Semaine du 6 au 12 juin 2018 - Numéro 1228
D’une pierre deux coups
  Les expositions de pièces antiques égyptiennes offrent une occasion en or pour promouvoir le tourisme. Ce sera le cas à l’occasion de l’exposition L’Or des pharaons, organisée au Grimaldi Forum Monaco en France, du 7 juillet au 9 septembre prochains.
D’une pierre deux coups
Dalia Farouq06-06-2018

Le ministère égyptien du Tourisme a décidé d’établir un pavillon destiné à promouvoir le tourisme en marge de l’exposition « L’Or des pharaons » organisée par le ministère égyptien des Antiquités, au Grimaldi Forum Monaco en France, du 7 juillet au 9 septembre 2018. Cette décision est intervenue suite à un entretien qu’a eu la ministre égyptienne du Tourisme, Rania Al-Machat, avec une délégation de tour-opérateurs, de journalistes et d’hommes de médias français spécialisés dans le tourisme égyptien, accompagnés de Christiane Ziegler, ancienne directrice du département d’archéologie égyptienne au musée du Louvre et commissaire de l’exposition « L’Or des pharaons ». Lors de cet entretien, Al-Machat a assuré que le ministère du Tourisme multiplie ses efforts et entreprend de sérieuses démarches pour retrouver le même rythme du tourisme français de 2010. « Nous visons à accueillir 600 000 touristes français par an, soit 4 % du total des touristes », a assuré la ministre dans un communiqué de presse du ministère. Et d’ajouter qu’elle entend profiter de la tenue de l’exposition « L’Or des pharaons » à Monaco, afin de faire la promotion du tourisme égyptien dans le marché français.

D’une pierre deux coups

En fait, les expositions de pièces antiques sont les meilleurs ambassadeurs du tourisme égyptien, surtout auprès des peuples connus par leur égyptomanie comme les Français. « On a déjà une expérience réussie avec l’exposition L’Ere des bâtisseurs des pyramides, qui a fait le tour de plus de 8 villes au Japon en 2015. Cette exposition est la raison principale de la hausse considérable du nombre de touristes japonais qui ont voyagé en Egypte à cette époque. Je crois aussi que l’exposition du jeune roi Toutankhamon tenue aux Etats-Unis ou celle des antiquités islamiques au Canada sont l’une des raisons de la reprise du mouvement du tourisme en Egypte à l’heure actuelle », explique Magdi Sélim, ex-vice-ministre du Tourisme.

Pour sa part, Ziegler a noté, lors de cet entretien, que l’Egypte avance à pas sûrs sur la voie du développement touristique et qu’elle réussira bientôt à retrouver sa place sur la carte touristique mondiale. Elle a aussi salué les démarches du ministère égyptien du Tourisme, afin d’investir de nouveaux marchés touristiques, et ne pas se restreindre uniquement aux anciens.

D’une pierre deux coups
Bracelet décoré d’un oeil magique découvert sur la momie de Chéchanq II.

L’égyptologue française rappelle que le musée Grimaldi avait déjà abordé une thématique égyptienne en 2008 avec l’exposition « Reines d’Egypte ». « Une exposition qui avait remporté un grand succès à cette époque, et ces années étaient l’âge d’or du tourisme français en Egypte », Indique Ziegler.

En fait, l’exposition « L’Or des pharaons » réunit plus de 150 chef-d’oeuvres du Musée du Caire relatant plus de 2 500 ans de l’histoire de l’orfèvrerie en Egypte Ancienne. Elle présente une série d’ensembles prestigieux découverts dans les tombes royales et princières de l’Egypte pharaonique. Selon le site du Grimaldi Forum Monaco, au-delà d’une présentation de somptueux ensembles (bijoux, vases, bracelets, pendentifs, ceintures d’orfèvrerie, miroirs à disque d’or, colliers, sarcophages, masques funéraires et meubles plaqués or) et des documents illustrés retraçant leurs découvertes, l’exposition interroge également le statut de ces oeuvres qui sont l’une des formes d’expression artistique les plus anciennes et les plus universelles.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire