Semaine du 2 au 8 mai 2018 - Numéro 1223
Les droits ouvriers renforcés
  Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a participé, dimanche 29 avril, à la célébration de la Fête du travail, commémorée le 1er mai. Cette année, elle marque des importants acquis en faveur des ouvriers.
Les droits ouvriers renforcés
Le président de la République a honoré 10 des anciens syndicalistes.
May Al-Maghrabi02-05-2018

Un système de protection sociale pour les travailleurs saisonniers et informels, l’achèvement de la nouvelle loi sur le travail qui devra garantir les droits salariaux et syndicaux des ouvriers, ainsi que la tenue des nouvelles élections ouvrières dans quelques semaines. Tels sont une partie des acquis célébrés par les travailleurs, le premier mai, à leur fête. A cette occasion, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a assisté, samedi 29 avril, à la cérémonie organisée par l’Union Générale des Syndicats Ouvriers (UGSO) et à laquelle a pris part le premier ministre, Chérif Ismaïl, le ministre de la Main-d’oeuvre, Mohamad Saafane, le président de l’UGSO, Guébali Al-Maraghi, ainsi que des représentants du mouvement ouvrier.

A cette occasion, le président a honoré 10 des anciens syndicalistes qui ont influencé le travail syndical, ainsi que deux anciens employés travaillant au ministère de la Main-d’oeuvre en leur décernant l’ordre du travail du premier degré. Dans son allocution, le président Sissi a rappelé « le rôle incontournable des ouvriers dans le développement et le progrès du pays ». « C’est par les mains des ouvriers de l’Egypte que le nouveau Canal de Suez a été creusé en un an et que des méga-projets ont été réalisés. Tout le respect et l’honneur pour tout travailleur dévoué », a loué le président Sissi, tout en avouant que le programme de réforme économique était dur pour tous les Egyptiens, notamment ces travailleurs. Aussi, le président a tenu à exprimer sa satisfaction de l’entrée en vigueur, dès le premier mai, d’un nouveau système de protection sociale englobant, pour la première fois, les ouvriers saisonniers et les travailleurs informels. C’est à l’initiative du président que le ministère de la Main-d’oeuvre a entamé depuis quelques mois les procédures de recensement et d’enregistrement de ces travailleurs informels pour les inclure dans un système d’assurance sociale et médicale.

A cet égard, le chef de l’Etat a mis en évidence l’importance du certificat d’assurance « Amane » (sécurité), récemment lancé en faveur de cette main-d’oeuvre et qui leur offre une assurance-vie. « Offrir un système de protection sociale complémentaire pour les classes défavorisées leur permettant de vivre en dignité figure à la tête des priorités de l’Etat. On oeuvre à développer ces programmes de protection sociale tels que celui de Takafol we Karama, (solidarité et dignité), dont profitent aujourd’hui des millions des familles », a souligné le président. Dans le même cadre, le président a souhaité que les nouvelles lois sur le travail et les libertés syndicales soient approuvées dans les plus courts délais. Dans son discours, le ministre de la Main-d’oeuvre, Mohamad Saafane, a indiqué que la promulgation de ces lois constitue une étape positive en faveur de la protection des droits des ouvriers et de la liberté syndicale. Il a cité, à titre d’exemple, la loi sur le travail qui garantit une formule équilibrée entre les droits des ouvriers et des patrons. Quant à celle sur les syndicats, elle autorise tout ouvrier à adhérer à la formation syndicale qu’il choisit et interdit le licenciement et la discrimination salariale entre les ouvriers pour leurs activités syndicales. Une fois cette loi promulguée, les élections ouvrières, suspendues depuis 2006, pourront avoir lieu. A cet égard, le président a appelé les ouvriers à choisir « avec soin » leurs représentants aux syndicats ouvriers. « Lors des prochaines élections ouvrières, choisissez vos représentants avec objectivité, choisissez ceux qui défendront vos intérêts et vos droits », a conseillé le président.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire