Semaine du 15 au 21 novembre 2017 - Numéro 1200
Retour sur le long parcours de l'ostaz
  Loin de la politique et des cercles de prise de décision, qui ont fait l’univers de Mohamad Hassanein Heikal (1923-2016), le livre de Khaled Abdel-Hadi, Alamat Ala Tariq Tawil, Heikal, Lamahat Insaniya, aborde les aspects humains inconnus du maître du journalisme arabe.
Retour sur le long parcours de l
Amr Kamel Zoheiri15-11-2017

Khaled abdel-hadi, journalisteet écrivain palestinien vivant enJordanie, écrit un livre qui éclairedifférents aspects de la vie dujournaliste égyptien autrefois le plus influentau monde, notamment en 1971. Des touchespersonnelles et humaines dans la vie de cecolosse du journalisme arabe qu’est MohamadHassanein Heikal sont illustrées dans ce livrede 400 pages. Le livre est écrit sous forme denotes et regroupe des avis, des réflexions et destémoignages de politiciens et de journalistessur Mohamad Hassanein Heikal et son apportà la presse et à la politique égyptienne, arabe,et internationale. Jeune reporter de guerreen 1948, Heikal a constaté le sérieux etl’organisation rigoureuse des groupes sionistes.Ses écrits durant la guerre de Palestine étaientjugés démoralisants pour les troupes arabes etaffectant le moral des soldats. Le livre révèled’un côté la relation humaine qu’entretenaitl’auteur avec Mohamad Hassanein Heikal etde l’autre côté comment cette relation a permisà l’auteur de connaître les goûts, les choix, etles avis de Heikal, ses préférences musicales,culinaires, littéraires et cinématographiques.

L’auteur a pu, à plusieurs reprises, découvrirla liste des livres qui se trouvaient sur lebureau de ce grand lecteur à jamais affamé deconnaissance et d’informations.Le livre révèle que dans une ancienneinterview de l'Ostaz (le maître), comme onl’appelle dans les milieux journalistiques etculturels arabes, Heikal avoue avoir mémorisépar coeur plus de 10 000 vers de poésiearabe. Il avoue également que cela l’aide àmaintenir sa mémoire vive. Jusqu’à son décèsà l’âge de 92 ans, il a maintenu une mémoireencyclopédique.

Des secrets, des mémoires et des écrits
Le livre de Khaled Abdel-Hadi recensebeaucoup d’anecdotes et de situationsembarrassantes ou enchanteresses dans la viede Heikal. Il détaille les débuts et l’avènementdu jeune journaliste prometteur Heikal. Celui-cirejoint assez tôt le journal réputé The EgyptianGazette. Ce journal, comme le rappelle Heikallui-même à Khaled Abdel-Hadi, faisait écrireles plus grands noms de la presse internationale,des Anglais, des Français et des Américains.Heikal était aussi le plus jeune rédacteur en chefde l’histoire de la presse égyptienne. Il a dirigél’hebdomadaire Akher Saa, très important à sonépoque. Il refuse, pour plusieurs raisons qu’ildonne à son interlocuteur, de partir pour Al-Ahram, mais finira par accepter cette propositionplusieurs années plus tard.

Confident du président Gamal Abdel-Nasser,ses écrits étaient inséparables du panarabismenassérien. Après la disparition de Nasser, sonrapport avec le pouvoir est perturbé. Il devientconseiller et ami d’Anouar Al-Sadate au début,puis son adversaire par la suite, notammentaprès avoir exprimé ouvertement son hostilitéà l’accord de paix avec Israël. Sa critique finitpar lui coûter son poste à Al-Ahram, après vingtannées brillantes à la tête de cette fondation.Proche de l'Ostaz, Khaled Abdel-Hadi nousexplique les penchants de Heikal pour le cigarecubain, et comment son cigare a provoqué lafurie de Nikita Khrushchev lors de leur premièrerencontre, car il était considéré par le leadersoviétique comme le symbole de l’impérialismeet du capitalisme. Mais cette furie avaitcomplètement disparu lors de la rencontresuivante après l’entrée de Cuba dans le bloccommuniste. Khorochov jugeait alors le cigarecomme un symbole de lutte et de socialisme !Le livre comporte beaucoup d’anecdotes de cegenre. L’auteur nous raconte comment Heikalétait embarrassé de goûter un caviar russe, parceque cela lui causait des nausées, des maux detête et des problèmes digestifs, et ce, sur la tabledu shah d’Iran.

Heikal avoue avoir mangé des pattesd’éléphant au Congo et des serpents en Asie. Ilne cache pas sa faiblesse pour la tête de veau,comme l’ancien président français FrançoisMitterrand. Il affectionnait la bouillabaisse, unplat marseillais bien connu, et la Paella, un platandalous.

Heikal au fil des pages
Le livre revient sur ce que la presseinternationale a écrit sur Mohamad HassaneinHeikal, et les livres qui ont marqué son parcours.L’auteur recense aussi les ouvrages écrits parHeikal (plus d’une cinquantaine), et qui ont étépubliés dans une quinzaine de pays et dans unecinquantaine de journaux.En braquant sa caméra sur le monde inédit dugrand maître, l’auteur souligne l’attachementde Heikal à sa famille et à ses enfants. Heikalavait un domaine agricole à Berqache et le livreexplique comment il l’a acquis. Heikal étaitaussi attaché à son cigare, sa pratique du sport,ses lectures et son parfum. Le livre de KhaledAbdel-Hadi esquisse un portrait très intime etpersonnel du plus grand journaliste de l’histoirede la presse égyptienne l

Alamat Ala Tariq Tawil. Heikal, Lamahat Insaniya (des traces sur un long chemin. Heikal, traits humains), aux éditions du Centre d'Al- Ahram pour la traduction et l’édition, 2017.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire