Semaine du 14 au 20 mars 2018 - Numéro 1216
Volley-ball : Le sans-faute d'Ahli
  Ahli a remporté le Championnat national de volley-ball sans concéder aucune défaite. Suite à l’augmentation du nombre d’équipes, cette saison a été l’une des plus longues et des plus dures du championnat. Bilan.
Volley-ball : Le sans-faute d
Après avoir remporté le titre de champion d'Egypte, Ahli vise le titre africain. (Photo : Fédération égyptienne de volley-ball)
Doaa Badr14-03-2018

Dimanche 11 mars, dans la salle d’Ittihad Al-Chorta au Caire, l’équipe de volley-ball d’Ahli a reçu le trophée du Championnat national. Les hommes de Mohamad Mosselhi ont battu, lors de la dernière journée, Talaïe Al-Gueich sur le score de 3-0. Avec 44 points, Ahli s’est adjugé le titre de champion d’Egypte, avec un écart confortable par rapport à son rival habituel, Zamalek, qui s’est contenté de la 2e place avec 33 points, et Talaïe Al-Gueich, qui a terminé 3e avec 30 points.

Ahli s’était en fait adjugé le titre de champion d’Egypte de la saison dès l’avant-dernière journée du cham­pionnat, après avoir battu Smouha d’Alexandrie sur le score de 3-0. Ahli en était alors à 38 points, Zamalek à 33 points et Al-Gueich à 30 points. Vu l’écart de 5 points entre les deux pre­mières équipes, le dernier match, qui a opposé Ahli à Al-Gueich, n’était plus de grande importance. Mais les Rouges, qui ont voulu clôturer la sai­son en apothéose sans aucune défaite, ont remporté le match sur le score de 3 à 0, réalisant ainsi une saison par­faite, avec 14 victoires durant la finale à 8 et sans aucune défaite. Un exploit. Ahli a ainsi remporté son 29e titre de champion d’Egypte et confirmé ainsi le retour triomphal des Rouges. Le dernier titre d’Ahli remonte à 2014. « Je suis très heureux de remporter le titre de champion d’Egypte après mon retour au club cette année. La concur­rence était féroce entre les 3 pre­mières équipes, Ahli, Zamalek et Al-Gueich, mais nous étions les meilleurs cette saison », a déclaré Abdallah Abdel-Salam, un des meilleurs volleyeurs égyptiens, qui a soutenu Ahli durant le cham­pionnat.

En fait, la saison 2017-2018 a été très difficile et très longue. Le championnat a commencé par un premier tour comportant 28 clubs, divisés en 4 groupes, soit un très grand nombre. « L’ancienne fédé­ration a augmenté le nombre des équipes et la nouvelle fédération a été obligée de continuer le cham­pionnat avec le même système », souligne Chérif Al-Chémerli, direc­teur technique des sélections égyp­tiennes. Après le premier tour, les 16 premiers ont été divisés en 4 groupes pour disputer des matchs aller-retour. Enfin, les 2 premiers de chaque groupe se sont qualifiés pour la finale à 8 et ont disputé des matchs à Ismaïliya, à Alexandrie et au Caire. « Le grand nombre de matchs dispu­tés lors de cette saison était épuisant pour toutes les équipes. Cela a repré­senté un lourd fardeau pour les joueurs et causé beaucoup de bles­sures, ce qui a affecté par la suite la sélection nationale », souligne Al-Chémerli. Et d’ajouter : « Cette édition du Championnat est d’un niveau inférieur par rapport aux der­nières éditions. Les vedettes de l’équipe nationale ont été loin de leur niveau et plusieurs joueurs étaient blessés. En fait, les élections du Conseil d’administration de la Fédération égyptienne ont affecté les préparatifs de la saison ».

Une équipe de haut niveau

Volley-ball : Le sans-faute d

Selon Al-Chémerli, les 8 équipes qui ont disputé la phase finale ont des niveaux très diffé­rents. Les clubs ont été divisés en 3 groupes. Le premier groupe comportait les équipes qui se dis­putaient le titre du championnat : Ahli, Zamalek et Al-Gueich. Le deuxième groupe comportait, quant à lui, les équipes de Tayaran, Smouha et Sporting, qui sont des clubs d’un bon niveau. Venaient enfin Ittihad et 6 Octobre, qui sont des clubs d’un niveau très inférieur des autres. « Les deux der­niers clubs au Championnat natio­nal, Ittihad et 6 Octobre, sont d’un niveau très loin des autres, ils ont bénéficié du mauvais système du championnat et ont accédé à la finale en défaveur de clubs bien meilleurs, comme Al-Chams et Héliopolis », déclare Al-Chémerli.

Cette saison, Ahli avait toutes les capacités pour décrocher le titre de champion d’Egypte. L’année der­nière, l’ancien conseil d’administra­tion d’Ahli, présidé par Mahmoud Taher, avait en effet commencé à appliquer une nouvelle stratégie, qui s’occupe de tous les sports, et non pas seulement du football. Après la désignation de Mohamad Mosselhi comme directeur tech­nique de l’équipe, le conseil d’ad­ministration a donné tous les pou­voirs pour construire une équipe de volley-ball forte. Le nouveau conseil d’administration d’Ahli, présidé par Mahmoud Al-Khatib, a continué sur le même élan. Mosselhi a recruté un des meilleurs vol­leyeurs en Egypte, l’expérimenté Abdallah Abdel-Salam, de même qu’un professionnel tunisien, Choukri Al-Joweini, pour renforcer l’équipe. De plus, Ahli regroupe les meilleurs joueurs du championnat.

Ahli possède aujourd’hui une équipe capable de concurrencer les meilleures formations. Cela se réper­cutera aussi sur le niveau de la sélec­tion nationale. Actuellement, les Rouges effectuent un stage en Pologne, en préparation pour le Championnat d’Afrique des clubs champions, qui aura lieu du 25 mars au 6 avril à la salle couverte du prince Abdallah Al-Fayçal, au club Ahli. En confiance après le titre de champion d’Egypte, Ahli vise à conserver son titre de champion d’Afrique et à récolter un 14e titre africain.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire