Semaine du 4 au 10 octobre 2017 - Numéro 1194
Une équipe qui promet
  Pour la première fois de son histoire, la toute jeune sélection féminine de handball des moins de 17 ans s'est qualifiée pour les Mondiaux 2018.
Une équipe qui promet
Le handball féminin en Egypte commence à briller. (Photo : Fédération égyptienne de handball)
Mirande Youssef04-10-2017

Ce n’est qu’au cours des deux dernières années qu’on a commencé à entendre parler du handball féminin en Egypte. Cette année, les deux seules équipes de handball féminin, celle des moins de 17 ans et celle des moins de 19 ans, se sont respectivement classées 2e et 1e aux Championnats d’Afrique qui se sont achevés en septembre. Grâce à ce classement, les deux sélections ont réservé leurs tickets pour les Mondiaux 2018. Pour la sélection des moins de 19 ans, c’est la deuxième fois qu’elle se qualifie pour les Mondiaux. L’équipe a disputé les Mondiaux 2016 et a réalisé un vrai exploit en se classant 9e. Quant à la sélection des moins de 17 ans, c’est la première fois qu’elle se qualifie pour les Mondiaux. « C’est un vrai exploit pour les deux sélections qui ont joué contre des nations africaines très fortes qui devancent l’Egypte dans la pratique du handball féminin comme l’Afrique du Sud, l’Algérie et la Tunisie. Le vrai succès était le titre de champion d’Afrique raflé par la sélection des moins de 19 ans, qui démontre bien que nous sommes sur la bonne voie », assure Rami Abdel-Latif, directeur technique de l’équipe des moins de 19 ans. L’histoire du handball féminin remonte à l’année 1996 lorsque le président de la fédération, Khaled Hammouda, a décidé de créer une sélection féminine de handball. « Ne pas avoir une équipe féminine, alors que les autres nations africaines possèdent de très fortes équipes féminines, est un handicap. Mon objectif était d’accorder aux filles la même chance qu’aux garçons », explique Khaled Hammouda, président de la Fédération de handball. Une équipe féminine a donc été créée en ayant recours aux clubs où le handball féminin est déjà pratiqué. « Le nombre de clubs qui avaient une équipe de handball féminin était très restreint. Ils étaient au nombre de 3 clubs, à savoir Guézira, Seid et Ahli. On a sélectionné les joueuses les plus talentueuses pour former une équipe », ajoute Khaled Hammouda.

Une stratégie pour développer le handball

Cette équipe a commencé à disputer les championnats nationaux sans résultats remarquables. Ce n’est qu’en 2012 que la fédération a commencé à réfléchir à une stratégie pour le développement et la gestion du handball. Des experts et des entraîneurs se sont réunis pour mettre en oeuvre cette stratégie. « Depuis cette date, la fédération a commencé à allouer une part de son budget à la formation de cette équipe. Cette dernière a commencé à avoir ses stages, ses tournois, ses programmes d’entraînement et ses entraîneurs. Grâce à ce travail de formation fait auprès des jeunes handballeuses, le handball féminin en Egypte commence à briller et à enchaîner les succès », assure Khaled Hammouda. En 2013, la sélection a disputé son premier tournoi africain, à savoir les Championnats d’Afrique, et s’est classée 3e. « Cette performance était la preuve du talent de cette jeune équipe car malgré son manque d’expérience par rapport aux autres équipes africaines, elle a pu se classer 3e », explique Ahmad Abdel-Hamid, entraîneur de l’équipe. En 2015, la sélection s’est adjugé le titre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) pour la première fois.

Plein d’ambition, Hammouda, fondateur de l’équipe, ainsi que l’encadrement technique n’ont pas l’intention de s’arrêter là. Ils ont de nombreux défis à franchir pour permettre à cette équipe de s’imposer et d’évoluer. « Les Mondiaux 2018 sont l’un de nos grands défis. C’est un tournoi de très haut niveau où les matchs sont très serrés. L’équipe sera donc en préparation continuelle avec des stages et des camps fermés d’ici jusqu’à la date des Mondiaux. On compte aussi sur la confiance que l’équipe a acquise pour encourager les filles à jouer en étant plus libérées et à prendre conscience de leurs capacités », conclut Hammouda.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire