Semaine du 6 au 12 juin 2018 - Numéro 1228
Les favoris de l’Hebdo
Névine Lameï06-06-2018
 
 

Chants

1. Chants. D’origine tunisienne, Ghalia Benali est une chanteuse née en 1968, à Bruxelles. De retour avec ses parents à Zarsis, une petite ville portuaire méditerranéenne, un nouveau monde de traditions ancestrales s’ouvre à elle. En 1987, elle décide de repartir en Belgique, afin d’y poursuivre des études de graphisme. Loin de son pays, elle essaie de retrouver ces « moments de bonheur » qu’elle a connus pendant son enfance avec sa mère, ses tantes et ses copines de classe. Des moments animés en musique, chant et danse tout au long de soirées interminables autour de contes fantastiques. En 1989, Benali rencontre Moufadhel Adhoum, un luthiste tunisien, venu étudier la décoration aux beaux-arts de Bruxelles. Il lui propose un petit concert en public et c’est le grand succès. Ce sera le début d’une longue série de concerts dans toute la Belgique. Elle multiplie alors les voyages et les rencontres avec des musiciens d’origines et d’horizons musicaux différents. Le 8 juin, au théâtre Sayed Darwich, et le 9 juin au théâtre en plein air de l’Opéra du Caire. A 21h.

Théâtre

2. Théâtre. Le spectacle Hay Ala Baladna (salutations à tout le pays) est présenté au Théâtre national. Il s’agit d’une compilation de poèmes en dialectal écrits par Fouad Haddad. Ce dernier a toujours su aiguiser les sens et renforcer les volontés pour répondre à l’appel de la patrie. En même temps, c’était un rieur amusant. Le spectacle est joué, entre autres, par Achraf Abdel-Ghafour. Direction musicale : Saber Abdel-Sattar. Costumes : Nagui. Tous les soirs, à 20h (relâche mardi).

Cinéma

3. Cinéma. Cinécima célèbre « La musique au cinéma », en projetant le film French Waves de Julian Starke (2016). Trente ans d’électro française racontée par ceux qui l’ont faite : de Jean-Michel Jarre à Laurent Garnier, en passant par les nouveaux, Jacques ou Rone. Au fil des rencontres d’artistes emblématiques d’hier et d’aujourd’hui, ce documentaire raconte l’histoire de l’électro française et met un coup de projecteur sur la nouvelle vague d’artistes français, héritiers de cette histoire moderne qu’ils s’approprient à leur façon. Le 6 juin à 21h, à l’IFE de Mounira.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire