Semaine du 8 au 14 novembre 2017 - Numéro 1199
Une journée à suivre
  La dernière journée des qualifications pour le Mondial sera décisive en ce qui concerne la nomination des trois autres représentants africains, qui vont accompagner le Nigeria et l'Egypte en Russie.
Une journée à suivre
Maroc-Côte d'Ivoire, le choc attendu de cette semaine. (Photo : AFP)
Mohamad Mosselhi08-11-2017

La dernière journée des qualifica­tions pour le Mondial qui aura lieu ce week-end s’annonce très chaude. Le Nigeria et l’Egypte ont confirmé leur qualification dès la 5e journée, après avoir sécurisé leurs places à la tête de leurs groupes res­pectifs. Pour les trois autres groupes, la compétition reste ouverte. En Groupe A, la Tunisie a besoin d’un seul point lors de sa prochaine ren­contre à domicile contre la Libye, pour confirmer sa qualification au Mondial. Les Aigles de Carthage s’installent à la tête du groupe avec 13 points, 3 points devant la RD Congo qui occupe la 2e place. Cette dernière n’a aucun choix que de battre la Guinée et que les Tunisiens s’incli­nent à domicile. Un scénario assez difficile d’autant plus que les hommes de Nabil Maaloul sont déterminés à rejoindre le Mondial après 12 ans d’absence. Le choc de la Côte d’Ivoire contre le Maroc, qui aura lieu le samedi 11 novembre à Abidjan, est le plus attendu pour les observateurs du football sur le continent noir. Les deux sélections sont au coude-à-coude pour le ticket de la Russie. Les Lions de l’Atlas sont à la tête du clas­sement du Groupe C avec 9 points, un seul point devant les hôtes, qui sont dans l’obligation de remporter cette rencontre et avancer au Mondial aux dépens des Marocains.

« Nous sommes bien préparés pour cette rencontre. Avant la confronta­tion contre le Maroc, nous sommes tous unis pour la qualification », a déclaré Marc Wilmots, directeur tech­nique des Eléphants, qui cherchait une quatrième qualification consécu­tive pour son équipe. Ce dernier est sous le feu des critiques à cause des résultats insuffisants des Eléphants lors des qualifications à l’origine de cette situation critique dans laquelle se trouve l’équipe nationale ivoi­rienne. Plusieurs voix se sont élevées en Côte d’Ivoire réclamant la convo­cation du duo Didier Drogba et de Yaya Touré, qui ont annoncé leur retraite au niveau international, afin d’aider leurs coéquipiers avant cette rencontre attendue, mais Wilmots s’est passé de leurs services vu qu’ils sont loin des rangs de l’équipe natio­nale depuis longtemps.

De l’autre côté, le Maroc paraît plus près de son objectif. Le Français Hervé Renard a réussi à construire une équipe marocaine assez solide qui a confirmé sa puissance lors de la dernière CAN, même si elle a quitté la compétition africaine dès les quarts de finale. Mais ils ont offert une per­formance solide qui dévoile le bon avenir de cette équipe prometteuse.

La situation est différente dans le Groupe D, qui va connaître une double confrontation entre le Sénégal et l’Afrique du Sud. La Fédération internationale de football (FIFA) a décidé, début octobre, d’annuler, pour manipulation du match, le résultat de la rencontre opposant l’Afrique du Sud au Sénégal qui a eu lieu en novembre 2016 dans un match comp­tant pour la deuxième journée et de rejouer la rencontre qui a témoigné de la victoire des Bafana Bafana 2-1. Elle a également décidé de suspendre à vie l’arbitre de la rencontre, le Ghanéen Joseph Lamptey. La nou­velle rencontre sera rejouée en Afrique du Sud vendredi, avant de jouer une autre rencontre le mardi 15 novembre à Dakar. L’annulation du résultat de la première rencontre a donné l’occasion aux Sénégalais de garder leur place à la tête du groupe avec 8 points de 4 rencontres, à 2 points devant le Burkina Faso, qui a joué une rencontre en plus. Or, le Sénégal va jouer sans sa star de Liverpool, Sadio Mané, de quoi favo­riser les chances des Lions de Teranga d’aller en Russie, sinon ils devraient attendre la rencontre de mardi.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire