Semaine du 8 au 14 novembre 2017 - Numéro 1199
Tensions tous azimuts entre Riyad et Téhéran
Abir Taleb avec agences08-11-2017
 
  L'Arabie saoudite a fermé toutes les frontières du Yémen, accusant l'Iran d'être derrière des transferts d'armes et un tir de missile des rebelles houthis sur Riyad.

La confrontation entre l’Arabie saoudite et l’Iran a pris de nouvelles propor­tions cette semaine. Outre la crise née de la démission du premier ministre libanais, Saad Hariri, que ce dernier a imputée à la mainmise de l’Iran sur le Liban (voir principal), le Yémen a été, lui aussi, au centre des tensions entre Riyad et Téhéran. Ainsi, la coalition militaire sous commandement saoudien a accusé, lundi 6 novembre, l’Iran d’être derrière des transferts d’armes et un tir de missile des rebelles houthis sur Riyad. Ces accusations sont contenues dans une déclaration publiée par l’agence officielle saoudienne SPA moins de 48 heures après l’interception et la destruction d’un missile balistique samedi soir au nord-est de Riyad, près de l’aéroport international, qui provenait du Yémen. « La direction des forces de la coalition considère (cela) comme une agression militaire flagrante par le régime iranien qui pourrait équivaloir à un acte de guerre », stipule la déclaration. La coalition a affirmé « le droit du Royaume (saoudien) à la défense légitime de son territoire et de sa popula­tion, conformément à l’article 51 de la Charte des Nations-Unies ». Elle a aussi souligné « le droit du Royaume (saoudien) de répondre à l’Iran au moment approprié et de manière appropriée », conclut la déclaration. Riyad a aussi décidé de fermer temporairement toutes les frontières aériennes, mari­times et terrestres du Yémen. La coalition a toutefois maintenu les possibilités d’accès du personnel humanitaire au Yémen selon des procédures d’inspec­tion qui vont être actualisées.

Riyad et ses alliés accusent régulièrement l’Iran de procéder à des transferts d’armes clandestins vers les rebelles houthis. La coalition considère « l’impli­cation du régime iranien » dans la fourniture de roquettes et de missiles aux rebelles yéménites houthis comme « une violation flagrante de résolutions du Conseil de sécurité » de l’Onu. Les rebelles houthis et leurs alliés, des unités militaires restées fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Saleh, ont tiré à plu­sieurs reprises depuis le Yémen des missiles vers l’Arabie saoudite qui les a interceptés dans la plupart des cas.

La guerre au Yémen oppose les forces gouvernementales, qui ont été chas­sées en septembre 2014 de la capitale Sanaa, aux rebelles houthis, issus de la minorité zaydite (branche du chiisme), très présente dans le nord et soutenus par l’Iran chiite. En mars 2015, le gouvernement yéménite du président Abd-Rabbo Mansour Hadi a reçu le soutien d’une coalition militaire de pays musulmans, à majorité sunnite et emmenée par l’Arabie saoudite. Selon l’Or­ganisation Mondiale de la Santé (OMS), le conflit au Yémen a fait plus de 8 650 morts et quelque 58 600 blessés, dont de nombreux civils.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire