Semaine du 15 au 21 novembre 2017 - Numéro 1200
Gabal Al-Galala, le méga-projet sur la mer Rouge
  Le méga-projet de Gabal Al-Galala, qui comprend la création d'une ville dans le désert, d'usines et de toute une infrastructure visant un développement de taille, en est à ses dernières phases.
Gabal Al-Galala, le méga-projet sur la mer Rouge
Gilane Magdi15-11-2017

Le projet de Gabal Al-Galala s’étend sur une superficie de 19 000 feddans et fait partie d’une longue liste des méga-projets nationaux lancés par le président Abdel-Fattah Al-Sissi au début de l’année dernière. Il comprend notamment la création de la ville de Galala, de l’Université du Roi Abdallah et d’une station balnéaire sur le Golfe de Suez, en plus de la route Aïn Sokhna-Zaafarana, traversant le Mont Al-Galala.

Lancé en octobre 2015, ce projet est exécuté sous la supervision du corps de génie des forces armées, avec la participation d’une dizaine de sociétés civiles égyptiennes opérantes dans différents domaines. Selon les déclarations du président du corps de génie des forces armées, Kamel Al-Wazir, le total des sociétés participantes au projet s’élève à 100 sociétés, dont 80 opèrent dans la construction de routes, les travaux industriels, ponts, tunnels et stations d’essence. Quant au reste des sociétés, elles opèrent dans la station touristique située sur le Golfe de Suez. « Le total de la main-d’oeuvre employée dans le projet s’élève à 20 000 ouvriers. Ce chiffre n’inclut pas la main-d’oeuvre indirecte dépassant les 100 000 », note Al-Wazir.

Un site hautement riche en ressources

Gabal Al-Galala, le méga-projet sur la mer Rouge

Le site de Gabal Al-Galala a été choisi pour installer ce géant projet non seulement en raison de son emplacement privilégié, mais aussi pour les richesses en ressources naturelles qu’il renferme. Gabal Al-Galala est effectivement riche en ressources naturelles telles que le marbre brut, considéré comme étant parmi le meilleur au niveau mondial.

Le must de ce projet c’est l’autoroute de Aïn Sokhna-Zaafarana, qui fait partie de la route Egypte-Afrique. Elle est creusée dans la montagne et s’étend de Port-Saïd à la frontière internationale avec le Soudan. Elle devra faciliter l’acheminement des matières premières des carrières vers les usines et les ports.

Le projet comprend d’ailleurs la création d’une zone industrielle sur le côté de l’autoroute Aïn Sokhna-Zaafarana. Il s’agit notamment de créer une usine géante d’engrais de phosphate d’une capacité de production annuelle s’élevant à 1 million de tonnes. Pour exploiter les carrières de marbre, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a ordonné la création d’une usine de découpage de marbre.

Jusqu’à présent, la quasi-totalité de ce méga-projet a été en grande partie achevée, comme l’autoroute par exemple, mais la date de l’inauguration du projet n’a pas encore été annoncée.

Une ville sur le flanc de la montagne
Le projet consiste aussi à créer une ville de Galala, occupant le sommet du plateau Al-Galala entre Aïn Sokhna et Zaafarana, à une altitude de 700 m au-dessus du niveau de la mer. Elle sera pourvue de tous les services et installations de haut niveau, comprenant une cité médicale mondiale, un village olympique, des zones résidentielles touristiques et autres zones d’habitation pour les petites bourses. « Les revenus de la vente de logements de luxe et des villas vont promouvoir les revenus gouvernementaux », explique Kamel Al-Wazir.

La ville a le premier centre commercial intelligent en Egypte et en Afrique sur une superficie de 10 feddans, y compris des dizaines de boutiques dans différentes zones, un grand centre commercial et des restaurants. Elle comprend aussi la création de l’Université du Roi Abdallah Ibn Abdel-Aziz. Le projet comprend aussi la création d’une station balnéaire, installée sur une superficie de 1 000 feddans. Elle comprend deux hôtels : le premier, construit sur la montagne, a une capacité d’accueil de 300 chambres et de 40 chalets. Quant au second, qui donne sur la côte, a une capacité de 300 chambres et 60 chalets, en plus d’un port de plaisance. Une station de dessalement d’une capacité de 150 000 m3 sera construite pour servir la ville et la station balnéaire .




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire