Semaine du 25 avril au 1er mai 2018 - Numéro 1222
Khaled Habib : Expert en succès
  Khaled Habib possède plus de 20 ans d’expérience en tant qu’expert en coaching et planification. Il est le gage de réussite de plusieurs sociétés privées et un leader d’opinion pour les jeunes.
Expert en succès
Yasser Moheb25-04-2018

Le succès et le bien-être — certains en rêvent, d’autres en font leur métier. Lui, il est depuis une vingtaine d’années expert en matière de coaching et de recons­truction des grandes sociétés. Khaled Habib est le conseiller de plusieurs entités économiques depuis plusieurs années et il est une autorité en matière de psychologie, de leadership, de négociation, de motivation et d’organisation pour atteindre une meilleure performance à tous les niveaux, professionnels et personnels. De plus, il est réputé pour son engagement humanitaire. Ses interventions sur l’action et la responsabilisation individuelles ont aidé des milliers de personnes et d’entreprises à atteindre leurs objec­tifs personnels et collectifs.

Khaled Habib nous reçoit dans son bureau au Smart Village, au 6 Octobre, où il travaille depuis des mois, présidant une entreprise de planification stratégique. Un bureau élégant, sans artifice, à l’image du PDG. Il s’y réfugie en fin de matinée pour fuir le train-train quotidien et effectuer quelques appels téléphoniques ou préparer les rendez-vous du lende­main.

Le coach a construit son propre univers, dans lequel il semble très à l’aise. On a d’abord du mal à croire qu’il ait atteint la cinquantaine. Les heures passées au travail lui ont épargné les ravages du temps. Bien que fatigué après une matinée char­gée — ses journées de travail com­mençant à 7h–, il est toujours de bonne humeur. « Je dois relever un nouveau défi en réformant le per­sonnel d’un organisme économique gouvernemental important. Je dois également fournir à sa direction des plans stratégiques pour mieux gérer l’effectif et maximiser les profits, de part et d’autre. Mon travail a toujours été un défi pour moi, doublé d’une joie. J’aime aider les gens à mettre de l’ordre dans leur vie professionnelle ou personnelle », dit Khaled Habib sur son ton énergétique, avec son sourire naturel qui ne le quitte pas.

Né en 1966 au Caire, d’un père originaire du Delta et d’une mère de la Haute-Egypte, il a maintenu les gènes de l’un et de l’autre. En d’autres termes, il a fusionné les habitudes et les tempéraments des gens du Delta et de la Haute-Egypte, tout comme sa soeur unique, Basma. Son père, Adel Ahmad Habib, était avocat, écri­vain, membre actif du Parti socia­liste et un véritable Nassérien. Quant à sa mère, Fawziya Al-Mowalled, elle était vice-prési­dente de la Radio égyptienne, soit une experte en médias et en déve­loppement. « J’ai hérité l’amour de la lecture et de l’écriture de mon père et celui des médias et de l’in­formation de ma mère. Comme pas mal d’adolescents, comme j’ai eu de bonnes notes au bac, je devais faire médicine ou ingénierie, conformément à la mentalité tradition­nelle de l’époque. Moi, j’ai donc effectué des études en poly­technique ».

Après ses années universitaires, il a pensé qu’il pouvait faire autre chose pour se sentir plus épanoui. Il avait longtemps cru que sa destinée était toute tracée; toute­fois, sa vie a basculé d’un coup. L’élément déclencheur? La mort subite de son père en 1989. L’événement fut foudroyant. « C’était comme si le monde s’était écroulé », se rappelle Khaled Habib d’une voix remplie d’amer­tume, malgré son sourire. « C’était mon seul ami et mon seul confi­dent. Depuis sa mort, je ne raconte à personne mes secrets. Jusqu’à nos jours, lorsque j’ai un problème ou un secret qui me pèse, je vais me recueillir auprès de sa tombe dans le gouvernorat de Gharbiya; je lui rends visite et lui raconte mes soucis. Je n’oublierai jamais le jour du décès du pré­sident Nasser, alors que je n’avais que 4 ans. Avec mon père, sur le balcon, nous avons vu les foules pleurer leur leader. Mon père, s’adressant à moi comme à un adulte, a passé un bon moment à me parler de Nasser et de sa propre perte. Que Dieu bénisse les âmes des deux », raconte Khaled Habib, ne cachant pas son attachement au nassérisme.

Après la disparition de son père, Khaled Habib s’est trouvé, du jour au lendemain, obligé de changer tous ses plans. Il a décidé de cher­cher un travail pour aider à subve­nir à ses besoins et à ceux de sa famille. Alors, il a travaillé comme agent de ventes dans une société de timeshare, passant le gros de ses journées dans les stations de ser­vice, afin de convaincre les clients de passer leurs vacances dans l’une des propriétés de sa compagnie. « C’était très dur pour moi, d’abord de travailler dans ce domaine tout à fait différent de l’ingénierie et de devoir convaincre les gens de se joindre à nous. Cependant, le contact direct avec les gens s’est bien passé. A ma plus grande surprise, j’ai rapidement réussi à gagner la confiance de la clientèle et un peu d’argent », indique celui qui est devenu l’idole de pas mal de jeunes et l’expert numéro 1 en matière de développe­ment humain et de planning stratégique, prisé des multinatio­nales.

Pour gagner davan­tage et certainement découvrir ses propres capacités, Khaled Habib s’est mis ensuite à vendre des matériaux chimiques nécessaires pour la construction. Et ce, tout en travaillant comme speaker au service anglophone de la radio égyptienne. « J’allais à Maspero, où se trouvent les locaux de la radio, chaque jour à 4h du matin pour enregistrer mon émission, dif­fusée à 22h aux Etats-Unis. Et le matin, je poursuivais mon travail pour la société de timeshare et celle de matériaux de construc­tion », ajoute le self-made-man.

Il n’oubliera jamais le jour où une amie l’a appelé, l’informant qu’elle avait pris pour lui un rendez-vous avec un homme important. « Elle ne m’a rien dit d’autre, tout ce que j’ai compris est que c’était pour du travail. Alors j’y suis allé, muni de mon dossier et de quelques boîtes de matériaux chimiques à vendre ainsi d’une cassette sur laquelle j’avais enregistré quelques-unes des émissions que j’animais à la radio ».

L’homme important avec qui il avait rendez-vous a passé plus d’une heure à parler avec lui sur les pro­blèmes qu’il avait avec ses employés et lui a demandé amicalement son point de vue. A la fin de l’entretien, il lui a proposé de travailler avec lui comme directeur de ventes et de marketing. « J’ai accepté tout de suite l’offre, sachant que les idées que j’avais proposées étaient tout à fait intuitives et instantanées, sans connaissances académiques préa­lables. J’ai dû emprunter, plus tard, des livres à la bibliothèque de l’Université américaine pour mieux m’informer sur le business et les stratégies d’affaires. Dieu merci, j’ai réussi à élaborer un plan de secours pour sauver la société dans laquelle j’ai été embauché, d’où des milliers de ventes et de profits. Cela a été le début d’une nouvelle phase de ma vie ».

Khaled Habib s’est vite fait une belle réputation, comme ayant un bon sens pour les affaires et une énergie créatrice. Il a été à l’origine de plusieurs réformes opérées au sein de nombreuses entités écono­miques, aidant au bien-être des employés. « Mon approche est basée sur des méthodes et des tech­niques logiques et pratiques. Il s’agit d’apprendre aux gens à mieux vivre et à mieux réfléchir pour les aider à s’épanouir », dit-il. Il a collaboré avec des clients issus d’environnements professionnels multiples, dont Vodafone, ABB, Universal, General Electric ou la banque Barclays. Et ce, dans le but de promouvoir leurs activités, en faisant du coaching en tant que consultant-formateur.

La mission la plus chère de Khaled Habib a été celle auprès de la présidence égyptienne, lorsqu’on lui a demandé de coacher les jeunes cadres de demain. « Un véritable honneur. J’ai passé environ 4 mois à tra­vailler sur ce pro­gramme avec toute une équipe qualifiée, afin de couvrir tous les besoins des jeunes ». Khaled Habib a aussi entrepris plusieurs études supplémen­taires. Ainsi, il a obte­nu un master en admi­nistration et un docto­rat de l’Université écossaise d’Edinburgh en règlement des litiges d’affaires. Et il est actuellement professeur certifié à l’Université française ESLESCA et à l’Académie arabe des sciences et de la technologie.

Portant plusieurs casquettes, il coache des particuliers partout dans le monde, mais continue aussi à présenter chaque matin, de 8h à 9h, une émission à la radio, intitulée Tafaäl (sois optimiste). Il y essaie d’orienter et d’accompagner les gens qui désirent opérer un change­ment concret dans leur vie et redé­couvrir leurs potentiels. De même, il vient de publier un premier livre, Estemara setta (document 6, en référence à un formulaire que l’on doit remplir et signer en quittant un emploi gouvernemental). « Chacun de nous a dû quitter un emploi, une personne, etc. pour un nouveau début. Certains refusent d’avancer, d’avoir une vie meilleure. Mon livre en parle », souligne Khaled Habib.

Son approche est humaniste, puisqu’il prend en considération l’individu dans sa totalité, tout en étant convaincu que chacun pos­sède des ressources intarissables. « Je parie toujours sur l’être humain, sur sa capacité à progres­ser », conclut-il.

Mais cette personne qui résout les problèmes des autres a-t-elle par­fois ses déceptions? « Oui. Comme tout le monde, je me trouve parfois dévoré par les problèmes, mais je ne me laisse pas aller. J’essaie tou­jours de décortiquer le problème pour m’en sortir. J’ai eu deux graves accidents de voiture; j’ai failli être paralysé et mes larmes ont coulé à flots. Mais j’ai déve­loppé des outils pour mieux gérer le stress et l’angoisse, même dans les situations les plus difficiles. C’est le côté humain chez nous qui doit réa­gir, et celui-ci est capable de vaincre le mal », dit l’entraîneur bien entraîné, qui se plaît à passer son temps libre en voyageant avec sa famille, à savoir sa femme, sa fille Salma et son fils Ali.

Jalons

1er octobre 1966 : Naissance au Caire.

1990 : Début de sa carrière en marketing.

2001 : Consultant assermenté chez Business Consulting.

2015 : Doctorat de l’Université d’Edinburgh en règlement des litiges d’affaires.

2016 : Responsable du programme présidentiel pour la formation des jeunes.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire