Semaine du 15 au 21 novembre 2017 - Numéro 1200
Les bains de Alamein restaurés
  Les bains gréco-romains de Alamein ont été restaurés et consolidés par la mission polonaise de l’Université de Varsovie.
Les bains de Alamein restaurés
Bains romains de Marina. (Photo : Mission polonaise)
Doaa Elhami15-11-2017

Les travaux de restauration et de préservation de la cité antique gréco-romaine de Marina Al-Alamein ont en partie pris fin. Le centre de la cité est restauré par la mission polonaise depuis les années 1980. Marina Al-Alamein est connue pour ses bains publics.

« Notre objectif premier est de protéger ce joyau architectural qui fait partie de notre patrimoine », explique Rafal Czerner, chef de la mission polonaise de restauration et de conservation dépendant du Centre polonais d’archéologie de l’Université de Varsovie. Sur le site se trouvent deux bains : le bain hellénistique situé au nord du forum, là où se réunissaient les citoyens de la ville, et le bain romain situé, lui, plus au sud. Bien que les deux bains datent du Ier siècle de notre ère, leur architecture, leur composition et leurs systèmes thermiques sont différents. « La présence de ces deux types de bains montre comment la communauté de cette cité a cherché à moderniser son style de vie », explique Czerner. En effet, la salle principale du bain hellénistique, le tholos, est cylindrique et voûté. Celui-ci comprend plusieurs petits bassins et deux avancées qui mènent au fourneau. « Puis l’influence romaine a fait son apparition et a donné lieu à un bain dont l’architecture est plus riche et décorée et où le système de chauffage s’est modernisé », explique Rafal Czerner. Le bain romain était équipé de l’hypocauste, un système de chauffage qui alimentait le tépidarium et le caldarium grâce à des conduites d’eau chaude. En outre, continue Czerner, « nous venons de découvrir de nombreuses strates de marbre qui recouvraient les colonnes et le sol du frigidarium, la plus grande salle du bain romain ». D’après Mayssara Abdallah Hussein, expert en archéologie gréco-romaine à l’Université du Caire, une telle trouvaille souligne la richesse et l’aisance de la communauté qui y vivait. Le sol de la dernière pièce est surélevé à 30 cm au-dessus du sol, et se compose de différentes dalles de marbre aux dimensions variables qui donnent l’impression d’une gigantesque mosaïque.

Une des caractéristiques de ce site archéologique est la présence d’une série de colonnes en calcaire situées en dehors des salles, appelées le péristyle. Pour protéger ces colonnes de l’humidité, les Romains les recouvraient d’enduit. « Cette couche d’enduit était et reste la meilleure méthode de protection découverte jusqu’à nos jours », commente Rafal Czerner, qui rappelle l’importance de restaurer ces bâtiments de façon régulière, car ils sont aujourd’hui plus que jamais confrontés au climat particulièrement humide de la région de Alamein. Les membres de la mission polonaise ont déjà nettoyé et consolidé les murs et reconstitué les colonnes qui s’étaient effondrées. Une étape importante dans la restauration de ce site exceptionne.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire