Semaine du 21 au 27 mars 2018 - Numéro 1217
Tension à Gaza
Al-Ahram Hebdo21-03-2018
 
 

L’attentat manqué contre le premier ministre palestinien, Rami Hamdallah, le 13 mars dans la bande de Gaza, montre une fois de plus les difficultés de la réconciliation interpalestinienne. Alors qu’il devait inaugurer une station de traitement des eaux usées au nord de l’enclave pales­tinienne, Rami Hamdallah a été la cible d’une explosion et de plu­sieurs coups de feu. Le chef du gouvernement palestinien a dû écourter sa visite dans l’enclave palestinienne, et rentrer rapide­ment en Cisjordanie.

Le Hamas s’est empressé de condamner l’attentat, qui n’a pas été revendiqué. Et une enquête a été également annoncée par le groupe islamiste.

L’attentat est hautement révé­lateur de la tension qui continue à sévir entre le Fatah et le Hamas. Car, au-delà de l’attentat, c’est bien évidemment la réconcilia­tion interpalestinienne qui est visée. En dépit de l’accord de réconciliation, conclu au Caire le 12 octobre dernier et en vertu duquel le Hamas s’engage à remettre à l’Autorité palesti­nienne le pouvoir dans la bande de Gaza, les rivalités entre les deux mouvements palestiniens n’ont jamais cessé. Le transfert des compétences du Hamas à l’Autorité palestinienne, surtout en matière de sécurité et du contrôle des postes frontaliers, ne s’est pas déroulé sans accrocs. La non-renonciation du Hamas à sa force militaire fragi­lise l’accordde réconciliation. Et à Gaza, l’animosité reste grande envers le Fatah.

En juin 2007, le Hamas prenait le pouvoir dans la bande de Gaza et, après de violents affronte­ments, en chasse l’Autorité palestinienne, dominée par le Fatah. Le mouvement islamiste palestinien gouvernait alors sans partage l’enclave palestinienne. Mais Gaza est soumise à un sévère blocus israélien, et le Hamas fait face à de sérieuses difficultés, surtout après la chute du régime des Frères musulmans en Egypte dont il avait le soutien. Isolé sur la scène politique inter­nationale, affaibli et recherchant de nouveaux appuis, le Hamas conclut l’accord de réconciliation avec son rival de toujours en 2017, avec l’espoir de se débar­rasser du fardeau économique de Gaza. Il refuse toutefois de renoncer à sa force militaire et reste réticent en ce qui a trait à l’application de certains termes de l’accord. Le sort des Brigades Ezzeddine Al-Qassam, la branche armée du Hamas, reste l’une des principales pommes de discorde entre les deux mouvements palestiniens.

Tandis que l’Autorité palesti­nienne demande au Hamas d’au­toriser le gouvernement de consensus national de Rami Hamdallah à exercer la pleine autorité à Gaza, le mouvement palestinien affirme que « cela est déjà fait » et demande à aborder d’autres questions comme la réforme de l’OLP et les élec­tions. Le bras de fer entre les deux frères ennemis n’est pas près de prendre fin.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire