Semaine du 7 au 13 février 2018 - Numéro 1211
Monde en bref
07-02-2018
 
 

Togo
Manifestations
Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de Lomé samedi, à l’appel de la coalition de l’opposition pour protester contre le régime du président Faure Gnassingbé. Pourtant, des représentants guinéen et ghanéen, pays médiateurs dans la crise qui agite le Togo depuis septembre dernier, ont annoncé vendredi l’ouverture d’un dialogue le 15 février, précisant que tous les acteurs avaient accepté de « suspendre » les manifestations publiques. Mais les leaders de ce regroupement de 14 partis politiques ont maintenu leur manifestation. L’opposition exige en outre des « mesures d’apaisement », notamment le retrait des forces de sécurité dans le nord et la libération de partisans arrêtés pendant les marches et lors de l’incendie des marchés de Kara et de Lomé en janvier 2013, avant de négocier. L’opposition organise des marches quasi hebdomadaires depuis début septembre pour protester contre l’accaparement du pouvoir par une seule famille depuis plus de 50 ans. Faure Gnassingbé a succédé en 2005 à son père, le général Gnassingbé Eyadéma, qui a dirigé le pays pendant 38 ans.

Venezuela
Maduro candidat à sa réélection
Malgré son impopularité, le chef de l’Etat vénézuélien, Nicolas Maduro, a été investi par le Parti socialiste au pouvoir pour être son candidat « logique » à la présidentielle anticipée qui doit se tenir avant fin avril dans un pays en pleine crise économique. « Approuvé par acclamation. Vous êtes officiellement le candidat du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV) », a déclaré vendredi le numéro deux du camp présidentiel, Diosdado Cabello, lors d’une réunion politique en présence du président. « Nous allons vers une grande victoire », a assuré le président Maduro lors de son discours. Bien que sa cote de popularité ait légèrement remonté ces derniers temps, le taux de Vénézuéliens insatisfaits reste à 70 %, selon l’institut de sondage Delphos. Mais le chef de l’Etat, dont le mandat se termine en janvier 2019, exerce avec son camp un contrôle institutionnel sur tous les organes du pouvoir, à l’exception du parlement contrôlé par l’opposition. La semaine dernière, l’Assemblée constituante, dotée de pouvoirs étendus et composée uniquement de partisans du pouvoir, a convoqué une élection présidentielle anticipée avant la fin avril, prenant de court une opposition désorganisée et affaiblie. Cette constituante n’est pas reconnue par l’opposition et une partie de la communauté internationale

Soudan du Sud
Armes
Les Etats-Unis ont décidé de restreindre les transferts d’armes vers le Soudan du Sud, en raison de la violence endémique qui ravage le pays en guerre depuis décembre 2013, a rapporté vendredi le département d’Etat. « En réponse à cette violence continue et à la brutalité contre des civils et des humanitaires, les Etats-Unis ont décrété des restrictions sur les transferts d’armes avec le Soudan du Sud », a expliqué la porte-parole du département d’Etat, Heather Nauert, dans un communiqué. Elle a évoqué une crise humanitaire dramatique, avec 1,5 million de personnes menacées par la famine, et déploré la mort d’au moins 95 travailleurs humanitaires depuis le début du conflit. Le département d’Etat appliquera désormais « une politique de refus, avec des exceptions limitées, d’export de produits et de services de défense au Soudan du Sud, incluant toutes les parties impliquées dans le conflit ». Mme Nauert a appelé les voisins du Soudan du Sud et d’autres pays à prendre des mesures similaires et encouragé l’Union africaine et l’organisation régionale Igad à envisager des sanctions contre ceux qui sapent les efforts de paix.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire