansion de la menace terroriste notamment à l’est de la Libye n’ont fait qu’accentuer la convergence de vues entre Paris et Le Caire sur la priorité que constituent la lutte antiterroriste et la nécessité de maintenir un partenariat étroit », explique Eissa.

Menaces sécuritaires

Un avis partagé par Mona Soliman, chercheuse à la faculté des sciences politiques de l’Université du Caire, qui fait remarquer que cette visite coïncide avec le cinquième anniversaire de la révolution du 30 juin. La France cherche le soutien de l’Egypte à sa déclaration politique adoptée lors de la Conférence internationale sur la Libye le 29 mai dernier à Paris. Il s’agit, comme l’explique Soliman, de l’un des principaux buts de cette visite. La chercheuse rappelle que « les deux pays affrontent depuis plusieurs années des menaces sécuritaires, notamment les risques d’un retour de Daech en Libye après sa défaite en Iraq et en Syrie. En effet, le dossier libyen est l’un des sujets d’intérêt pour la France et l’Egypte. Le Caire et Paris sont considérés comme des acteurs-clés de la crise en Libye. Les deux pays sont déterminés à rétablir la paix et la sécurité sur le sol libyen et à soutenir l’unité de l’armée libyenne. L’Egypte parraine un dialogue entre les protagonistes libyens en vue de parvenir à une solution politique susceptible de mettre un terme au conflit interlibyen ». Jean-Yves Le Drian a souligné la nécessité de mettre en oeuvre rapidement et intégralement la déclaration politique adoptée lors de la Conférence internationale sur la Libye. En soutien à la médiation de Ghassan Salamé, représentant spécial du secrétaire général des Nations-Unies, ces engagements, endossés par le Conseil de sécurité des Nations-Unies, préparent la voie à l’unification des institutions civiles et militaires et à la tenue d’élections avant la fin de l’année. Jean-Yves Le Drian a fait part de sa préoccupation quant à la situation dans le croissant pétrolier et a rappelé la nécessité que soient respectées les prérogatives de la Compagnie pétrolière nationale, NOC, à Tripoli.

S’exprimant sur la Syrie, le président Sissi a réaffirmé que l’Egypte « tenait à sa position constante en faveur d’un règlement politique en Syrie ». Il a appelé à garantir l’unité territoriale de la Syrie. Jean-Yves Le Drian a évoqué avec le président Sissi les perspectives de relance du processus politique en Syrie, sous l’égide de l’envoyé spécial des Nations-Unies, Staffan de Mistura. A cet égard, les deux pays partagent des préoccupations communes : risques d’escalade régionale, besoins humanitaires de la population syrienne et poursuite de la lutte contre le terrorisme.

La paix au Proche-Orient

Concernant le processus de paix au Proche-Orient, le président et son hôte ont abordé les dernières évolutions de la cause palestinienne. L’Egypte soutient les efforts internationaux en vue de parvenir à un règlement équitable et global en accord avec les traités internationaux conclus en la matière et la solution de deux Etats dans les frontières 1967 vivant côte à côte en paix et en sécurité, dans des frontières sûres et reconnues, avec Jérusalem-Est pour capitale.

Jean-Yves Le Drian a évoqué la situation à Gaza, notamment les moyens qui doivent être mobilisés pour répondre à la grave crise humanitaire que traverse ce territoire. Il a souligné le soutien de la France aux efforts égyptiens en faveur de la réconciliation interpalestinienne, nécessaire pour améliorer les conditions de vie de la population et pour recréer un horizon politique.

Outre les dossiers régionaux, les relations culturelles ont aussi été au centre des entretiens franco-égyptiens. Plusieurs projets culturels ont été récemment achevés en coopération avec la France dont le Musée de la civilisation, le développement du Plateau des pyramides et la Maison de l’Opéra mondiale dans la Nouvelle Capitale administrative.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a affirmé le souci de renforcer davantage la coopération culturelle avec la France.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire