Semaine du 29 novembre au 5 décembre 2017 - Numéro 1202
Les soufis défiants jusqu’au bout
  Par défiance au terrorisme, le Conseil suprême des ordres soufis d’Egypte a maintenu les festivités de l'anniversaire du prophète, le 30 novembre, et renouvelé l'engagement de coopérer avec l'armée et la police pour vaincre ce fléau.
Les soufis défiants jusqu’au bout
Le soufisme est pratiqué depuis des siècles dans tout le monde musulman.
May Al- Maghrabi29-11-2017

Les soufis d’Egypte, endeuillés par le pire attentat de l’histoire récente du pays, ont exprimé leur volonté de surmonter ce drame en annonçant le maintien de la plupart des festivités prévues le 30 novembre, pour l’anniversaire du prophète Mohamad, dans un geste de défiance envers les auteurs de l’attentat. « Les festivités auront lieu partout dans le pays et dans toutes les provinces », a annoncé le Conseil suprême des ordres soufis d’Egypte, dans un communiqué samedi soir. « Le soufisme n’est pas étranger à l’islam. C’est au contraire l’islam dans sa pratique entière », a par ailleurs souligné le conseil dans un second communiqué, témoignant de sa détermination à surmonter l’épreuve.

La mosquée d’Al-Roda, au Nord-Sinaï, était soufie et renfermait une zawya, édifice religieux utilisé par les mystiques pour les prières et les rassemblements. Partout où Daech opère, les soufis ont été attaqués, comme au Pakistan où des dizaines de soufis ont été tués par les terroristes. Dans le Sinaï, l’animosité de Daech aux soufis est claire. En 2016, la Province du Sinaï, branche égyptienne de Daech, avait enlevé puis décapité un chef soufi, l’accusant de pratiquer la magie. Le groupe terroriste avait ensuite déclaré que sa première priorité était de « combattre les manifestations du polythéisme, y compris le soufisme ».

Inspirés par certains compagnons du prophète et par les premières générations d’ascètes, les soufis disent vouloir se concentrer sur l’obtention d’un état de pureté, dont viendrait le terme soufisme, pour témoigner de la présence de Dieu dans leur vie. Certains intègrent de la musique dans leurs prières ou des danses (derviches), mais d’autres, en revanche, rejettent ces pratiques. Dans une grande partie du monde musulman, le soufisme a été accepté et pratiqué pendant des siècles de manière courante, aussi bien par les fidèles que par les théologiens les plus influents de l’islam sunnite. Le cheikh Ahmad Al-Tayeb, grand imam d’Al-Azhar, plus haute autorité de l’islam sunnite, est lui-même un soufi, tout comme de nombreux hauts dignitaires religieux musulmans. Les gouvernements arabes ont accepté les mystiques en raison de leur quiétisme politique et leur modération religieuse.

Coopération avec l’armée

Les terroristes de Daech, appartenant au courant du salafisme djihadiste, un courant rigoriste de l’islam, considèrent les soufis comme des hérétiques. Ils condamnent surtout ce qu’ils appellent « les innovations », ces rites et prières adoptés par les soufis sans que le prophète Mohamad lui-même les ait jamais prescrits. Une divergence idéologique qui n’est pas le seul motif pour que les soufis en Egypte soient visés par Daech. C’est ce qu’affirme Sameh Eid, spécialiste des mouvements islamistes. « Pour Daech, il ne s’agit pas simplement de divergences confessionnelles. Les soufis ont travaillé en étroite coopération avec les forces de sécurité dans la péninsule pour tenter de contrer Daech. Et c’est cette coopération qui dérange en premier lieu le groupe », pense Eid. Mais il semble que cet acte de représailles contre les soufis soit loin de dissuader ces derniers. Réuni samedi d’urgence, le Conseil suprême des ordres soufis d’Egypte a affiché son plein soutien aux forces de l’armée et de la police, renouvelant l’engagement de coopérer avec elles en vue de vaincre le terrorisme. Les spécialistes s’accordent à dire que s’il était confirmé que la mosquée a été attaquée en raison de son importance pour les soufis, cela aurait été inscrit dans le cadre d’une tactique de Daech en Egypte visant les civils, notamment de minorités religieuses, après avoir ciblé principalement les forces de sécurité.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire